Aller au contenu principal
Font Size

L’Inao adopte en urgence des règles transitoires pour les poulettes bio

Pour continuer à produire des poulettes bio et bénéficier d’une dérogation européenne, les éleveurs de poulettes devront être certifiés Bio d’ici à la fin de l’année.

Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020 © P. Le Douarin
Pendant la période dérogatoire du nouveau règlement bio, le parcours pourra faire au minimum 1 mètre de large, à condition que le bâtiment ait été certifié bio avant le 31 décembre 2020
© P. Le Douarin

Les professionnels ont eu une mauvaise surprise le 26 mars dernier. Adopté ce jour, l'article 26 du règlement d’exécution 2020/464 qui finalise les nouvelles règles techniques européennes bio pour l’élevage, stipule que les huit ans de délai accordés pour la mise en conformité des élevages (1) ne s’appliqueront que si ceux-ci sont certifiés bio avant le 31 décembre prochain. Or, en l’absence actuelle de règle bio sur les poulettes, aucun ne l’est. Actuellement, les pondeuses ne sont certifiées bio qu’après 6 semaines de conversion en atelier de ponte.

Moins de six mois pour ouvrir des trappes

À la demande du syndicat des labels avicoles (Synalaf), l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao) a établi des règles transitoires de certification bio, validées le 19 juin. Les bâtiments devront notamment héberger au maximum 10 000 poulettes par compartiment, avec au maximum 24 kg de poids/m2.Les éleveurs devront respecter 30 % de lien au sol (matières premières de l’exploitation ou de la région), justifier que les effluents sont épandus sur des terres bio, et surtout laisser sortir les poulettes (4 m de trappes pour 100 m2 intérieur). La surface du parcours sera égale à celle du bâtiment ou au minimum d’un mètre de large sur toute sa longueur. Avec un cheptel de l’ordre d'au moins 7,5 millions de poules (2), le besoin en surfaces d’élevage est d’au minimum 200 000 m2 à adapter de toute urgence.

 

(1) Arriver à 21 kg/m2 de densité, 10 cm de perchoir/tête (ou 100 cm2 de plateforme) et à un m2 de parcours/tête.
 
(2) 6.6 millions selon l'Agence Bio au 31 décembre 2018. et 5,3 millions de pondeuses mises en place en 2019 pour les filières longues selon le Synalaf qui estime recenser 60 % de la production nationale.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Aviculture.

Les plus lus

Installée dans le Gers, Béatrice Laffitte produit en label rouge mention sud ouest © C. Chabasse
La coopérative Euralis cherche des éleveurs de poulets label rouge sous IGP Landes
Le groupe Euralis s’inscrit dans une dynamique de croissance de sa production de volailles sous label rouge. La coopérative…
Face à une crise structurelle européenne du canard de chair accentuée par la Covid-19, la CFA mobilise ses adhérents pour faire émerger des solutions pour les éleveurs dans les régions Auvergne-Rhone Alpes, Bretagne, Bourgogne et Pays de la Loire qui concentrent cette production. © P. Le Douarin
Le syndicalisme avicole CFA appelle à « agir d’urgence pour sauver les éleveurs de canards de chair »
Au nom de la Confédération française de l’aviculture (CFA), Gilles Lassus éleveur de canards de Barbarie dans l’Ain, appelle l’…
Litière de bouchons de paille © A. Puybasset
La gestion des litières des poulaillers de chair enquêtée
Les chambres d’agriculture de Bretagne ont analysé les pratiques de gestion de litière d’éleveurs de volailles de chair bretons.
Les douze bâiments mobiles de Kevin Comte seront déplacés à chaque lot sur une parcelle de 20 ha. © DR
Kevin Comte démarre son premier lot de volailles en IGP Landes
À Saubrigues (40), Kevin Comte vient d’ajouter un atelier de volailles en IGP Landes sur son exploitation, créée…
Benoît Drouin produit du lait (400 000 l/an) et des volailles de chair (4 bâtiments de 400 m2) en polyculture sur une exploitation sarthoise de 135 ha (80 ha en herbe), convertie depuis 1996, d’abord par le poulet. © P. Le Douarin
« La filière avicole vit un tournant avec la réglementation bio »
Dans un contexte européen de relative libéralisation des conditions de production, Benoît Drouin, président de la commission bio…
 © A. Puybasset
France Poultry fait du bénéfice

L’abattoir France Poultry, ex-Doux export à Châteaulin (29), a vendu 152 000 t de poulets et produits…

Publicité
Titre
abonnez-vous
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Volailles
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Volailles
Newsletter COT’Hebdo Volailles (tendances et cotations de la semaine)