Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Bruits de bottes et hausse des prix

Les évènements en Ukraine ont déclenché une vive remontée des cours sur les marchés mondiaux, du blé en premier lieu. Le cours du blé sur Euronext a clôturé lundi en hausse de 7,50 euros pour l'échéance mai.

Période du 26 février au 4 mars. Les bruits de bottes ont toujours trouvé leur écho dans la hausse des prix des matières premières stratégiques, dont les matières premières agricoles. La tournure prise par les évènements en Ukraine a déclenché une vive remontée des cours sur les marchés mondiaux, du blé en premier lieu. Opérateurs et investisseurs s'alarment des possibles conséquences de cette situation politique sur les échanges céréaliers internationaux dans lesquels les belligérants potentiels, l'Ukraine et la Russie, jouent un rôle majeur. Lundi, les marchés à terme de Chicago et Euronext ont donc réagi par une forte hausse à cette tension politique, le cours du blé sur Euronext clôturant en hausse de 7,50 €, à 208,75 € pour l'échéance mai. Le marché physique a suivi, se rapprochant des 200 € pour le blé rendu Rouen pour retomber à 196 € après la conférence de Vladimir Poutine. Le prix du maïs a été tiré par la hausse du blé, mais dans une moindre mesure (+1,75 € sur Euronext et un cours sur le marché physique de 172 € fob Rhin). En dehors de toute intention spéculative, le raffermissement des prix du maïs français peut aussi s'expliquer par la possibilité de voir les livraisons ukrainiennes se ralentir (ce qui n'a pas encore été le cas) vers le nord communautaire ou à destination des fabricants d'aliments du bétail bretons. Les prix de l'orge fourragère ont profité timidement de la hausse globale des céréales, à 171 € rendu Rouen, sans amélioration de l'activité commerciale. L'évolution de la situation géopolitique dans les prochains jours sera déterminante pour celle du marché céréalier. Rappelons que la Russie avait enlevé, la semaine dernière, la plus grosse part de l'appel d'offres égyptien de blé, avec 235000 t, la Roumanie plaçant 60000 t, mais que dans le même temps, Bruxelles battait le record hebdomadaire de certificats d'exportation de blé pour l'UE, avec 931000 t, portant le total des attributions depuis le début de la campagne a 20,2 millions de tonnes (Mt), soit 7,1 Mt de plus qu'il y a un an.

Le rapport du CIC, présenté le 27 février, n'a pas modifié notablement les précédentes estimations, seul le stock final mondial de maïs étant abaissé de 4 Mt, à 154 Mt, grâce à une augmentation équivalente de la consommation.

Baisse de la production mondiale de blé de 2 % en 2014

Le CIC maintient sa prévision de production de blé en 2014, en baisse de 2 %, en raison de rendements en baisse sur 2013 et prévoit par ailleurs une légère progression des surfaces de maïs, +1 million d'hectares (Mha), à 175,5 Mha, et une production mondiale de 954 Mt, contre 959 Mt, cette campagne.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Evolution des cours des principales céréales
L’épidémie de coronavirus fait chuter les cours du blé tendre
Le blé tendre français cumule les éléments baissiers – recul des bourses mondiales et chute des cours du pétrole, sur fond d’…
L’essor de Covid-19 entraîne un nouveau recul des cours
Dans un contexte de crainte de récession de l’économie touchée par le coronavirus, le blé tendre limite les pertes pour le moment…
Evolution des cours du colza
Hausse des cours du colza, dans le sillage du soja
La Chine a de nouveau commandé du soja en provenance des États-Unis, et des restrictions logistiques sont observées dans les…
Evolution des cours des principales céréales
Les grains français parviennent à maintenir leurs cours
Alors que les conséquences de la pandémie de Covid-19 perturbent les échanges, les prix des céréales françaises restent tenus à l…
Chicago : le blé au plus haut

Le cours du blé coté à Chicago a atteint mercredi son plus haut depuis fin janvier alors que la demande nationale et…

 © Jean Nantueil
Chicago : repli en panique autour du coronavirus

Le marché agricole a suivi la même tendance qu’à Wall Street, lourdement lesté par l’incertitude ambiante face au…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio