Aller au contenu principal

8 coopératives récompensées des premiers trophées du commerce équitable

Dans le cadre de ses assises organisées à Paris le 21 novembre 2023, Commerce Equitable France a remis ses premiers trophées récompensant les initiatives envers le développement durable. Huit coopératives françaises et africaines ont été récompensées.

Cette première a vu la participation d'une quarantaine de candidats
Les premiers Trophées du commerce équitable ont récompensé huit coopératives.
© K.BERTIN

« Un coup de projecteur sur le rôle du commerce équitable dans ses innovations sociétales et environnementales. » Telle est la définition que Commerce Equitable France a donné de ses « Trophées de la transition commerce équitable et agroécologie » qui ont été remis lors des assises du commerce équitable à Paris, le 21 novembre. Huit coopératives ont été ont été récompensés pour leurs efforts pour décarboner leurs modes de production, préserver la biodiversité, regénérer la fertilisation des sols et peut-être aussi, conserver un tissu économique et social.

Pour cette grande première, une quarantaine de candidats a concouru dans une des 4 catégories : « Biodiversité », « Climat », « Préservation des ressources » et « Egalité femmes-hommes ».

Lire aussi : Commerce équitable : des pistes pour payer moins cher

Biodiversité : Agribio Union, Ecam et Volailles bio de l’Ouest

Dans la catégorie « Biodiversité », trois coopératives ont été mises à l’honneur. Assata Doumbia, présidente d’ECAM, une coopérative de production de cacao en Côte d’Ivoire a été la première personne récompensée. ECAM regroupe près de 3000 producteurs et productrices, réalisant chaque année 7000 tonnes de cacao. Pour ce faire, ils ont restauré la fertilisation des sols en créant leurs propres biopesticides et biofertilisant pour passer toute la production en bio.

Agribio Union regroupe 1200 agriculteurs et agricultrices des coopératives de la filière céréales et légumineuses bio du Sud-Ouest de la France.  Sa trentaine de salariés a aidé les adhérents à améliorer la fertilité de leurs sols grâce à la rotation des cultures et une amélioration de la couverture des sols. 

Volailles bio de l’Ouest rassemble depuis 2014 une trentaine d’éleveurs et d’éleveuses de volailles dans le grand Ouest et en Vendée. Ces derniers ont travaillé sur la biodiversité et le bien-être animal en préservant des habitats naturels et en plantant des arbres et des haies sur les parcours au grand air des animaux.

Lire aussi : Italie : les surfaces bio doublent alors que la consommation est à la peine

Climat : Paysans de Verdelot et Fédération Nununa 

Paysans de Verdelot regroupe cinq agriculteurs bio de Seine-et-Marne. Après avoir fait chuter leurs émissions de Co2 de 80% en supprimant les engrais chimiques, ils ont alterné la culture des céréales avec des légumineuses, puis avec du chanvre. Un hectare de cette plante peut piéger plus de 10 tonnes de Co2 et après la récolte, le chanvre est transformé en isolant vendu aux entreprises du bâtiment.

La fédération Nununa située au Burkina Faso réunit 5000 femmes qui organisent la collecte des noix de karité et leur transformation en produits cosmétiques. Elles ont réussi à négocier avec l’Etat la concession et la préservation de 738 hectares de forêt en créant trois parcs de karité bio, luttant contre le surpâturage et la coupe illégale de bois.

Lire aussi : Le commerce équitable s’installe dans le paysage céréalier français

Préservation des ressources : Uni-Vert et Coopake

Coopake, une coopérative burkinabaise réunit 300 personnes qui produisent mangues, noix de cajou, sésame ou encore de l’hibiscus, consommés sous forme déshydraté. Pour cesser de brûler du bois et du butane lors de la cuisson et produire du Co2, les fours traditionnels ont été remplacés par des fours à pyrolyse utilisant les coques de noix de cajou. Plus économique et écologique.

Uni-Vert rassemble 52 fermes qui produisent des fruits et légumes 100% bio près de la Camargue et en Corse. Des régions confrontées à la sécheresse. La coopérative a mis au point des techniques pour mesurer et rationaliser ses besoins en eau. Elle a également travaillé pour améliorer la capacité des sols à retenir l’eau avec couvertures en inter-rangs avec paillage, engrais verts et compost. Sans diminuer les rendements, la coopérative a réduit jusqu’à 40% sa consommation en eau.

Lire aussi : Commerce équitable France maintient le cap face à l’inflation

Egalité femmes-hommes : Global Mamas

Située au Ghana, la coopérative les Global Mamas permettent à 400 femmes d’avoir un emploi stable. Elles collectent les jacinthes d’eau dont la prolifération favorisée par les pollutions chimiques détruit les milieux aquatiques et empêche les centrales hydroélectriques de fonctionner. Elles s’en servent pour produire puis vendre des produits artisanaux, comme des carnets ou encore des emballages biodégradables. 

Toutes ces coopératives ont des débouchés réguliers parfois avec de grandes entreprises (L'Occitane en Provence ou le néerlandais Tony Chocolonely)  qui leur assure des volumes garantis payés au prix juste.

Les plus lus

« Les agriculteurs ont reçu consigne d'aller dans la grande distribution », Michel-Edouard Leclerc

Le patron du mouvement E.Leclerc s’est expliqué ce 5 février au micro de France Inter.

Lait : pourquoi la France a perdu en compétitivité

La filière laitière française descend à la troisième place en termes de compétitivité parmi les grands producteurs de lait…

viande bovine
Près d’un quart de la viande bovine consommée en France est importée, d’où vient-elle ?

Les importations françaises de viande bovine se sont un peu tassées en 2023, reflet du manque de dynamisme de la consommation…

un femme d'âge moyen pousse son caddie au supermarché, elle hésite
Les tendances de consommation alimentaires de 2024 en 5 points

Après une année 2023 plombée par l’inflation, que réserve la consommation alimentaire des Français en 2024 ? Nielsen a…

camion citerne de collecte dulait
Collecte laitière : les 5 chiffres à retenir de 2023

La collecte de lait de vache a reculé en France en 2023, tout comme les fabrications de produits laitiers.

Les Labels rouge de bœuf limousin dans une mauvaise passe

La perte de volumes en labels Bœuf limousin junior et encore davantage en veau sous la mère inquiète l’association Limousin…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio