Aller au contenu principal
Font Size

Poules de réforme : une offre volatile

Prises en étau entre des tarifs de réformes soutenus et des difficultés à valoriser leurs produits, les entreprises d'abattage espèrent une baisse significative des prix cet été.

Facteur essentiel pour améliorer les marges des éleveurs, les réformes de poules de batterie permettent d'ajuster la production d'œufs aux besoins du moment. Mais depuis la mise aux normes des cages dans les bâtiments d'élevage, les volumes de réformes disponibles se concentrent de façon marquée lorsque les prix des œufs sont bas. Les quatre premiers mois de l'année n'ont pas fait exception. Selon Agreste, après avoir dépassé les 3,7 millions de têtes en janvier, les effectifs sont tombés à moins de 2,8 millions les deux mois suivants, pour remonter à plus de 3,7 millions en avril. Une variabilité du niveau de l'offre en poules délicate à gérer, constatent les opérateurs.

Recul des abattages, prix soutenus

De janvier à avril, le nombre de poules abattues a fléchi de 3,4 % par rapport à la même période de 2014, alors que nombre d'entreprises ont consenti à des investissements notables ces dernières années. Le secteur affiche des capacités d'abattage supérieures aux apports, ce qui avive la concurrence entre abattoirs et soutient les prix. En moyenne, sur les 26 premières semaines de l'année, la tendance poule de réforme (TPR), réalisée et publiée par Les Marchés, enregistre en région Bretagne une hausse des tarifs d'achat de près de 38 % comparée à 2014, même période. Fortement positionnées sur le surgelé destiné au grand export et les industries de transformation européennes, les ventes à l'aval de la filière suivent avec difficulté ce renchérissement de la matière première, ce qui met à mal l'équilibre des comptes à l'échelon de l'abattage découpe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Abattoirs : le conseil scientifique Covid-19 suggère un dépistage systématique des salariés

Le conseil scientifique français Covid-19 suggère dans un avis publié le 3 août qu’en cas d’alerte épidémiologique, les…

 © DR
Tereos se redresse depuis juin

Le groupe sucrier Tereos, qui a vu ses ventes reculer de 4 % au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021 du…

Les blés récoltés cette année ont de bons taux de protéines. © JC Gutner/Réussir (archive)
Moissons : les bonnes surprises d’une campagne perturbée

Alors que les grandes cultures (hormis le maïs et les orges de printemps) finissent d’être récoltées, FranceAgriMer fait…

 © DR
La consommation de produits laitiers a évolué positivement en 2019

Bien qu’il se soit poursuivi, le recul des volumes de lait conditionné achetés par les ménages français a été moins…

Bonduelle sauve son année malgré la fermeture de la restauration

Les ventes du groupe Bonduelle ont progressé de 2,8 % lors de son exercice 2019-2020, malgré un trimestre en repli en…

 © Nielsen
Vrac : des achats entre parenthèses pendant le confinement

Les produits en vrac ont été fortement affecté par la crise sanitaire avec des achats en net recul pendant la période de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio