Aller au contenu principal
Font Size

Provol Industrie réinvente sa charcuterie de volaille


> Michel Nigay, repreneur et dirigeant de Provol Industrie.
Reprise en 2007 par Michel Nigay, l'entreprise a doublé son chiffre d'affaires. L'entrepreneur mise entre autres sur l'innovation pour faire croître cette PME. Témoignage.

Racheter un fournisseur en perdition, sauver des emplois, relancer la production et les ventes et puis finalement se jeter corps et âme dans le projet de croissance de cette entreprise… jusqu'à lâcher sa maison mère. C'est à peu près l'histoire de Michel Nigay, tout juste cinquantenaire et aujourd'hui dirigeant d'une TPE de dix personnes, alors qu'il y a sept ans, il était à la tête d'Ede Ruy, une PME lyonnaise de 45 personnes avec un chiffre d'affaires de 11 millions d'euros (M€).

Comment passe-t-on d'une PME à une TPE ? Michel Nigay répond : « par passion pour son métier, pour le goût du risque et peut-être aussi par ennui ». Tout commence en 2007 quand son fournisseur de charcuterie de volaille Provol se retrouve en liquidation judiciaire. Michel Nigay, alors dirigeant d'Ede Ruy, décide de racheter l'entreprise. « Je ne voulais pas voir les salariés de cette boîte perdre leur emploi, ni voir disparaître le catalogue produits. Depuis longtemps je voulais être dans la production et non pas juste dans le négoce », explique-t-il. À la même époque le groupe Evolem souhaite rentrer au capital d'Ede Ruy pour en faire la filiale spécialisée en restauration santé d'un groupe encore en gestation (futur groupe Nutrisens).

Lancement de rôtis de volaille

En 2007, Michel Nigay reprend donc Provol avec un chiffre d'affaires de 1,7 M€ et une dizaine de salariés. Aujourd'hui, le chiffre d'affaires a doublé pour atteindre 3,4 M€ et l'effectif est passé à 16 personnes. Pour réaliser cette performance, le dirigeant a misé sur plusieurs leviers de croissance. Le premier : une image d'industriel. Au nom de Pro-vol, il rajoute le mot industrie. « Je voulais que nos clients nous voient comme des intervenants sérieux et professionnels », explique le dirigeant. Le chef d'entreprise investit aussi 2,7 M€ dans des locaux plus grands. Le deuxième pilier de croissance est l'innovation. En 2013, Pro-vol Industrie a lancé des lardons de poulet baptisés Volandise et une cuisse de lapin confite à la graisse de canard. Cette année, l'entreprise sort des rôtis de volaille. « Nos innovations sont toujours guidées par trois facteurs : les attentes de nos clients, notre expertise du marché et les conseils extérieurs », reprend Michel Nigay.

Enfin, le dernier pilier de croissance est peut-être le plus insaisissable puisqu'il s'agit d'un état d'esprit : « Nous ne cherchons pas à être leader de notre marché, mais à répondre à la demande de nos clients en proposant des produits bons et différents. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Abattoirs : le conseil scientifique Covid-19 suggère un dépistage systématique des salariés

Le conseil scientifique français Covid-19 suggère dans un avis publié le 3 août qu’en cas d’alerte épidémiologique, les…

 © DR
Tereos se redresse depuis juin

Le groupe sucrier Tereos, qui a vu ses ventes reculer de 4 % au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021 du…

Les blés récoltés cette année ont de bons taux de protéines. © JC Gutner/Réussir (archive)
Moissons : les bonnes surprises d’une campagne perturbée

Alors que les grandes cultures (hormis le maïs et les orges de printemps) finissent d’être récoltées, FranceAgriMer fait…

 © DR
La consommation de produits laitiers a évolué positivement en 2019

Bien qu’il se soit poursuivi, le recul des volumes de lait conditionné achetés par les ménages français a été moins…

Bonduelle sauve son année malgré la fermeture de la restauration

Les ventes du groupe Bonduelle ont progressé de 2,8 % lors de son exercice 2019-2020, malgré un trimestre en repli en…

 © Nielsen
Vrac : des achats entre parenthèses pendant le confinement

Les produits en vrac ont été fortement affecté par la crise sanitaire avec des achats en net recul pendant la période de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio