Aller au contenu principal

Porc : l’étonnante chute du prix chinois avant la fête lunaire

Le prix du porc en Chine recule, contre toute attente, depuis décembre, alors que le Nouvel An chinois approche. Qu’est ce qui explique cette tendance inhabituelle ? 

Le ralentissement de la demande chinoise sera une vraie question pour toute la filière porcine européenne
© Virginie Pinson

Le prix du porc en Chine ne cesse de reculer depuis décembre, ce qui est quelque peu surprenant à cette période qui précède le Nouvel An chinois. Au 21 janvier, le prix s’élevait à 14,71 CNY soit 2,04 euros/ kg. La cotation se place ainsi 59,1 % sous son haut niveau de l’an dernier et arrive même 19,7 % sous celui de 2018, quand le virus de la peste porcine africaine (PPA) n’avait pas encore décimé la population porcine du pays.  

Des chiffres surestimés de la production  

Le rétablissement de la production chinoise et la montée des stocks expliquent en partie la baisse continue du prix du porc en Chine. En 2021, les abattages porcins auraient bondi de 27 % sur un an à 671,3 millions de têtes, selon les autorités. En tonnage, cela représente 52,96 millions de tonnes en hausse de 29 %. Si le gouvernement du pays affirme que la production porcine s’est vite rétablie, certains experts du marché réfutent les chiffres officiels annoncés. L’USDA estime elle que la production chinoise aurait atteint seulement 48,85 millions de tonnes.  

Consommation intérieure en berne 

La demande de porc en Chine serait en repli au cours de ces derniers mois selon les sources locales. Certes, l’approche du Nouvel An chinois, aurait dû entrainer une meilleure demande mais la faible fréquentation des restaurants en raison de la résurgence de la pandémie de covid-19, met à mal la consommation. Et ce d’autant plus que les commandes avaient déjà été passées en novembre et décembre pour préparer les produits festifs (boulettes de viande de porc et des saucisses de salaison).  

Baisse des envois européens compensée par la hausse vers d’autres destinations 

Le porc représente plus de la moitié de la viande importée dans le pays. En 2021, les importations chinoises de viande ont chuté de 5,4% sur un an, entrainées par la baisse des achats de porc. Elles s’établissent désormais à 9,38 millions de tonnes, selon des données douanières. En viande et produits porcins, les importations s’élèvent à environ 5 millions de tonnes soit un repli de 12 % par rapport à 2020. Par ailleurs la baisse du prix intérieur du porc fait pression sur les tarifs à l’export.  

Les exportations de produits porcins de l’Union européenne vers la Chine et Hong Kong ont reculé d’environ 700 000 tonnes sur les 11 mois 2021, selon les dernières données d’Eurostat. Les exportations européennes ont toutefois pu compenser cette perte par la hausse vers d’autres destinations asiatiques : + 144 % vers les Philippines, +3,4 % vers le Japon, +36 % vers la Corée du Sud, +38,3 % vers le Vietnam.  Finalement, les exportations totales de l’UE sont restées quasi stables sur un an (-0,8 %) à 4,9 millions de tonnes en cumul de janvier à novembre 2021.  

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Les prix des gros bovins dépassent un nouveau seuil symbolique
Le prix moyen pondéré des gros bovins entrée abattoir a dépassé la barre historique des 5 €/kg en semaine 18. Du jamais vu. Les…
Pénurie alimentaire : quel est le manque à gagner des ruptures en magasin ?
Les ruptures en magasin se multiplient pour diverses raisons et le manque à gagner a atteint 851 millions d'euros sur les trois…
Ruptures et pénuries se multiplient dans les grandes surfaces
Pénuries alimentaires en rayon : quels produits, pourquoi, jusqu’à quand ?
Huile de tournesol, poulet mais aussi poisson pané, plusieurs produits manquent en rayon, pour quatre types de raisons parfois…
Six acteurs de la bio s'associent pour créer une usine de floconnage 100% bio
Les coopératives Cocebi, Biocer, Probiolor, les entreprises Favrichon, Cereco et le distributeur Biocoop se sont associés pour…
Les prix de la bavette et du rumsteck UE à des records à Rungis
Les approvisionnements sont compliqués en viande bovine pour les grossistes, faute d’offre, et l’importation n’apporte pas…
Lait bio : Collecte en hausse et consommation en baisse, la crise se précise
Dans un contexte inflationniste, les ménages s’éloignent du bio et la consommation chute. Dans le même temps, la collecte de lait…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio