Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Plus tonique en laitier qu'en allaitant

Sur les marchés en vif, le commerce n'était pas euphorique ces derniers jours. Faute d'offres, le cours des laitières était ferme. En allaitants, l'ambiance était plus calme.

Le marché des gros bovins commence l'année dans le calme. À la fin du mois de janvier, les réformes laitières se sont faites plus abondantes sur les marchés en vif. Les producteurs de lait ont voulu minimiser le risque de dépasser leur quota et les paiements de pénalités. Les abattoirs ont donc pu faire pression sur les prix et les ramener au niveau d'avant les fêtes de fin d'année. Mais depuis le début du mois de février, l'offre est bien plus limitée. Les tarifs se sont raffermis en conséquence. D'autant plus que si les abattoirs n'ont pas d'énormes besoins, ils doivent faire tourner leurs outils. Et les vaches de réforme sont recherchées pour la viande hachée et les élaborées, les seules catégories très sollicitées par les ménages, en cette période de morosité économique.

En races allaitantes, moins de dynamisme

En vaches allaitantes, l'ambiance était moins active. L'offre s'est montrée présente, mais les abattoirs avaient des besoins limités faute de demande dynamique. Les prix étaient sous pression pour l'ensemble de la catégorie, sauf le haut de gamme dont les tarifs sont reconduits dans un contexte d'offre et de demande limitées mais équilibrées. Cette année, l'Institut de l'élevage estime que les abattages de vaches vont augmenter de 6 % par rapport à 2014.

Les jeunes bovins laitiers ont profité de la fermeté enregistrée par les vaches laitières. Mais en jeunes bovins allaitants, le marché était plus maussade. L'export restait calme comme souvent à cette période. Les tarifs s'effritaient doucement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les denrées de la régie agricole sont en partie surgelées dans l'unité de transformation de la ville.
[Coronavirus] Comment la ville de Mouans-Sartoux s’adapte

Souvent citée en exemple pour son organisation en matière de restauration collective bio, la petite ville de Mouans-…

Les chaînes et groupes de restauration génèrent 36 % du chiffre d’affaires de la RHD. © Patrick Cronenberger
Une tendance structurelle à la hausse, en dehors du Covid-19
En croissance continue ces dernières années, le marché de la consommation hors domicile a récemment vu de nouveaux acteurs se…
Christophe Hardy, dirigeant de Cheville 35 et SocoDN. © DR
Cheville 35 : « ce jeudi matin, les ventes se sont fortement ralenties »
Grossiste en viandes, Christophe Hardy a perdu une partie de son activité. Il continue de fournir les détaillants grâce à une…
Les achats de produits responsables

D’après le Baromètre de la transition alimentaire 2019, sondage Opinion Way réalisé pour Max Hevelaar France, le secteur…

119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé hier le financement à hauteur de 119 millions de dollars d…

Philippe Villevalois, directeur de l'Ifria Centre-Val de Loire. © DR
Ifria Centre

Philippe Villevalois, délégué général de l’association régionale des entreprises agroalimentaires du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio