Aller au contenu principal

Les mauvaises conditions de culture ne tirent pas les prix des céréales

Comment ont évolué les prix des céréales ces 7 derniers jours ? Les journalistes de la Dépêche-Le petit Meunier vous expliquent les dernières variations des cotations du blé et du maïs.

un graphique avec une courbe à la hausse, sur fond de grains de blé
Comment ont évolué les prix des céréales ces 7 derniers jours ?
© Généré par l'IA

Les prix du blé tendre et de l’orge fourragère sur le marché physique français ont stagné entre le 25 mars et le 1er avril. Les cotations du maïs ont perdu du terrain aux  États-Unis.

Lire aussi : Les prix des oléagineux sur le recul fin mars

Les prix du maïs reculent aux États-Unis malgré la baisse des semis 

Les prix du maïs sur le marché physique français ont renchéri entre le 25 mars et le 1er avril, dans le sillage du contrat maïs sur le marché à terme européen d’Euronext. Les cours de son homologue sur le CBOT (Chicago Board of Trade) ont quant à eux perdu du terrain sur la période. Les prévisions de semis états-uniens étaient très attendues et sont ressorties en dessous des attentes en maïs, en baisse de 5 % par rapport à 2023, selon le rapport de l’USDA paru le 29 mars.  Les exportations ukrainiennes ont continué d’être dynamiques mais elles pourraient ralentir un peu, les attaques russes par drones et par missiles sur les ports du sud du pays ralentissant le rythme de chargements de nouveaux bateaux.

Le prix du blé tendre stable malgré la météo défavorable

Les prix du blé tendre sur le marché physique français n’ont pas évolué entre le 25 mars et le 1er avril, tiraillés entre la baisse des cours sur Euronext et la hausse sur le CBOT. Dans l’UE, le rapport Mars du 25 mars a fait état de prévisions de rendements en progression en blé tendre (par rapport à 2023 et la moyenne quinquennale), alors qu'il signale que « les cultures d’hiver dans plusieurs parties de l’Europe sont négativement impactées par des conditions météorologiques défavorables pour les cultures ». En France, les conditions de culture du blé tendre se sont stabilisées durant la semaine se terminant le 25 mars, à 66 % (contre 94 % en 2023 à pareille époque), selon Céré’Obs.

Lire aussi : Production de blé 2024/2025 au plus bas dans l'UE depuis 2020/2021, selon la Commission Européenne

Tassement du prix du blé dur 

Les prix du blé dur sur le marché physique français ont perdu du terrain entre le 25 mars et le 1er avril, faute d’activité marquée. L’achat algérien de la semaine passée est jugé baissier par le marché. Il comprendrait des origines canadiennes, australiennes, mexicaines et turques, témoignant d’une forte concurrence internationale. En France, les conditions de culture du blé dur se sont améliorées durant la semaine se terminant le 25 mars, gagnant un point à73 % (contre 91 % en 2023 à pareille époque), selon Céré’Obs. 

Mauvaises conditions de culture pour l'orge fourragère

Les prix de l’orge de mouture sur le marché physique français ont stagné entre le 25 mars et le 1er avril, dans le sillage du blé tendre. Les primes portuaires ont encore quelque peu décroché, compte tenu d’une demande qui reste discrète. Notons néanmoins que les acheteurs néerlandais et belges se sont montrés particulièrement dynamiques sur le marché hexagonal en orge fourragère. En France, les conditions de culture de l’orge d’hiver se sont dégradées durant la semaine se terminant le 25 mars, perdant un point à 67 % (contre 93 % en 2023 à pareille époque), selon Céré’Obs.

Cet article a été écrit par les journalistes spécialisés de La Dépêche-Le petit Meunier, qui accompagne depuis 1938 les opérateurs du commerce des grains. 

Les plus lus

Camion de la Cooperl
La Cooperl donne un coup au financement du Marché du Porc Breton

La FRSEA Bretagne et la FRSEA Pays de la Loire accusent la Cooperl de mettre à mal l’ensemble des outils collectifs utilisés…

Vaches dans la prairie
Comment vont évoluer les coûts de production de la viande bovine en 2024 ?

Si les prix des gros bovins restent élevés, ils ne sont pourtant toujours pas rémunérateurs pour les éleveurs. Les coûts de…

Cotation du porc en  Allemagne, Production, classe E en €/kg
Porc : un marché en manque d’impulsion à la veille de Pâques 

Le marché du porc européen manque de tonicité à l’approche de Pâques.  

en arrière plan, une étable avec des vaches noir et blanche. Au premier plan, un chercheur en combinaison intégrale avec un masque de protection.
Grippe aviaire : ce qu’il faut savoir de la contamination humaine par des vaches

La situation sanitaire autour de la grippe aviaire inquiète aux États-Unis. Des vaches malades ont à leur tour contaminé un…

infographie objectifs de la loi Egalim
Que mangent les enfants à la cantine, et qu’en pensent-ils ?

Les menus servis dans les cantines scolaires ne sont pas, en moyenne, conformes aux objectifs de la loi Egalim selon un…

vue de haut, une carte de France dessinée avec du blé, du beurre, des oeufs, de la viande, du fromage, des pommes, des tomates, du soja, du saumon
Souveraineté alimentaire : quelles sont les fragilités françaises ?

Un rapport du gouvernement évalue la souveraineté alimentaire de la France et dévoile des zones de fragilité préoccupantes.…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio