Aller au contenu principal

Cantines : qu’implique le partenariat signé entre Compass et La Coopération agricole pour les filières agricoles et agroalimentaires ?

Le 7 septembre, le groupe de restauration collective Compass et La Coopération agricole ont signé une convention afin de développer une alimentation collective durable et responsable. Qu’implique-t-elle ?

Dominique Chargé, président de la Coopération agricole, et Gaétan de l'Hermite, président de Compass Group France ont signé un partenariat pour une alimentation durable et responsable dans les cantines le 7 septembre à Issy-les-Moulineaux
© Twitter

L’ambition du groupe Compass en France est de soutenir la pérennité des filières alimentaires à travers les 171 millions de repas que le groupe délivre chaque année, dont 300 000 repas par jour dans les cantines scolaires.

La convention signée entre Compass et La Coopération agricole vise à répondre à trois enjeux majeurs :

  • permettre de créer du lien entre deux secteurs interdépendants
  • Capitaliser sur le modèle coopératif pour avancer collectivement
  • Répondre aux enjeux de rémunération des agriculteurs

 

 

Rappelons que la loi Egalim 1 puis la loi Climat & Résilience impose à la restauration collective d’introduire dans leurs menus 50% de produits durables et dits de « qualité », dont 20% de produits biologiques d’ici à 2024, une mesure applicable à la restauration collective publique depuis le 1er janvier 2022.

Evolution de la politique d'achats de Compass

Le groupe de restauration collective affiche, à travers cette convention, sa volonté « de faire évoluer sa politique d’achats pour contribuer à la rentabilité des filières et s’adapter au plus juste au contexte inflationniste ».

Les premiers bénéficiaires de ce partenariat sont les enfants des 25 écoles d’Issy Les Moulineaux. Cliente de Scolarest, filiale de Compass, la collectivité s’est impliquée dans la démarche « en intégrant dans son cahier des charges des critères en faveur d’une alimentation plus durable », fait savoir le groupe.

Signataire du pacte Restaurons Demain, Compass group affirme réaliser déjà 80% de ses achats en France. Son objectif est d’atteindre 60% de ses achats auprès des coopératives agricoles françaises à horizon 2030 sur les principales catégories existantes (produits laitiers, viandes, céréales, fruits et légumes) conformément à la loi Egalim.

Des projets autour du boeuf et des légumineuses

Deux projets de filière sont en cours de déploiement :

  • Une filière légumineuse = l’objectif est d’augmenter de 30 à 40% d’ici à 2030 la consommation de légumineuses qui avoisine actuellement les 570 tonnes
  • Une filière bœuf « grâce à la rationalisation du nombre de bovins élevés vs les pièces de bœuf réellement consommées ». Compass utilise près de 1700 tonnes de viande bœuf par an. En travaillant avec les éleveurs sur la sélection de races à viande dédiées à la consommation, le groupe pense possible « de réduire de 20% le nombre de vaches abattues par an, en garantissant la valorisation de l’ensemble de la carcasse ». 6000 vaches seraient abattues par an grâce à cette optimisation.

 

Compass Group France en quelques chiffres
- 164,5 millions de repas servis chaque année : en entreprise avec les marques Eurest, Exalt et Popote, dans l’enseignement avec Scolarest, en cafétéria dans les hôpitaux sous l’enseigne Mediance, en établissements santé et médico-sociaux avec Medirest et en restauration évènementielle sous la maque Levy Restaurants.
- un chiffre d’affaires de 945 millions d’euros en 2021
- 2 341 établissements clients
- 13 000 salariés en France.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cette infographie est initialement parue dans notre magazine mensuel de septembre
[Infographie] Pourquoi tant de pénuries alimentaires en 2022 ?
Certains rayons sont vides et les consommateurs craignent les pénuries de plusieurs produits alimentaires. Pour les magasins, les…
Les prix records des gros bovins ne compensent pas la flambée des coûts de production
Les prix records des gros bovins ne compensent pas la flambée des coûts de production
Le prix de revient des gros bovins a fortement progressé au premier semestre, dopé notamment par la hausse de l’énergie.
Energie : les industriels laitiers craignent pour la continuité de leurs activités
La Fédération nationale de l'industrie laitière (Fnil) appelle le gouvernement à mettre en place rapidement un bouclier tarifaire…
Un incendie a ravagé un enterpot de fruits et légumes à Rungis le 25 septembre
Mis à jour : Ce que l’on sait de l’incendie à Rungis
  Un incendie a ravagé un entrepôt de fruits à légumes à Rungis le 25 septembre, sans faire de victimes.
Combien l’Europe a perdu de bovins et de porcs en un an ?
La décapitalisation du cheptel bovin et la forte tension en production de porc liée à l’envolée de l’aliment et aux contraintes…
Un cas de grippe aviaire dans la zone IGP Volaille du Maine, la situation jugée alarmante
Un cas de grippe aviaire a été confirmé dans un élevage situé dans la zone de Loué. Les scientifiques alertent sur une situation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio