Aller au contenu principal

Pourquoi Plessé est passé en régie directe

Cette commune rurale a souhaité reprendre en main sa restauration et ses achats bio et locaux dans le cadre d'une politique agricole communale.

 

De gauche à droite : Rémi Beslé, 1er adjoint à la maire, Valérie Rolland, responsable de la restauration scolaire, Marion Blot, cheffe cuisinière, Aurore Guerre, responsable du service enfance jeunesse
© Thierry Goussin

Plessé a aussi sa PAC ! Elue en 2020, l'équipe municipale de cette commune de Loire-Atlantique, qui compte 5 400 habitants, a souhaité mettre en place une politique agricole communale globale. Sur un territoire comptant 92 fermes, dont la moitié en bio, elle veut maintenir le nombre d'exploitations, promouvoir une agriculture durable et favoriser le circuit court. Le passage de la restauration scolaire en régie directe s'inscrit dans cette politique. Préparé avec le concours du Mouvement des cuisines nourricières et du GAB 44, il s'est concrétisé cet été. Auparavant prestataire, la société Ansamble était parvenue à 56 % de bio en 2021, avant une baisse liée à l'inflation, mais sans la dimension locale souhaitée par les nouveaux élus. « On n'avait pas la main sur les produits, ni sur les menus. Nous avons souhaité piloter de A à Z notre cantine », explique Rémi Beslé, paysan bio et premier adjoint à la maire, en charge du Comité Agriculture, Alimentation, Environnement & Biodiversité.

Achats bio locaux en direct

La cheffe recrutée, Marion Blot, intègre de plus de plus de produits bio locaux dans les 430 repas servis chaque jour aux écoliers. « On achète une partie en direct à des producteurs locaux, qui ne souhaitent pas forcément travailler avec des prestataires », note Aurore Guerre, responsable du service enfance jeunesse.  De nouvelles pratiques ont été adoptées : les producteurs fixent les prix et la cuisine centrale peut adapter ses menus pour leur acheter une production en surplus et éviter le gaspillage à la source. Une relation de confiance et une sécurisation qui devraient aider à la transmission des exploitations. Sans se fixer d'objectif chiffré ni temporel, Plessé se donne ainsi les moyens de mettre dans les assiettes « le plus possible de bio local », conclut Rémi Beslé.

 

 

Les plus lus

« Les agriculteurs ont reçu consigne d'aller dans la grande distribution », Michel-Edouard Leclerc

Le patron du mouvement E.Leclerc s’est expliqué ce 5 février au micro de France Inter.

Lait : pourquoi la France a perdu en compétitivité

La filière laitière française descend à la troisième place en termes de compétitivité parmi les grands producteurs de lait…

viande bovine
Près d’un quart de la viande bovine consommée en France est importée, d’où vient-elle ?

Les importations françaises de viande bovine se sont un peu tassées en 2023, reflet du manque de dynamisme de la consommation…

un femme d'âge moyen pousse son caddie au supermarché, elle hésite
Les tendances de consommation alimentaires de 2024 en 5 points

Après une année 2023 plombée par l’inflation, que réserve la consommation alimentaire des Français en 2024 ? Nielsen a…

camion citerne de collecte dulait
Collecte laitière : les 5 chiffres à retenir de 2023

La collecte de lait de vache a reculé en France en 2023, tout comme les fabrications de produits laitiers.

Les Labels rouge de bœuf limousin dans une mauvaise passe

La perte de volumes en labels Bœuf limousin junior et encore davantage en veau sous la mère inquiète l’association Limousin…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio