Aller au contenu principal

Les prix des gros bovins plafonnent, vont-ils baisser mi-juin ?

Les prix des gros bovins étaient dans l’ensemble reconduits la semaine dernière. Les abattoirs se montrent très prudents et n’excluent pas une évolution similaire à l’an dernier avec un creux sur juin et juillet. 

Graphique du prix moyen pondéré des gros bovins
Le prix moyen pondéré des gros bovins est au même niveau que l'an dernier depuis début mai
© Les Marchés

La météo pluvieuse de mai n’a pas fait du moral des Français, les ventes de pièces à griller aussi en ont souffert selon plusieurs opérateurs de la filière viande bovine. Dans l’ensemble, le commerce de la viande bovine est jugé assez mou même depuis la fin des fériés. En face, l’offre est jugée modérée mais suffisante. A 5,19 €/kg, le prix moyen pondéré des gros bovins n’a pas bougé depuis trois semaines

Lire aussi : Quelle est la part des importations à Rungis en viande, volailles, produits laitiers et fruits et légumes ?

Tassement des prix des bovins allaitants

Les prix de la vache viande R entrée abattoir se sont tassés la semaine dernière. A 5,51 €/kg, la cotation FranceAgriMer a perdu 2 centimes mais reste 0,5 % au-dessus de son niveau de l’an dernier, même date. Le prix du jeune bovin R se stabilisait la semaine dernière après plusieurs semaines de tassement. Le prix de la vache laitière P progressait pour la septième semaine consécutive, et n’a enregistré aucune baisse depuis fin novembre mais elle n’atteignait ni son niveau de 2023 ni celui de 2023. 

Des abattoirs prudents

Le maillon de l’abattage découpe attend de voir la tenue des ventes ce week-end, où, enfin, le soleil sur une grande partie de la France pourra inciter les ménages à sortir les barbecues, même si des orages pourraient troubler la fête. On constate une certaine prudence des acheteurs, échaudés par le manque de tonus de la consommation. Difficile de comparer les abattages d’un an sur l’autre, étant donné que les fériés ne tombaient pas les mêmes semaines. Pour autant ; selon la moyenne des abattages des semaines 19 à 22 communiquée par Interbev, les abattages de gros bovins sont stables par rapport à la même période de l’an dernier. Ceux de vaches allaitantes plongent de 6,6 % mais ceux de JB Viande progressent de 1,1 % et la hausse atteint 7,3 % pour les vaches mixtes et laitières. 

Un commerce vers les Pays-Tiers sujet aux revirements de la Turquie

A l’export, les ventes semblent satisfaisantes vers l’Italie, alors que la saison touristique débute et accroît les besoins. En revanche l’incertitude est totale du côté de la Turquie. Au premier trimestre, le pays nous a en effet acheté 906 tonnes de viande bovine fraîche au premier trimestre, soit 16 % de nos exportations pays-tiers. (1,7 % de nos exportations totales). Des envois qui ont continué ensuite. Or certains contrats se terminent actuellement et difficile de savoir si les entreprises décrocheront de nouveaux marchés. D’une part car rien ne garantit que l’état turc continue son ouverture aux importations, mais aussi car la France est en concurrence sur ces appels d’offre, avec la Pologne et l’Espagne notamment.

Lire aussi : Viande bovine : comment le déficit commercial français se réduit

La fermeté des prix des bovins européens peut jouer sur le marché

Si la demande intérieure ne décolle pas, et si les exportations se tassent, un repli des prix des bovins viande, comme l’an dernier, est envisageable. Néanmoins il faut considérer la fermeté du marché européen dans son ensemble, avec des prix des JB qui ne faiblissent pas en Allemagne, la cotation a même repris quelques centimes fin mai. 

Cotation des Jeunes Bovins R en Europe

Pour les vaches laitières, la tenue des prix européens et la saisonnalité peuvent laisser penser au maintien des cours à un niveau élevés.  

Les plus lus

Audition du pdg du groupe Bigard sur les raisons de la perte de souveraineté alimentaire de la France
Décapitalisation, Egalim, crise des abattoirs, tensions avec la GMS, Jean-Paul Bigard s’explique face aux députés

Le président-directeur général du Groupe Bigard a répondu pendant 2hoo aux questions des députés sur la souveraineté…

Emmanuel Besnier, PDG de Lactalis, devant trois députés de la commission d'enquête sur la perte de souveraineté alimentaire, le 6 juin 2024
Lactalis : « On est la cible de beaucoup d’attaques en tant qu’entreprise qui réussit », déplore Emmanuel Besnier

Le président-directeur général du Groupe Lactalis a répondu pendant 2h00 aux questions des députés lors d’une audition à…

camion de transport de bétail
Bovins : qui a profité de la réouverture du marché turc ?

Pour limiter la décapitalisation, le gouvernement turc a ouvert les importations d’animaux vifs et de viande bovine en 2023.…

carte de la vienne
Agneau : Bigard reprend l'abattoir Sodem du Vigeant

Jean-Paul Bigard a annoncé l'acquisition du premier abattoir d'agneaux de France. 

graines de soja
Alimentation animale : pourquoi les prix du soja pourraient flamber fin 2024

Si le règlement européen sur la non déforestation importée (RDUE) est clair quant à ses objectifs, le manque de précision sur…

Volaille : comment la Croatie est devenue le nouveau terrain de jeu des industriels ukrainiens pour multiplier leurs productions

La Croatie semble devenir le nouveau terrain de jeu pour les entreprises ukrainiennes de volaille. De quoi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio