Aller au contenu principal

Egalim2 : Le ministre de l’Agriculture est déterminé « à mettre une très très forte pression dans le tube »

Le second comité de suivi des relations commerciales s’est déroulé, le 27 janvier, dans un climat extrêmement tendu. Le ministre a rappelé à tous les acteurs de jouer le jeu de la loi Egalim2, sous risque de sanctions.

Un troisième comité des négociations commerciales se tiendra le 20 février.
© only_kim - stock.adobe.com

A l’occasion du second comité de suivi des relations commerciales, qui a eu lieu le 27 janvier, tous les acteurs de la chaîne alimentaire ont pu faire le point sur ce qui se jouait en coulisses. Et clairement, la situation est extrêmement tendue. Si certains distributeurs comme industriels « montrent clairement leurs intentions de respecter la loi et ont changé de comportements », « certains ne jouent pas le jeu et ne respectent pas les règles mises dans la loi. J’ai tenu des propos très durs. On peut qualifier cette réunion de tendue, mais ma fermeté est totale », a déclaré le ministre Julien Denormandie, lors d’un point presse organisé à l’issue du comité.

Voir notre dossier : Le point sur Egalim2

Des comportements "scandaleux" sur les pénalités logistiques

« La loi Egalim2 a eu l’effet recherché sur la répartition des rapports de force. Sans la loi, la situation serait encore dramatique et encore plus complexe pour le monde agricole. Il y a quand même un engagement clair des industriels et distributeurs de respecter la sanctuarisation de la matière première agricole », a tenu à souligner le ministre.

 

Les points de tension restent donc sur les autres coûts non agricoles et les pénalités logistiques sont notamment au cœur de quelques conflits. « C’est scandaleux que certains cherchent encore à faire des revenus sur les pénalités logistiques, alors que la loi a modifié leurs règles », a-t-il ajouté. Il a qualifié de « musclées », les discussions en cours entre industriels et distributeurs.

250 contrôles depuis le 1er janvier

Il a rappelé que la DGCCRF était mobilisée pour mener à bien les contrôles et les sanctions qui s’en suivent. Depuis le 1er janvier, 250 contrôles ont déjà été menés et le gouvernement vise d’atteindre un millier avant la fin des négociations. « Nous allons mettre une très très très forte pression dans le tube auprès des industriels et des distributeurs pour que la loi soit respectée », a-t-il martelé.

A date, « le nombre de contrats signés est plus faible que d’ordinaire et il y a un écart fort entre les demandes tarifaires des industriels et les propositions des distributeurs parfois en déflation », a souligné Jean-Baptiste Lemoyne, ministre délégué chargé des Petites et Moyennes Entreprises, lors de ce même point presse.  

 

 

 

Pour autant, le gouvernement est déterminé à ne pas modifier la date de clôture des négociations, qui reste donc fixée au 1er mars.

Alors qu’habituellement, ce second comité est le dernier organisé avant la fin des négociations, le gouvernement veut fixer autour du 20 février une nouvelle rencontre « pour maintenir la pression ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les prix des gros bovins dépassent un nouveau seuil symbolique
Le prix moyen pondéré des gros bovins entrée abattoir a dépassé la barre historique des 5 €/kg en semaine 18. Du jamais vu. Les…
Pénurie alimentaire : quel est le manque à gagner des ruptures en magasin ?
Les ruptures en magasin se multiplient pour diverses raisons et le manque à gagner a atteint 851 millions d'euros sur les trois…
Ruptures et pénuries se multiplient dans les grandes surfaces
Pénuries alimentaires en rayon : quels produits, pourquoi, jusqu’à quand ?
Huile de tournesol, poulet mais aussi poisson pané, plusieurs produits manquent en rayon, pour quatre types de raisons parfois…
Six acteurs de la bio s'associent pour créer une usine de floconnage 100% bio
Les coopératives Cocebi, Biocer, Probiolor, les entreprises Favrichon, Cereco et le distributeur Biocoop se sont associés pour…
Les prix de la bavette et du rumsteck UE à des records à Rungis
Les approvisionnements sont compliqués en viande bovine pour les grossistes, faute d’offre, et l’importation n’apporte pas…
Pénurie alimentaire : lait et produits laitiers seront-ils les prochains concernés ?
Collecte de lait de vache en repli, sécheresse en vue, les industriels s’inquiètent pour leurs approvisionnements cet été. Le…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio