Aller au contenu principal

Eau : Que change la nouvelle directive pour les industries agroalimentaires ?

La France a bien transposé la directive 2020/2184 relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine (EDCH) dans le délai de 2 ans fixé par la Commission Européenne. Depuis le 13 janvier, tous les détails sont en effet connus. Les seules les industries agroalimentaires impactées sont en fait celles qui utilisent leurs propres captages avec deux nouvelles contraintes sur les pesticides et sur de nouveaux paramètres à analyser à partir de 2026.

© Pixabay

L’eau en contact direct ou indirect avec une denrée alimentaire doit être de qualité EDCH. C’est l’esprit de la directive européenne de 2020 qui vient d’être transposée en droit français. Elle change un peu la donne pour les IAA, mais seulement pour celles qui utilisent leurs propres ressources. En France, l’EDCH utilisée par les entreprises alimentaires provient en effet soit du réseau de distribution publique d’eau potable, soit de captage(s) privé(s) de l’entreprise alimentaire autorisés par arrêté préfectoral pour la production d’EDCH.

La directive 2020/2184 confirme le principe d’utilisation d’eau de qualité « EDCH » pour toutes les opérations liées aux processus d’élaboration ou de préparation des denrées alimentaires : l’eau au contact direct ou indirect ne doit pas affecter la salubrité de la denrée alimentaire finale. Ce principe est inscrit également dans le règlement européen n° 852/2004 relatif à l’hygiène des denrées alimentaires et dans les HACCP.

La transposition de la directive 2020/2184 entraine quelques changements pour les entreprises alimentaires utilisant leur propre ressource. Elles sont toujours soumises au contrôle sanitaire de l’Agence régionale de santé (ARS) comme l’indique l’arrêté du 11 janvier 2007 modifié avec le programme de prélèvements et d'analyses du contrôle sanitaire pour les eaux utilisées dans une entreprise alimentaire ne provenant pas d'une distribution publique.

A partir du 1er janvier 2026, ce contrôle sanitaire inclura l’analyse de nouveaux paramètres pour lesquels des exigences de qualité sont fixées : AHA, chlorates, bisphénol A, chrome VI, PFAS, uranium. Par ailleurs, les métabolites de pesticides non pertinents pour les EDCH sont désormais assortis d’une « valeur indicative » et fixée à 0,9 μg/L qui constitue un seuil d’action pour envisager des mesures de gestion appropriées et proportionnées pour préserver la ressource

En revanche, les entreprises alimentaires ne sont pas concernées par les nouvelles dispositions introduites par la directive comme l’évaluation des risques liés aux installations intérieures de distribution d’EDCH (article R.1321-55-1 du code de la santé publique), cet aspect devant déjà être pris en compte dans la démarche HACCP de l’entreprise alimentaire.

Pour prendre la pleine mesure de la transposition de cette directive 2020/2184 du 16 décembre 2020 sur la qualité des eaux destinées à la consommation humaine, notamment dans le code de la santé publique, il faut se référer à un corpus de textes : l’ordonnance n°2022-1611 du 22 décembre 2022 relative à l’accès et à la qualité des EDCH, le décret n°2022-1721 du 29 décembre 2022 relatif à l’amélioration des conditions d’accès de tous à l’EDCH, le décret n°2022-1720 du 29 décembre 2022 relatif à la sécurité sanitaire des EDCH et les 15 arrêtés publiés au Journal officiel les 31 décembre 2022, 11 et 13 janvier 2023.

 

 

 

 

Les plus lus

Viande : Sicaba se place en redressement judiciaire
La Sicaba s’est placée le 2 février en redressement judiciaire auprès du tribunal de commerce de Cusset. La hausse de l’énergie…
vaches allaitantes
De combien va baisser la production de viande bovine en 2023 ?
L’Institut de l’élevage livre ses prévisions 2023 sur le marché de la viande bovine. Les disponibilités françaises vont rester en…
Les mauvais résultats du bio en 2022 en 7 chiffres
La FCD dresse dans sa note mensuelle un bilan négatif des ventes de produits biologiques en 2022.
Grippe aviaire : onzième foyer dans le Gers et une nouvelle suspicion
Un onzième foyer de grippe aviaire été confirmé le 22 janvier dans le département du Gers et une nouvelle suspicion était en…
Frédéric Chartier, président du groupement de producteurs Armor œufs depuis avril 2022.
Pourquoi Armor Œuf veut renégocier ses contrats ?
Face à la hausse des coûts de production des œufs, notamment de l’énergie, l’amont de la filière œuf est sous tension. Entretien…
Egalim 3 : la proposition de loi Descrozaille passe le cap de la commission des Affaires économiques
En commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, les députés ont adopté le projet de loi Descrozaille visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio