Aller au contenu principal

Décarbonation : «Nous sommes prêts à partager les bonnes idées avec d'autres d'entreprises agroalimentaires»

Ligeriaa et ses partenaires ont tiré le bilan de Decarbon'Agro, une action qui a mobilisé une dizaine d'entreprises agroalimentaires des Pays de la Loire dans l'élaboration d'une stratégie de décarbonation.

 Sur les photos, on a de gauche à droite (tous cités dans l'article) :    Jean-François Potier (Eurial) Vincent Forestier (Brioche Pasquier) Théophile Prunier (Maison Prunier) Pascale Guiffant (Open Lande)
Sur les photos, on a de gauche à droite (tous cités dans l'article) : Jean-François Potier (Eurial) Vincent Forestier (Brioche Pasquier) Théophile Prunier (Maison Prunier) Pascale Guiffant (Open Lande)
© Thierry Goussin

L'action collective Decarbon'Agro a tenu son événement de clôture le 23 janvier dernier à Saint-Herblain (44). Elle avait été initiée dix-huit mois auparavant par Ligeriaa, l'association des entreprises alimentaires des Pays de la Loire. Ligeriaa s'est appuyé sur Open Lande et ORACE pour les animations du volet collectif, bénéficiant par ailleurs du soutien de l'ADEME, de Bpifrance et de la Région des Pays de la Loire

Lire aussi : Comment réduire sa consommation énergétique ?

S'adressant en priorité aux entreprises de moins de 500 salariés, Decarbon'Agro avait pour objectif de sensibiliser, inciter et accompagner les acteurs régionaux de la filière dans la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre et de leur impact carbone, en ayant une approche globale et hiérarchisée (éviter, réduire, remplacer, compenser/régénérer) et en privilégiant les acteurs et actions de proximité pour la compensation. Une dizaine d'entreprises se sont engagées dans cette démarche. Elles ont pu bénéficier d'un prédiagnostic par ORACE et, pour celles qui le souhaitaient, d'un accompagnement individuel de douze jours dans le cadre du Diag Décarbon'Action, dispositif de l'ADEME et Bpifrance conduit en collaboration avec l'association Bilan Carbone. Un programme d'atelier collectifs menés par ORACE et par Open Lande a permis aux entreprises de découvrir la complexité d'une démarche qui ne peut être que globale et partagée au sein de l'entreprise.

Lire aussi : Comment Even avance dans la décarbonation de ses activités laitières

Trois témoignages de bonnes pratiques

Introduisant l'événement avec un exposé sur l'entreprise régénérative, Pascale Guiffant d'Open Lande a insisté sur l'obligation pour les acteurs de «prendre conscience de la transformation culturelle à mener pour conduire une stratégie de neutralité carbone». Trois entreprises ont témoigné sur ce que leur a apporté la participation à Décarbon'Agro. Dirigeant de la charcuterie sarthoise Maison Prunier, Théophile Prunier a estimé qu'une telle action permet à une PME de «conscientiser son impact et le vulgariser au niveau des équipes». «Je cherchais la mutualisation et l'échange» a indiqué Vincent Forestier, responsable R&D de Brioche Pasquier

Des économies rapides

Alors que sa maison mère Agrial vise la réduction de 35 % de son empreinte carbone d'ici 2035, Jean-François Potier directeur QHSE d'Eurial, la branche lait du groupe coopératif, a expliqué comment la démarche So Eco génère rapidement et sans lourds investissements 10 % d'économies sur la consommation énergétique des sites industriels. Une caméra acoustique a même permis de trouver en deux heures 11 000 € d'économies sur des fuites d'air comprimé ! Après avoir réduit de 15 % ses consommations énergétiques, Maison Prunier avance sur deux chantiers, la réduction de ses emballages et un projet de chaudière biomasse mené avec un industriel voisin. Chez Brioche Pasquier, l'impact carbone réside à 67 % dans les matières premières et les relations avec les fournisseurs sont donc fondamentales. Le boulanger industriel soutient depuis 2018 des projets agroécologiques et il vise d'ici deux ans un approvisionnement de 15 000 tonnes sur une filière blé en agroécologie, qui couvrirait 20 % de ses besoins. Cette action collective, qui donnera lieu à un Livre blanc, pourrait ne pas en rester là. «Nous sommes prêts à partager les bonnes idées avec d'autres d'entreprises de la région», a ainsi conclu Jean-François Potier.

 

Les plus lus

Audition du pdg du groupe Bigard sur les raisons de la perte de souveraineté alimentaire de la France
Décapitalisation, Egalim, crise des abattoirs, tensions avec la GMS, Jean-Paul Bigard s’explique face aux députés

Le président-directeur général du Groupe Bigard a répondu pendant 2hoo aux questions des députés sur la souveraineté…

Emmanuel Besnier, PDG de Lactalis, devant trois députés de la commission d'enquête sur la perte de souveraineté alimentaire, le 6 juin 2024
Lactalis : « On est la cible de beaucoup d’attaques en tant qu’entreprise qui réussit », déplore Emmanuel Besnier

Le président-directeur général du Groupe Lactalis a répondu pendant 2h00 aux questions des députés lors d’une audition à…

camion de transport de bétail
Bovins : qui a profité de la réouverture du marché turc ?

Pour limiter la décapitalisation, le gouvernement turc a ouvert les importations d’animaux vifs et de viande bovine en 2023.…

carte de la vienne
Agneau : Bigard reprend l'abattoir Sodem du Vigeant

Jean-Paul Bigard a annoncé l'acquisition du premier abattoir d'agneaux de France. 

graines de soja
Alimentation animale : pourquoi les prix du soja pourraient flamber fin 2024

Si le règlement européen sur la non déforestation importée (RDUE) est clair quant à ses objectifs, le manque de précision sur…

Volaille : comment la Croatie est devenue le nouveau terrain de jeu des industriels ukrainiens pour multiplier leurs productions

La Croatie semble devenir le nouveau terrain de jeu pour les entreprises ukrainiennes de volaille. De quoi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio