Aller au contenu principal
Font Size

Usine du futur : la Bretagne dans les starting-blocks


La plateforme Improov de l'association Clarte, à Laval, propose aux IAA des services d'ergo-conception par la réalité virtuelle.
Pour la troisième année consécutive, le Cfia de Rennes braquera ses projecteurs en direction de l'usine agroalimentaire du futur. Après la robotique collaborative l'an passé, place à la modélisation en 3D d'un process industriel.

La diffusion de l'idée d'usine agroalimentaire du futur relève du concept d'émulation permanente pour stimuler la création. Il existe des financements d'État (lire page 12) et des projets collaboratifs en Europe (FoodManufuture par exemple) comme en France. Les salons professionnels constituent aussi le lieu idéal pour illustrer le concept. En association avec Bretagne Développement Innovation, agence de développement économique du conseil régional de Bretagne et Valorial, pôle de compétitivité de l'aliment de demain, le Carrefour des fournisseurs des industries agroalimentaires (Cfia) de Rennes traitera du sujet, pour la troisième édition consécutive, du 11 au 13 février prochains. Avec une thématique précise : après la robotique-cobotique, en 2013, place à la réalité virtuelle au service des IAA. Différents équipementiers et intégrateurs proposeront des solutions technologiques en ce sens.

La robotisation est en marche

L'idée d'usine agroalimentaire du futur est plus qu'une opération de communication. C'est un concept bien réel et, en la matière, l'Ouest agroalimentaire n'a pas à rougir des performances technologiques de ses process. « Le renouvellement du parc industriel dans l'Ouest a peut-être été moins élevé qu'ailleurs (moindre rentabilité et maturité des marchés), mais la robotisation est en marche et les outils sont à la pointe », commente Jean-Luc Perrot, directeur de Valorial. Évidemment, les modèles industriels diffèrent selon les pays. Les opérateurs du nord de l'Europe ont tendance à massifier leurs outils pour travailler de grandes séries. Leurs homologues de France et plus particulièrement du Grand Ouest choisissent de travailler une segmentation plus marquée. « Les process coûtent forcément plus cher dans ce cas, mais ils doivent aussi permettre de dégager une marge plus importante », poursuit Jean-Luc Perrot.

Automatisation : l'enjeu du désossage

Exemple : dans l'industrie de la viande – fer de lance de l'agroalimentaire breton avec 39 % du chiffre d'affaires des IAA bre-tonnes (19 milliards d'euros en 2010) – les process évoluent en permanence pour rester compétitifs sur le marché européen. Lorsque les solutions technologiques manquent, comme dans le cas de l'automatisation du désossage dans les abattoirs-découpe de porcs, elles manquent partout en Europe. En fait, « tous les opérateurs industriels cherchent les solutions techniques qui leur permettront de réduire l'énergie et les rejets, et d'améliorer la productivité et le bien-être du personnel », explique Jean-Marc Thouelin, conseiller technologique à l'Institut Maupertuis (Rennes), centre de ressources en technologies industrielles.

Ce mouton à cinq pattes, les assembleurs de lignes et de process en créent tous les jours ou presque. En Bretagne, leur univers se compose d'un peu plus de 200 sociétés (8 200 emplois) travaillant dans les capteurs de mesures et de contrôles ; les automatismes ; la robotique ; l'échange de données informatisées ; etc. La Meito, association des opérateurs en électronique, informatique et télécommunications de l'Ouest a mené l'enquête, il y a un an. À l'époque, il s'agissait d'illustrer le poids d'un marché dans le cadre d'un programme qu'elle anime.

Du 11 au 13 février

Du 11 au 13 février prochains à Rennes, au Carrefour des fournisseurs de l'industrie agroalimentaire (Cfia), des centaines d'exposants proposeront leurs nouveautés. Une ressource précieuse pour l'industrie du Grand Ouest en quête de compétitivité. Au-delà du high-tech, des solutions existent déjà pour améliorer l'efficacité de l'usine à chaque maillon de la chaîne. Témoignages.

L'IAA connectée

Aller chercher dans d'autres univers les solutions de demain ”

Ce programme appelé AgrETIC a pour but de renforcer la compétitivité des filières agricoles et agro-alimentaires par le développement des technologies de l'information et de la communication. « Il faut que les entreprises soient en veille technologique pour aller chercher dans d'autres univers industriels les solutions technologiques de demain pour leur secteur », poursuit Jean-Luc Perrot. Le directeur de Valorial sait que les industriels sont prêts, compte tenu des contraintes industrielles spécifiques qu'ils rencontrent. Il conviendra de s'attarder sur l'IAA connectée, c'est-à-dire utilisant ces technologies qui permettent de relier en permanence les industriels à leurs donneurs d'ordre. C'est une question stratégique pour la Bretagne, car elle intègre la chaîne logistique dont la maîtrise est essentielle.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Abattoirs : le conseil scientifique Covid-19 suggère un dépistage systématique des salariés

Le conseil scientifique français Covid-19 suggère dans un avis publié le 3 août qu’en cas d’alerte épidémiologique, les…

 © DR
Tereos se redresse depuis juin

Le groupe sucrier Tereos, qui a vu ses ventes reculer de 4 % au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021 du…

Les blés récoltés cette année ont de bons taux de protéines. © JC Gutner/Réussir (archive)
Moissons : les bonnes surprises d’une campagne perturbée

Alors que les grandes cultures (hormis le maïs et les orges de printemps) finissent d’être récoltées, FranceAgriMer fait…

 © DR
La consommation de produits laitiers a évolué positivement en 2019

Bien qu’il se soit poursuivi, le recul des volumes de lait conditionné achetés par les ménages français a été moins…

Bonduelle sauve son année malgré la fermeture de la restauration

Les ventes du groupe Bonduelle ont progressé de 2,8 % lors de son exercice 2019-2020, malgré un trimestre en repli en…

 © Nielsen
Vrac : des achats entre parenthèses pendant le confinement

Les produits en vrac ont été fortement affecté par la crise sanitaire avec des achats en net recul pendant la période de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio