Aller au contenu principal

Inflation, Egalim 2, guerre en Ukraine : 81% des catégories alimentaires sont inflationnistes

1,26% tel est le taux d'inflation constaté par NielsenIQ sur le mois de mars 2022. Ce taux monte à plus de 3% pour dix catégories, les pâtes alimentaires en tête.

© V. R.

L'inflation des coûts de production, les négociations commerciales et la guerre en Ukraine commencent à se faire sentir dans les rayons.

Si au mois de février, un frétillement commençait à se ressentir (+0,52%), il y a une nette accélération de l'inflation au mois de mars 2022, selon les derniers chiffres publiés par NielsenIQ. 81% des catégories alimentaires sont désormais inflationnistes, contre 68% constatée en février.

La société a constaté un taux d'inflation de 1,26% par rapport au mois de mars 2021. Ce taux monte à plus de 3% pour dix catégories de produits, les pâtes alimentaires en tête (+12,34%), suivis par les légumes secs (+5,35%), la viande et volailles surgelées (+4,24%) ou encore l'huile (+3,92%).

© NielsenIQ

“Alors que le mois de mars vient tout juste de se terminer, l'inflation des PGC FLS a connu une nette accélération par rapport au mois de février. La clôture des négociations commerciales, dans un contexte de guerre en Ukraine, est la raison majeure de cette accélération de
l’inflation des produits de grande consommation”
, commente Emmanuel Fournet, Customer Success Leader chez NielsenIQ France.

Pas encore d'effet sur les volumes

Les ventes de catégories de première nécessité progressent également fortement lors des 3 dernières semaines de mars, en valeur tirées par l'inflation, mais sans impact visible sur les volumes :

  • Pâtes alimentaires : +40,3% d’augmentation de chiffre d’affaires pour 24,5% de hausse en volume (Kg)
  • Huiles : +15,8% pour 24,9% de volume
  • Farine : 32,2% pour un volume de 32,5

Des ruptures marquées sur huile, farine et pâtes alimentaires

20 produits de grande consommation ont connu un pic de chiffre d’affaires de +13% en semaine 10 (7-13 mars), alors qu’en semaine 11, ils marquent le pas (+7%) tandis que l’inflation accélère toujours. Est-ce lié aux collectes de dons ou à un effet de stockage de consommateurs prévoyants ?

Du fait du contexte actuel, certaines familles de produits font face d'un côté à des problèmes d'approvisionnement et de l'autre à des achats dits de précaution avec un effet de stockage plus important que d'habitude. Au cours des 5 semaines allant du 21 février au 27 mars 2022, les huiles, la farine et les pâtes alimentaires ont vu leurs nombres d'incidents de rupture en grande distribution croître. Respectivement de +37% pour les huiles, +26% pour la farine et +21% pour les pâtes alimentaires. A l'inverse, le nombre de ruptures sur certaines familles dîtes sensibles ou exposées, telles que le sucre (+8%) ou le riz (+5%), reste modéré.

 

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les prix des gros bovins dépassent un nouveau seuil symbolique
Le prix moyen pondéré des gros bovins entrée abattoir a dépassé la barre historique des 5 €/kg en semaine 18. Du jamais vu. Les…
Pénurie alimentaire : quel est le manque à gagner des ruptures en magasin ?
Les ruptures en magasin se multiplient pour diverses raisons et le manque à gagner a atteint 851 millions d'euros sur les trois…
Ruptures et pénuries se multiplient dans les grandes surfaces
Pénuries alimentaires en rayon : quels produits, pourquoi, jusqu’à quand ?
Huile de tournesol, poulet mais aussi poisson pané, plusieurs produits manquent en rayon, pour quatre types de raisons parfois…
Les prix de la bavette et du rumsteck UE à des records à Rungis
Les approvisionnements sont compliqués en viande bovine pour les grossistes, faute d’offre, et l’importation n’apporte pas…
Pénurie alimentaire : lait et produits laitiers seront-ils les prochains concernés ?
Collecte de lait de vache en repli, sécheresse en vue, les industriels s’inquiètent pour leurs approvisionnements cet été. Le…
Lait bio : Collecte en hausse et consommation en baisse, la crise se précise
Dans un contexte inflationniste, les ménages s’éloignent du bio et la consommation chute. Dans le même temps, la collecte de lait…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio