Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

#Controverses2020 : la fondation Nicolas Hulot veut des omnivores modérés

Omnivore ou végétarien : quel est le meilleur régime alimentaire pour la planète ? Et pour quelles raisons doit-on modifier son assiette par rapport à aujourd’hui ? Un face à face entre Amandine Lebreton, FNH, et Bruno Dufayet, FNB. Le débat était organisé par Réussir-Agra, dans le cadre des #Controverses2020.

Le secteur agricole représente 19 % des émissions de gaz à effet de serre, sans compter la déforestation. « C’est donc un secteur qui, comme les autres, doit répondre à l’objectif de réduction de GES », explique Amandine Lebreton, de la Fondation Nicolas Hulot. Un objectif est fixé : la neutralité à l’horizon 2050. Soit une division par deux des émissions. « Il y aussi la question du retour de boomerang. On ne parle pas que de réduire l’impact, mais comment l’agriculture peut préparer son avenir ». Pour la Fondation Nicolas Hulot, la solution est donc de réduire la place des protéines animales dans les assiettes et notamment de la viande rouge. Cependant, l’ONG ne plaide pas pour un régime végétarien, mais préfère réduire la viande pour privilégier la qualité. Concrètement, si la consommation de viande est limitée à une ou deux fois par semaine, les gaz à effet de serre seraient réduits de 27 % d’ici 2050. Avec un régime végétarien, les GES baisseraient de 55 %.

Lire aussi :
#Controverses2020 : quelle responsabilité de l’agriculture et l’alimentation française dans la déforestation ?

Le rôle agronomique de l’élevage

« Il y a aussi une question agronomique, une cohérence entre le cycle de l’azote et du carbone, qui fait que l’élevage a un rôle. Même si on peut faire mieux en introduisant plus de légumineuses dans les systèmes. Il y a aussi la question des espaces non-cultivables. L’élevage contribue au maintien de certaines zones naturelles », estime Amandine Lebreton. L'objectif pour la FNH : diviser par deux la consommation de viande.

Modèle d’élevage à l’herbe : « nous avons le système le moins déconnant »

La position de l’ONG jugée « non dogmatique » par le président de la Fédération Nationale Bovine, Bruno Dufayet. Ce dernier admet qu’il « y a un sujet sur la consommation de viande rouge. Et manger mieux, c’est quoi en termes d’impact, d’apports nutritionnels ». Le président de la FNB met donc en avant les systèmes herbagers. « Nous avons un modèle qui est le moins “déconnant” dans le monde en viande bovine, avec de l’herbe et une occupation des territoires », pointe Bruno Dufayet.

Définir les systèmes d’élevages vertueux

La FNB et la FNH ont également critiqué une analyse environnementale qui ne se baserait que sur les méthodologies de type ACV (analyse de cycle de vie), peu favorables à la viande bovine, en particulier au bio.  « Cette méthode a une proche très carbone et est très liée à la durée de vie de l’animal. Si on l’applique de manière stricte, nous avons des contresens. Les modèles intensifs sont donc favorisés et l’ACV plombe le bio. La méthode n’est pas bonne, nous en sommes convaincus. Mais, nous utilisons ses conclusions pour élaborer l’assiette de demain », insiste Bruno Dufayet. La Fondation Nicolas Hulot et la FNB partagent donc leur rejet des feedlots américains.

Lire aussi
[VIDEO] Christiane Lambert (FNSEA) et Julien Bayou (EELV) débattent sur l'eau et l'irrigation en agriculture

Les plus lus

[Néo-ruraux] Aménagement routier : les engins agricoles ne passent plus
Les moissonneuses-batteuses, les ensileuses ou les tracteurs avec combiné de semis ne peuvent plus circuler dans ce village,…
Les agriculteurs ont besoin de bras pour continuer à nourrir la population
La filière agricole se mobilise pour subvenir aux besoins alimentaires de la population. Mais la crise du Covid-19 entraîne une…
[Coronavirus] Et si la crise sanitaire changeait le regard des Français sur le monde paysan
Les Français se ruent dans les commerces alimentaires. La peur de manquer leur rappelle que le premier maillon de la chaîne de…
député européen parlement jérémy decerle agriculteur agriculture politique
[Tribune] Jérémy Decerle : "Ah, tiens, l’agriculture est un secteur stratégique"
Avec la crise du coronavirus, la place de l'agriculture et de l'agroalimentaire redevient centrale. Jérémy Decerle, député…
Coronavirus : quelles conséquences et quelles pertes pour l'agriculture et l'agroalimentaire ?
L’économie mondiale vit à l’heure du coronavirus et le marché des matières premières agricoles est dans la turbulence. Les…
Le ministre de l’Agriculture appelle ceux qui n’ont plus d’activité à rejoindre les rangs de l’agriculture
C’est un appel que lance le ministre de l’Agriculture ce 24 mars. En raison de la crise du coronavirus, l'agriculture manque de…
Publicité