Aller au contenu principal

Réouverture des négociations commerciales
Impact de la guerre en Ukraine : la distribution sommée d’appliquer Egalim 2

Réunis ce matin par le gouvernement les distributeurs sont appelés à rouvrir les négociations commerciales avec les industries agroalimentaires face à la forte évolution des coûts de production engendrée par la guerre en Ukraine.

Vendredi 17 mars, réunion agricole et agroalimentaire dédiée à la crise ukrainienne au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.
Vendredi 17 mars, réunion agricole et agroalimentaire dédiée à la crise ukrainienne au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.
© Cheick Saidou/agriculture.gouv.fr

Le gouvernement a réuni ce vendredi 18 mars au matin tous les acteurs de la chaîne alimentaire (1) pour demander la réouverture des négociations commerciales, comme annoncé mercredi lors de la présentation du plan de résilience face aux conséquences de la guerre en Ukraine.

Voir notre dossier : Le point sur Egalim2

Une réunion présidée par Julien Denormandie et Agnès Pannier-Runacher avec pour objectif de la part du gouvernement de mettre la pression pour que les coûts engendrés par la guerre en Ukraine se répercutent en partie sur tous les maillons de la filière agroalimentaire.

Entamée le 24 février, la guerre en Ukraine a déjà des impacts très importants en termes d’approvisionnement (le cabinet du ministère de l’Agriculture cite l’huile de tournesol, le miel ou le poisson) et surtout en termes de prix (+36% pour le blé, +30% pour le maïs, +46% pour le tournesol et +90% pour le gaz, selon les chiffres donnés lors de la réunion). Face à ces conséquences, le gouvernement qui a annoncé des mesures agricoles dans le plan de résilience attend désormais des industriels et des distributeurs « un effort de solidarité indispensable ».

Pas question de Pinailler

Concrètement les deux ministres ont appelé ce matin à la réouverture des négociations commerciales pour revoir le contenu des contrats, dont certains n’ont été conclus qu’il y a deux semaines. Et ce afin de faire jouer les clauses de renégociation étendues à l’énergie, aux transports et aux emballages par Egalim 2 « avec bon sens et pragmatisme sans se cacher derrière le juridique », décrypte le cabinet de Julien Denormandie. « Pas question de pinailler ! ». Les transformateurs sont appelés de leur côté à faire preuve de transparence sur les hausses de coûts. Autre demande du gouvernement : mettre en place un moratoire lié à la guerre en Ukraine sur les pénalités logistiques.


Une réunion de suivi chaque semaine

Afin de maintenir la pression sur les différents acteurs, le gouvernement tiendra chaque jeudi une réunion de suivi pour voir comment les négociations avancent sur les marques nationales et les MDD. Chaque opérateur est appelé à trouver la bonne solution pour gérer la fluctuation des cours sans avoir à renégocier en permanence (clause d’indexation automatique sur l’énergie par exemple, engagements de prix sur plusieurs mois…).

Selon le gouvernement, s’il y a plutôt eu un discours de responsabilité en matière de transparence du côté des industriels, chez les distributeurs « globalement ouverts à renégocier l’entrain à faire passer des hausses est variable ».

Il y aura de l’inflation

Le consommateur, lui, doit s’attendre à des hausses de prix. Le gouvernement ne le cache pas « il y aura de l’inflation ».

Selon le cabinet du ministre de l’Agriculture, une réunion devrait avoir prochainement lieu avec les acteurs de la restauration collective sur le même thème.

Relire nos articles sur la guerre en Ukraine

(1) Syndicats agricoles, transformateurs (Ania, Ilec, Feef, La Coopération agricole, Culture viande, FIA, Adepale) les enseignes de la distribution + FCA et FCD.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

vaches allaitantes
De combien va baisser la production de viande bovine en 2023 ?
L’Institut de l’élevage livre ses prévisions 2023 sur le marché de la viande bovine. Les disponibilités françaises vont rester en…
Grippe aviaire : onzième foyer dans le Gers et une nouvelle suspicion
Un onzième foyer de grippe aviaire été confirmé le 22 janvier dans le département du Gers et une nouvelle suspicion était en…
Les mauvais résultats du bio en 2022 en 7 chiffres
La FCD dresse dans sa note mensuelle un bilan négatif des ventes de produits biologiques en 2022.
Egalim 3 : le projet de loi du député Descrozaille en procédure accélérée
Le gouvernement a engagé une procédure d’examen accélérée le 21 décembre 2022 sur la proposition de loi visant à compléter Egalim…
Frédéric Chartier, président du groupement de producteurs Armor œufs depuis avril 2022.
Pourquoi Armor Œuf veut renégocier ses contrats ?
Face à la hausse des coûts de production des œufs, notamment de l’énergie, l’amont de la filière œuf est sous tension. Entretien…
Egalim 3 : la proposition de loi Descrozaille passe le cap de la commission des Affaires économiques
En commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, les députés ont adopté le projet de loi Descrozaille visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio