Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

L'Aïd ne change pas la donne

L'aïd el-Kebir dynamise un marché qui reste morose, mais l'impact sur les prix à la production comme sur la consommation reste limité.

La France compterait environ 4,1 millions de musulmans, selon l'Institut national d'études démographique (Ined), dont près de la moitié se définit comme « fortement religieux ». Dans ce contexte, l'aïd el-Kebir (encore appelé aïd al-Adha), devrait rassembler de nombreuses familles françaises autour du sacrifice d'un agneau le 4 octobre prochain. Pour autant, l'influence de cette fête sur le marché est limitée. Si les agneaux lourds sont recherchés, ce qui allège l'offre et permet aux prix de se stabiliser, une grande partie des volumes est contractualisée auprès de fermes spécialisées. Installés en périphéries des grandes villes (en Seine-et-Marne pour l'Île-de-France, près de Strasbourg ou de Marseille), ces élevages concentrent leur activité principalement sur l'Aïd.

Une consommation peu tonique

La demande n'est pas des plus toniques cette année. Les abattages d'agneaux ont peu évolué par rapport à 2013, reculant de 0,2 % sur les sept premiers mois de l'année selon Agreste. Dans le même temps, les achats des ménages manquent de tonus, en baisse de 4,5 % sur la période du 30 décembre 2013 au 7 septembre 2014, d'après FranceAgriMer-Kantar Worldpanel.

Si les agneaux labellisés sont toujours rares et recherchés, les opérateurs français déplorent le manque d'attrait pour les agneaux ordinaires. Un créneau visé par les Britanniques et les Irlandais, dont les marchandises, moins chères mais de bonne qualité, font concurrence à la production française. L'offre d'outre-Manche est attendue abondante dans les mois qui viennent.

En Bref RAISIN

+27,8 %

Selon l'USDA, la production turque de raisin en 2014/2015 est attendue en hausse de 27,8 %. De quoi lui permettre de retrouver son niveau de 2013/2014 et d'accroître ses exportations de près de 27 %, avant tout à destination de l'UE.

ŒUF

+5 %

La production d'œufs en France est attendue en hausse de 5 % en octobre par rapport au même mois de 2013, selon Agreste, du fait de l'augmentation de 5 % des mises en place au premier semestre.

LAIT

6 Mt

En 2013, la production de lait en Russie a atteint 31,5 millions de tonnes, selon le CLAL. Les importations russes dépassaient 6 millions de tonnes équivalent lait, en hausse de 9,4 % par rapport à 2012.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les denrées de la régie agricole sont en partie surgelées dans l'unité de transformation de la ville.
[Coronavirus] Comment la ville de Mouans-Sartoux s’adapte

Souvent citée en exemple pour son organisation en matière de restauration collective bio, la petite ville de Mouans-…

Les chaînes et groupes de restauration génèrent 36 % du chiffre d’affaires de la RHD. © Patrick Cronenberger
Une tendance structurelle à la hausse, en dehors du Covid-19
En croissance continue ces dernières années, le marché de la consommation hors domicile a récemment vu de nouveaux acteurs se…
Christophe Hardy, dirigeant de Cheville 35 et SocoDN. © DR
Cheville 35 : « ce jeudi matin, les ventes se sont fortement ralenties »
Grossiste en viandes, Christophe Hardy a perdu une partie de son activité. Il continue de fournir les détaillants grâce à une…
Sofiprotéol participe à l’émergence d’une leader du négoce agricole breton

Sofiprotéol (filiale investissement du groupe Avril) et Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels s’engagent aux côtés…

119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé hier le financement à hauteur de 119 millions de dollars d…

Philippe Villevalois, directeur de l'Ifria Centre-Val de Loire. © DR
Ifria Centre

Philippe Villevalois, délégué général de l’association régionale des entreprises agroalimentaires du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio