Aller au contenu principal

Pourquoi risquons-nous une pénurie d'escargots ?

Réchauffement climatique, manque de main d'oeuvre, hausse des coûts, la filière escargots est en difficulté. Le risque de pénurie guette ! Explications.

© Yves Bargos / L'escargot

La filière française des escargots qui représente 11 entreprises et plus de 2 260 tonnes de produits fabriqués lance un cri d'alerte. Entre le réchauffement climatique qui perturbe le ramassage, le manque de main d'oeuvre renforcé par le contexte inflationniste, tous les signaux sont au rouge pour la filière, qui alerte sur un risque de pénurie d'escargots.

Alors que les récoltes des années précédentes étaient déjà insuffisantes, les quantités ne seront toujours pas au rendez-vous en 2022, et les escargotiers français sont confrontés à une tension grandissante sur les approvisionnements. Comme l’an passé, la cueillette a cette année été fortement perturbée par les variations de températures. Le maintien du froid tardif et l’arrivée brutale de la chaleur ont entraîné une pousse rapide des herbes, rendant rapidement le ramassage des escargots difficile et réduisant les quantités collectées, notamment dans les pays de ramassage d’Europe centrale et méridionale. Par ailleurs, cette raréfaction de l’offre est accompagnée d’un manque de disponibilité sur les escargots de gros calibres pour certaines espèces, accentuant les difficultés pour les escargotiers français, explique la Fédération des industries d'aliments conservés (Fiac).

En parallèle, ils doivent faire face à une augmentation du prix des escargots jusqu'à 40% selon les espèces par rapport à 2021, hausse à laquelle s'ajoute celles des emballages métalliques et du beurre. "Sur les deux dernières années, les fabricants estiment que le prix de cet ingrédient indispensable à la préparation des escargots a plus que doublé, tandis que les prix des boîtes de conserves auraient augmenté jusqu’à 85 % d’après certains escargotiers", indique la filière dans un communiqué.

La filière est clairement sous tension et demande, entre autres, une nécessaire revalorisation de ses prix.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les abattages de vaches reculent depuis 2016.
(Mis à jour) Les cotations Gros Bovins Entrée Abattoir évoluent
Un arrêté visant à faire évoluer les cotations des Gros Bovins Entrée Abattoir vient d’être publié au JORF.
Inflation-Egalim 2 : les 4 enseignements principaux du rapport du Sénat
Dans un rapport publié le 19 juillet, la commission des Affaires économiques du Sénat n’a pas constaté de « phénomène massif de…
[Guerre Ukraine Russie] Quels pays limitent leurs exportations agricoles ?
Plusieurs pays ont mis en place des embargos temporaires sur l’exportation de certains produits agricole dans un contexte de…
Preview image for the video "Bienvenue chez Le Gaulois".
Pourquoi L214 s’attaque de nouveau à la marque Le Gaulois de LDC
L’association antispéciste s’attaque de nouveau à l’entreprise bretonne pour l’inciter à signer le European Chicken Commitment.
SVA Jean Rozé arrête l’abattage rituel
Depuis le 1er juillet, la filiale d’Agromousquetaires SVA Jean Rozé a arrêté les abattages rituels, qui concernaient…
La FNSEA appelle la distribution à augmenter le prix du lait
Sur Franceinfo, Christiane Lambert a appelé la distribution à augmenter les prix du lait. Elle a aussi rappelé que la sécheresse…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio