Aller au contenu principal

[Edito] Loi Egalim : l’aveu d’échec ?

Echec
© Pixabay

Voulue par Emmanuel Macron, la loi Egalim votée le 2 octobre 2018 devait rééquilibrer les relations commerciales dans le secteur agricole. Deux ans plus tard, le président de la République a émis, le 23 février d’une ferme en Côte-d’Or, l’idée de relancer le chantier législatif. Le travail pour « tordre les mauvais comportements » doit continuer, a-t-il lancé. Julien Denormandie a complété le 26 février en précisant qu’il réunirait fin mars les différents acteurs de l’agroalimentaire pour discuter des propositions de Serge Papin. L’ex-patron de Système U missionné par le président de la République propose, entre autres, plus de transparence entre producteurs, industriels et distributeurs, et des contrats pluriannuels. Et ce, alors que les agriculteurs manifestent ces derniers jours contre le comportement de certains acteurs économiques pendant les négociations commerciales. La théorie du ruissellement ne fonctionne pas et la logique de construction du prix en avant promue par la loi Egalim ne s’applique pas sur le terrain. Deux points qui se situaient pourtant au cœur du texte. Alors le gouvernement souhaite remettre les acteurs autour de la table, dès la fin des négociations 2021, pour tenter de sortir du « jeu de dupes » et du rapport de force toujours déséquilibré entre les acteurs. Et « s’il n’y a pas d’accord, on passera par la loi », prévient le ministre de l’Agriculture. À un peu plus d’un an des élections présidentielles, Emmanuel Macron tente de sauver sa loi en la durcissant. Pas question de faire un aveu d’échec d’Egalim, à la différence de nombre d’opérateurs qui l’expriment de plus en plus. Le problème ne serait pas la loi, mais sa mauvaise application. Le gouvernement a beau multiplier les contrôles, difficile de mettre un gendarme de la concurrence derrière chaque acheteur. Mais alors en quoi renforcer encore la loi rééquilibrerait-il les négociations ? Emmanuel Macron a dit une phrase très juste le 23 février lors d’une table ronde : « Partout où les producteurs restent divisés, ils se font avoir. » L’organisation est la clé pour les producteurs et, pour les transformateurs, la question de la primauté du tarif doit être de nouveau posée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Avril
Le groupe Avril victime d'une cyberattaque [mis à jour]
Le groupe Avril a été victime d'une cyberattaque le 3 novembre. Toutes les entités sont touchées.
A quoi peut-on s’attendre sur le marché du porc en 2022 ?
Cours bas et coûts de production en hausse, les prévisions de l'Ifip sont peu optimistes pour la filière porcine.
[MàJ] Viande bovine : exportations records du Brésil vers la Chine malgré un embargo
Les achats de viande bovine brésilienne par la Chine en septembre ont atteint des records, mais ils devraient rapidement s'…
Denis Lambert va passer la présidence du directoire de LDC à Philippe Gelin
Prenant sa retraite en 2023, Denis Lambert va céder progressivement la présidence du directoire du groupe volailler et traiteur…
Lait infantile : fin de l’eldorado chinois
Les importations chinoises de lait infantile marquent le pas, entre la baisse de la natalité et une offre locale qui a su…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio