Aller au contenu principal

Dématérialisation
Agena 3000 numérise les relations fournisseurs pour Auchan

Auchan a choisi d'informatiser ses échanges de données telles que les informations produits avec ses fournisseurs grâce aux solutions proposées par la société Agena 3000.

Jacky Huet, directeur commercial et marketing d’Agena 3000. © Agena3000
Jacky Huet, directeur commercial et marketing d’Agena 3000.
© Agena3000

Afin de poursuivre sa transformation numérique, l’enseigne de grande distribution Auchan Retail s’est associé à Agena 3000 en choisissant sa solution d’optimisation des échanges de données, dans le cadre de son projet de numérisation de la relation avec ses fournisseurs. Le distributeur a ainsi accès à une plateforme contenant tous les échanges avec tous ses fournisseurs concernant les factures et les commandes.

« La dématérialisation que nous proposons permet aux industriels agroalimentaires et aux distributeurs un gain de temps considérable », souligne Jacky Huet, directeur commercial et marketing d’Agena 3000. L’acquisition de ces informations produits fournisseurs en 100 % numérique rationalise le processus de référencement et réduit les coûts de non-qualité des données produits et tarifaires. Il s’agit de la troisième enseigne de grande distribution avec laquelle travaille la société, après Intermarché et Monoprix.

Un gain de temps considérable

Agena 3000 propose également un portail avec dématérialisation des informations sur les produits telles que les ingrédients, les valeurs nutritionnelles, l’origine, etc. Chaque produit peut rassembler jusqu’à 400 ou 500 informations, renseignées par l’industriel. La plateforme propose des champs de renseignement différents selon la nature du produit. « Auparavant, Auchan maintenait plusieurs systèmes de données différents, comme des fichiers Excel pour ses informations produits. Aujourd’hui, tout est renseigné au même endroit », ajoute Jacky Huet.

Une plateforme adaptée aux petits producteurs

La plateforme proposée par Agena 3000 est gérée en mode SaaS, c’est-à-dire que l’utilisateur peut y avoir accès via internet. Son accès ne nécessite donc aucune installation de logiciel. Agena 3000 veut adopter une stratégie adaptée aux petits fournisseurs : si un producteur ou une entreprise agroalimentaire n’envoie sa marchandise qu’à une seule enseigne de distribution, l’accès au portail proposé est gratuit. Si les envois sont à destination de plusieurs distributeurs, ce qui est souvent le cas pour des entreprises plus imposantes, l’accès à la plateforme se fait par abonnement. « Nous sommes sur des tarifs inférieurs à 100 euros par an afin de rester accessible », précise Jacky Huet.

Par ailleurs, si un fournisseur renseigne les informations de ses produits, il peut l’envoyer à une enseigne qui n’utilise pas le même système de collecte de données, elle sera quand même capable de la lire. « C’est un système comparable aux opérateurs téléphoniques : ils sont plusieurs sur le secteur, mais les lignes sont similaires », explicite Jacky Huet.

Agena 3000 déploie maintenant ses solutions sur un nouveau secteur : celui de la restauration. La société a récemment signé avec Elior et Sodexo.

La pandémie a stimulé la croissance d’Agena 3000

Créée en 1980, Agena 3000 a connu « une année de folie » en 2020, la pandémie de coronavirus et la crise économique ont fait que bon nombre d'entreprises se sont décidées à enclencher ou accélérer leur numérisation. « Depuis quatre ans et l’émergence de Yuka qui oblige de nombreux acteurs de l’agroalimentaire à fournir beaucoup d’informations sur les produits, nous connaissons une très forte croissance », explique Jacky Huet, directeur commercial et marketing d’Agena 3000. Cette tendance s’est amplifiée depuis la pandémie. Aujourd’hui, la plateforme recense 400 000 produits alimentaires français. Depuis 2017, la société est passée de 100 à 150 salariés et de 2000 à 3000 industriels agroalimentaires clients.

Les plus lus

Viande : Sicaba se place en redressement judiciaire
La Sicaba s’est placée le 2 février en redressement judiciaire auprès du tribunal de commerce de Cusset. La hausse de l’énergie…
vaches allaitantes
De combien va baisser la production de viande bovine en 2023 ?
L’Institut de l’élevage livre ses prévisions 2023 sur le marché de la viande bovine. Les disponibilités françaises vont rester en…
Les mauvais résultats du bio en 2022 en 7 chiffres
La FCD dresse dans sa note mensuelle un bilan négatif des ventes de produits biologiques en 2022.
Grippe aviaire : onzième foyer dans le Gers et une nouvelle suspicion
Un onzième foyer de grippe aviaire été confirmé le 22 janvier dans le département du Gers et une nouvelle suspicion était en…
Frédéric Chartier, président du groupement de producteurs Armor œufs depuis avril 2022.
Pourquoi Armor Œuf veut renégocier ses contrats ?
Face à la hausse des coûts de production des œufs, notamment de l’énergie, l’amont de la filière œuf est sous tension. Entretien…
Egalim 3 : la proposition de loi Descrozaille passe le cap de la commission des Affaires économiques
En commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, les députés ont adopté le projet de loi Descrozaille visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio