Aller au contenu principal

Bien gérer la sortie des poulettes bio en cinq points

L’accès des poulettes en production biologique au parcours extérieur oblige les éleveurs à ajuster le programme lumineux et les horaires de sortie en fonction de la saison.

En accédant à l’extérieur, les poulettes sont exposées à plusieurs dizaines de milliers de lux, ce qui peut perturber la gestion du programme lumineux pour déclencher la ponte.
En accédant à l’extérieur, les poulettes sont exposées à plusieurs dizaines de milliers de lux, ce qui peut perturber la gestion du programme lumineux pour déclencher la ponte.
© P. Le Douarin

Longtemps retardée du fait des restrictions liées à l’influenza aviaire, la sortie des poulettes bio est désormais effective.

Conformément au nouveau règlement sur l’œuf bio entré en vigueur en 2022, les poulettes doivent avoir accès à un parcours extérieur d’un mètre carré par animal durant un tiers de leur phase d’élevage, soit une durée de six semaines (1).

La principale conséquence porte sur la gestion du programme lumineux pour la stimulation des futures pondeuses, potentiellement perturbée par l’exposition à la lumière naturelle. « Ce sont surtout les lots dont la sortie se fera en période de jours longs (à plus de 14 h de jour, c’est-à-dire les lots nés entre janvier et mai), qui seront plus complexes à gérer », confirme Maxime Lucas, de la firme services Provimi. « Pour les poulettes nées en janvier et février, qui sortiront au printemps lorsque les jours sont longs et croissants, le risque est d’avoir une ponte trop précoce. À l’inverse, pour celles nées en avril-mai accédant au parcours en jours longs décroissants (été), le déclenchement de la ponte pourrait être plus difficile, d’autant plus qu’elles auront potentiellement subi un retard de croissance lié aux chaleurs de l’été. » Le moment adéquat pour sortir les poulettes est un compromis entre la saison et l’âge des volailles, à ajuster lot par lot.

 

Les cinq conseils de Maxime Lucas pour maîtriser au mieux la sortie des poulettes :

 

1 À quel âge sortir les poulettes ?

Deux périodes sont possibles pour sortir les poulettes : de 7 à 13 semaines ou de 11 à 17 semaines. « Dans le premier cas, la stimulation lumineuse (démarrée à 15 semaines, en bâtiment fermé), sera plus facile à maîtriser. Toutefois, la crainte est d’avoir des étouffements lorsque les poulettes ne pourront plus sortir, en particulier dans les bâtiments sans éclairage naturel », redoute Maxime Lucas. De même, 11 semaines étant un âge à risque, il est conseillé d’habituer les poulettes au bruit et à la lumière liée à l’ouverture des trappes en les actionnant régulièrement dès trois semaines d’âge.

 

 

La firme services préconise plutôt de sortir les poules en dernière période d’élevage, de 11 à 17 semaines. « Il faut maximiser la croissance des volailles les premières semaines, grâce à un accès privilégié à l’eau et à l’aliment dans le bâtiment. Sortir les volailles lorsqu’elles sont plus âgées réduit aussi le risque de mortalité liée aux prédateurs. »

 

2 Quelle est l’incidence sur le plateau lumineux ?

Les horaires d’allumage et d’extinction de la lumière artificielle vont devoir évoluer en fonction de la saison. Il faut éviter d’avoir un bâtiment non éclairé avant le coucher du soleil, car les poules n’y rentreront pas. En été, la durée d’éclairage quotidien durant le plateau lumineux pourrait ainsi dépasser 14 heures (contre 10 h en règle générale).

 

3 Faut-il modifier l’intensité lumineuse du poulailler ?

Pour atténuer l’écart de lumière avec l’extérieur, il pourrait être judicieux d’augmenter l’éclairage intérieur à 20-25 lux, au lieu de 10-15 lux. La condition est de ne pas baisser l’intensité après le transfert en bâtiment de ponte.

 

4 À quelle heure ouvrir et fermer les trappes ?

 

 
Maxime Lucas, chef produit volailles Provimi : « Ce sont surtout les lots dont la sortie se fera en périodes de jours longs qui seront plus difficiles à gérer. » © A. Puybasset

Les trappes d’accès au parcours doivent être ouvertes après le vide de chaîne, pour s’assurer que les poulettes ont bien consommé l’aliment et pour optimiser la croissance et l’homogénéité du lot. L’horaire de fermeture sera évolutif au fil du lot. L’objectif est de le caler juste après le coucher du soleil, pour éviter que les renards ne rentrent dans un bâtiment encore éclairé.

Lire aussi : Vincent Troel plébiscite le plein air pour ses poulettes bio

5. Quand sortir les poules après le transfert ?

Pour éviter des écarts de luminosité trop importants lors du transfert en bâtiment de ponte (risque de régression lumineuse), il faut maintenir les mêmes horaires d’éclairage et une intensité lumineuse au moins égale à celle du bâtiment de poulettes. Si le bâtiment possède un jardin d’hiver, il est conseillé d’ouvrir l’accès dès que possible.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Connaitre l'excrétion et les pertes des élevages est un passage obligé pour dimensionner correctement les plans d'épandage
Environnement : vers une baisse des valeurs d’excrétion des volailles
La mise à jour des valeurs d’excrétion azotée et phosphorée des volailles réalisée dans le cadre du 7e plan action…
Jean-Baptiste Michelet termine de racler les restes de fientes après le départ des poules. La compacité et la maniabilité sont aussi appréciées par son épouse Véronique.
Manutention : un mini-tracteur bien utile pour travailler dans une volière
Véronique Michelet a investi dans un mini-tracteur pour décaper le sol avant l’enlèvement de sa bande de poules logées en volière.
Grippe aviaire : toute la Bretagne est placée en zone réglementée
  La circulation active de virus influenza aviaire au sein de l’ensemble de l’avifaune sauvage résidant en Bretagne a conduit les…
L'équarrissage est-il en surchauffe?
Le service de collecte et de traitements des animaux morts en élevage est-il sous dimensionné et/ou inadapté ? C’est ce que…
Philipp Beckhove dans son poulailler, "ITW a été bénéfique pour l'élevage allemand dans son ensemble".
« Nos poulets sont moins substituables, et c’est tant mieux ! »
En devenant éleveur labelisé Initiative Tierwohl (ITW), Philipp Beckhove éleveur en Rhénanie du nord Westphalie n’a pas accru son…
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Filière œuf : « Il faut préserver notre souveraineté alimentaire à tout prix »
Le 16 juin, Philippe Juven a quitté la présidence de l’interprofession de l’œuf (CNPO) après une décennie bien remplie. Commencée…
Publicité
Titre
je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)