Aller au contenu principal

Roquette alerte sur les prix du pois

Dans un communiqué, le groupe Roquette alerte sur le manque de disponibilité en pois et sur la hausse des prix, mettant la filière des protéines végétales dans une situation "inédite".

© JC Gutner

La filière des protéines végétales est confronté à une situation "inédite" qui a de fortes conséquences sur le marché, prévient le groupe Roquette dans un communiqué daté du 27 septembre.

Alors que la demande mondiale en protéines végétales est en croissance, la capacité d'approvisionnement en matières premières reste tendue notamment en raison de la sécheresse estivale au Canada, la plus grande région productrice de pois. "Le Canada a enregistré une baisse de 45% de sa production et les prix des pois ont augmenté drastiquement de 120% par rapport à l'an dernier", précise Roquette, "dans le même temps, l'Europe a souffert de faibles rendements et en France, autre grand pays producteur de pois, la récolte a été gravement endommagée par le temps humide pendant la récolte".

Des investissements conséquents dans deux importantes usines

Roquette indique donc que l'augmentation des prix entraînera "inévitablement un transfert des coûts vers les clients". Le groupe a récemment investi dans une des plus grandes usines de protéines de pois au monde qui a démarré sa production en 2021 à Portage-la-Prairie (Manitoba, Canada) et à Vic-sur-Aisne (France), la plus grande usine de protéines de pois en Europe.

Le court terme est un défi de taille, mais nous veillons à ce que les clients puissent regarder vers l'avenir avec confiance

En parallèle, le groupe met en avant la mise en place d'une stratégie de sourcing et de livraison sécurisée des agriculteurs aux clients. " Depuis plusieurs années, nous avons investi dans la sélection de nouvelles variétés de pois, sur les méthodes de culture et nos agronomes ont travaillé avec les agriculteurs pour assurer un approvisionnement fiable et abondant en pois de haute qualité », explique Jeremy Burks , vice-président exécutif de Roquette. " Le court terme est un défi de taille, mais nous veillons à ce que les clients puissent regarder vers l'avenir avec confiance".

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Avril confirme entrer en négociation exclusive avec Bigard pour la cession d'Abera et Porcgros
Comme nous l'annoncions dans notre dernier hebdomadaire, Bigard s'apprête à reprendre les sociétés Abera et Porcgros, propriétés…
Egalim 2 : pas de contractualisation avec les grossistes ni sur les marchés aux bestiaux
La loi Egalim 2 n’oblige pas les éleveurs à contractualiser sur marchés de bétail vif. Elle maintient aussi le régime commercial…
Infographie abattages français
[Infographie] La Bretagne, première région d'abattage en France

Cette infographie s'appuie sur les données 2020 d…

Nouvelle salve entre Inaporc et Cooperl sur le financement de l’équarrissage
L’interprofession du porc et la première coopérative porcine campent sur leurs positions respectives quant à la Cotisation…
UFC-Que Choisir, Greenpeace et WWF France s'attaquent aux promesses des labels et signes de qualité alimentaires
UFC-Que Choisir, Greenpeace et le WWF France ont présenté le 28 septembre les résultats de leur étude sur la véracité et les…
Les acteurs du bio se projettent pour trouver une nouvelle dynamique
L’émergence de nouveaux labels de qualité a dilué l’influence du bio dans la tête des consommateurs. Afin de se relancer, la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio