Aller au contenu principal

ABATTOIR
Uniporc-Ouest lance sa méthode de gestion des odeurs de mâles entiers

Pour anticiper la montée en puissance du mâle entier dans la production porcine en France, l’association interprofessionnelle Uniporc-Ouest a bâti un protocole spécifique. Les tests démarrent dans les abattoirs Hénaff et Holvia Porc (groupe Terrena).

L'Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB) a saisi Uniporc-Ouest, l’an passé, pour qu’il travaille sur un mode opérationnel de gestion des odeurs de carcasses.
L'Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB) a saisi Uniporc-Ouest, l’an passé, pour qu’il travaille sur un mode opérationnel de gestion des odeurs de carcasses.
© Uniporc-Ouest

Garant de la pesée et du classement des porcs entrant dans les vingt-quatre abattoirs de huit régions françaises, Uniporc-Ouest vient de bâtir un protocole précis pour ajouter un nouvel indicateur au contrôle des animaux : la détection des odeurs de mâles entiers sur les chaînes d’abattage. Généralement, on observe que 1 à 2 % des carcasses de mâles entiers exhalent de mauvaises odeurs. Les industriels les traitent à part de manière spécifique.

Une production en hausse à venir

« Les mâles entiers en France devraient représenter d’ici à la fin de l’année près de 30 % de la production française, avec les 2,5 millions de cochons de Cooperl et des 500 000 porcs traités par d’autres opérateurs », explique Patrick Chevillon, chargé de ce dossier à l’Institut technique du porc (Ifip). C’est encore loin de l’Espagne où 80 % des mâles sont entiers. Mais la filière porcine française s’attend dans les prochains mois à leur montée en puissance.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Cette infographie est initialement parue dans notre magazine mensuel de septembre
[Infographie] Pourquoi tant de pénuries alimentaires en 2022 ?
Certains rayons sont vides et les consommateurs craignent les pénuries de plusieurs produits alimentaires. Pour les magasins, les…
Les prix records des gros bovins ne compensent pas la flambée des coûts de production
Les prix records des gros bovins ne compensent pas la flambée des coûts de production
Le prix de revient des gros bovins a fortement progressé au premier semestre, dopé notamment par la hausse de l’énergie.
Energie : les industriels laitiers craignent pour la continuité de leurs activités
La Fédération nationale de l'industrie laitière (Fnil) appelle le gouvernement à mettre en place rapidement un bouclier tarifaire…
Un incendie a ravagé un enterpot de fruits et légumes à Rungis le 25 septembre
Mis à jour : Ce que l’on sait de l’incendie à Rungis
  Un incendie a ravagé un entrepôt de fruits à légumes à Rungis le 25 septembre, sans faire de victimes.
grippe aviaire Vendée mise à l'abri des volailles
Grippe aviaire : la Vendée met à l'abri ses volailles après la découverte d'oiseaux sauvages infectés
Après la découverte de deux cadavres d’oiseaux sauvages positifs à la grippe aviaire, le préfet de Vendée place le département en…
Un cas de grippe aviaire dans la zone IGP Volaille du Maine, la situation jugée alarmante
Un cas de grippe aviaire a été confirmé dans un élevage situé dans la zone de Loué. Les scientifiques alertent sur une situation…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio