Aller au contenu principal

Porc : A quelle baisse s’attendre dans les trois principaux bassins de l’UE au premier semestre 2023 ?

Selon les prévisions, l’Espagne, l’Allemagne et la France, comme le reste des pays communautaires, vont connaître une baisse de l’offre au premier semestre 2023.

© laura-anderson-unsplash

En Espagne, premier producteur de porc de l’UE, la production devrait diminuer de 3 % au premier semestre 2023 sur un an selon l’Ifip. En effet, l’expansion du cheptel temporairement limitée notamment avec des exportations stables vers les pays-tiers, une dégradation sanitaire de certains élevages et des fortes chaleurs (printemps et été 2022) expliqueraient cette tendance baissière en ce début d’année.

Un recul de 2,3 % en Allemagne

En Allemagne, la chute des effectifs de reproducteurs perdurerait à un « rythme inquiétant » d’après l’Ifip. Cette situation devrait s’étendre aux pays voisins comme le Danemark (-13 % sur la même période). Alors que l’Allemagne est confrontée à des difficultés sanitaires (peste porcine africaine et covid-19) et économiques (explosions des prix des intrants), la filière danoise manque de débouchés dans l’UE (porcelets) et dans les pays tiers (viandes et coproduits).

Une baisse plus modérée en France

En France, le Service Statistique Public s’attend à une baisse de l’ordre de 1,2 % au premier semestre de l’année. Pour l’Ifip, « le marché affiche une certaine résistance par rapport à ses voisins, notamment grâce à la stratégie Le Porc Français, génératrice d’une forme de protection ». « Les mesures de soutien financier de la part du gouvernement sur les différents maillons de la filière ont aussi pu limiter les dégâts par rapport à ceux subis par les filières européennes », ajoute l’Institut. Cependant, de nombreux opérateurs continuent de subir la situation.

Une tendance baissière dans l’UE

« Sur l’ensemble de l’année 2023, le marché européen peut s’attendre à un recul de la production d’environ 2,6 % par rapport à 2022 », indique l’Ifip dans son baromètre mensuel de décembre. Sur le marché communautaire du porc se superposent crise financière, énergétique, sanitaire et politique.

Les plus lus

SIA 2023 : les consommateurs de plus en plus défiants vis-à-vis des produits biologiques
Dans le cadre du salon de l’Agriculture, l’Agence bio a alerté sur la défiance croissante des consommateurs envers le label…
SIA 2023 : Les trois volets du plan de soutien à l’agroalimentaire et les réactions des professionnels
Ce 3 mars, les ministres Marc Fesneau et Roland Lescure réunissaient le comité stratégique de l’agroalimentaire dans le cadre du…
Le bio en Europe : 10 ans de croissance, en infographie
Comment a évolué l'agriculture bio dans l'Union européenne ces dix dernières années ? Quelle est la part des surfaces bio dans…
Il lance une collecte pour envoyer du pâté Henaff aux marins ukrainiens
Grand succès pour une collecte participative insolite : envoyer les petites boîtes jaune et bleu de pâté breton en Ukraine.
Eureden : plus de visibilité en lait et viande bovine
Ce jeudi 23 mars les sections Lait et Viande bovine de la coopérative Eureden ont constaté des baisses de production et ouvert…
Lait : pourquoi la Rabobank est prudente dans ses prévisions
Les analystes de la banque néerlandaises revoient à la baisse leurs prévisions pour la croissance mondiale de la collecte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio