Aller au contenu principal

« On va faire respecter Egalim à la lettre », Marc Fesneau dans le Val de Marne

Le ministre de l’Agriculture s’est rendu ce matin à la DDPP et la DREETS, en charge de la consommation, s'exprimant sur sa volonté de renforcer les contrôles sur le respect de la loi Egalim.

Marc Fesneau, ministre de l'Agriculture
© Ministère de l'Agriculture

Le Val-de-Marne, pour sa richesse en flux de marchandises et transactions commerciales alimentaires (Rungis, centrales d’achat, logistique), a été le département choisi par Marc Fesneau pour rencontrer officiellement les services de l’Etat en charge des contrôles des relations commerciales, des importations et de la loyauté des produits. Le ministre de l’Agriculture était ce matin du 29 janvier à la rencontre des DDPP et la DREETS en charge de la consommation, à la préfecture du Val-de-Marne. 

3 axes de travail pour le respect de la loi Egalim

  • Vérifier dès la fin des négociations commerciales avec les détaillants, le 31 janvier, que « tous les règlements d’Egalim sont respectés ». « D’abord on va faire respecter Egalim à la lettre et ça va permettre de la faire respecter dans l’esprit », a exposé Marc Fesneau. Le ministre a considéré que des opérateurs, qui avaient plutôt respecté cette loi visant à rémunérer les agriculteurs tendaient à la contourner par « des pratiques nouvelles ». Les délais de paiement ont été mentionnés par le ministre. 

Lire aussi : Négociations commerciales : assurer la transparence sur le prix de la matière première agricole

  • Les contrôles de l’étiquetage des produits importés par les distributeurs, de leur publicité, et notamment la « francisation », sont à renforcer, a souhaité le ministre, voulant envoyer « un signal aux opérateurs ».
  • Au niveau européen, Marc Fesneau a rappelé qu’il travaillait avec la Commission afin que les produits importés dans l’Union européenne ne viennent déséquilibrer le marché. Il a mentionné les œufs, les viandes de volaille et les céréales, attirant l’attention sur les pratiques d’européanisation des produits. 

Lire aussi : Ce qui ressort du comité de suivi des négociations commerciales

Marc Fesneau avait précédemment présidé une réunion avec la direction de l’Agriculture de la région d’Ile-de-France. En matière de simplification administrative en agriculture, le ministre a présenté deux niveaux de travaux : au gouvernement de faire évoluer si besoin les règlements ; aux régions et territoires de relever les règlements « incohérents », « qui produisent de la paperasse inutile » ou « qui ne fonctionnent pas », et de faire les ajustements en conséquence d’un point de vue territorial.

Lire aussi : Négociations 2022 : les sanctions tombent pour non-respect d'Egalim 2

Les plus lus

usine de transformation du lait
Face à la baisse de la collecte, l’industrie laitière doit être « proactive », enjoint la Rabobank

Dans son dernier rapport, la Rabobank estime que la collecte laitière de l’UE pourrait baisser rapidement et incite les…

un graphique avec une courbe à la hausse, sur fond de grains de blé
L'Algérie et la sécheresse en Russie font monter les prix du blé tendre

Comment ont évolué les prix des céréales ces 7 derniers jours ? Les journalistes de la Dépêche-Le petit Meunier vous…

Xi Jinping et Emmanuel Macron
Chine : trois accords signés pour l’exportation agroalimentaire

La visite du président chinois à Paris a été l’occasion de la signature d’accords et de l’homologation de protocoles…

un porc, une vache et un poulet dans le drapeau européen
Porc, boeuf, volaille : comment va évoluer la production de l'UE en 2024 ?

La Commission européenne se montre très prudente dans ses prévisions sur la production de viande et de volaille. Les filières…

Volailles Label rouge, des mises en place toujours en baisse

Les mises en place de volailles Label rouge continuent de reculer au premier trimestre 2024.

« On ne s’en sort plus ! » le cri d’alarme des PME et ETI face aux complexités d’Egalim

La Feef, Fédération des Entreprises et Entrepreneurs de France, qui rassemble PME et ETI appelle à un choc de simplification…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio