Aller au contenu principal

Oeufs
Broyage des poussins : là où L214 et Hugo Clément se trompent

L’association dénonciatrice des souffrances animales en élevage L214 crie à la trahison du gouvernement ; elle estime que les poussins mâles de la filière ponte vont continuer d’être broyés en masse. Le journaliste de France 5 Hugo Clément a exploité cette information sur France Inter.  

Brigitte Gothière, cofondatrice de L214, dénonce la fausse promesse du gouvernement de mettre fin au broyage des poussins mâles.
© L214

L214, dans un communiqué diffusé les 5 et 6 décembre, se scandalise des dérogations à la mise à mort des poussins mâles qui « rendent caduque » selon elle l’interdiction de mise à mort de ces poussins de la filière ponte à compter du 1er janvier 2023. Ce sont en particulier 2 dérogations.

  • La première dérogation dénoncée par L214 concerne la filière des œufs destinés à être transformés en ovoproduits. Le communiqué contient une erreur d’appréciation du nombre de poussins mâles concernés. Ce ne sont pas environ 25 millions, soit à peu près autant que de poulettes destinées à pondre des œufs de consommation, mais beaucoup moins. En effet, les œufs destinés à la transformation sont pondus par des poules en fin de carrière pour l’œuf coquille ; elles seront donc issues d’ovosexage, comme le veut la nouvelle loi. Certains des œufs à transformer, de couleur blanche, sont pondus par des poules blanches. Celles-ci pourront être issues d’un sexage (le tri) après éclosion, supposant donc la mise à mort des poussins mâles. Leur effectif réduit le nombre de poussins concernés par la dérogation à moins de 10 millions – 7,5 M selon une estimation de 2021.
     
  • La seconde dérogation de mise à mort concerne les poussins destinés à l’alimentation animale. Selon L214, ce « débouché infini » sous forme de croquettes ou d’aliments humides rend caduque l’interdiction de mise à mort. Or, d’après l’interprofession de l’œuf, le CNPO, l’effectif se limiterait aux poules blanches, pour les besoins des zoos ou autres animaleries, et non pour l’alimentation des carnivores domestiques. Les poussins seraient congelés, mais non broyés, à cet effet. Dans le podcast En toute subjectivité sur France Inter, ce 7 décembre, le présentateur de Surlefront sur France 5 évoque des débouchés "tellement importants" de l'alimentation animale que des millions de poussins pourraient continuer d'être broyés ou gazés.
     

Enfin L214 met l’accent sur la persistance du « broyage » ou du « gazage » des poussins mâles. D’après un décret du 5 février 2022, les méthodes autorisées de mise à mort des poussins devront faire l’objet d’un arrêté. La méthode à déployer, selon le CNPO, est l'asphyxie au CO2.

Des informations reprises par le journaliste-militant Hugo Clément ce jour sur France inter.


Les professionnels de l'œuf réagissent

Le CNPO a réagi à la communication de L214, par un communiqué intitulé « Stop à la désinformation des associations animalistes ». « Les militants extrémistes (visant L214, NDLR) prétendent que 50 % des œufs français ne seront pas concernés par l’ovosexage, ce qui est totalement erroné », rectifie le communiqué de l’interprofession diffusé en milieu de journée. Il y est rappelé que les professionnels sont d’ores et déjà prêts à mettre en œuvre l’ovosexage sur les souches de poules brunes, « qui représentent 85 % de leur cheptel », précise ce communiqué.

Quant aux autres, sur lesquelles il ne sera pas encore pratiqué, le CNPO déclare souhaiter « poursuivre ses travaux sereinement afin de trouver les technologies adaptées à l’ovosexage des souches non brunes, qui représentent le reste de ses effectifs, soit environ 15 % des poules en France ».

Les plus lus

Viande : Sicaba se place en redressement judiciaire
La Sicaba s’est placée le 2 février en redressement judiciaire auprès du tribunal de commerce de Cusset. La hausse de l’énergie…
vaches allaitantes
De combien va baisser la production de viande bovine en 2023 ?
L’Institut de l’élevage livre ses prévisions 2023 sur le marché de la viande bovine. Les disponibilités françaises vont rester en…
Les mauvais résultats du bio en 2022 en 7 chiffres
La FCD dresse dans sa note mensuelle un bilan négatif des ventes de produits biologiques en 2022.
Grippe aviaire : onzième foyer dans le Gers et une nouvelle suspicion
Un onzième foyer de grippe aviaire été confirmé le 22 janvier dans le département du Gers et une nouvelle suspicion était en…
Frédéric Chartier, président du groupement de producteurs Armor œufs depuis avril 2022.
Pourquoi Armor Œuf veut renégocier ses contrats ?
Face à la hausse des coûts de production des œufs, notamment de l’énergie, l’amont de la filière œuf est sous tension. Entretien…
Egalim 3 : la proposition de loi Descrozaille passe le cap de la commission des Affaires économiques
En commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, les députés ont adopté le projet de loi Descrozaille visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio