Aller au contenu principal

Questions à
Michel Nalet (Lactalis), nouveau président d’EDA, European dairy association

Lors de l’assemblée générale d’EDA (association des entreprises laitières européennes.) qui s’est tenue fin septembre dernier à Ljubljana en Slovénie, Michel Nalet, directeur des relations extérieures du groupe Lactalis, a été élu président.

Michel NALET, président d’EDA. « Maintenir une industrie laitière européenne durable et profitable, me paraît être l’un des axes de travail prioritaires. »
Michel NALET, président d’EDA. « Maintenir une industrie laitière européenne durable et profitable, me paraît être l’un des axes de travail prioritaires. »
© R. LEMOINE

RLF - Qu’est-ce qui a motivé votre candidature à la présidence d’EDA?

Michel Nalet - Ce sont les défis auxquels l’industrie laitière sera confrontée dans les années à venir qui me motivent. Je pense notamment à l’abolition des quotas en 2015, aux développements suite à la mise en oeuvre du Paquet Lait dans plusieurs pays européens et aux efforts de l’industrie laitière dans le domaine du développement durable. Des chantiers que mes prédécesseurs ont mis en route et que je m’engage à poursuivre.

 

RLF - Comment envisagez-vous les missions d’EDA ?

M. N. - La mission d’EDA reste d’assurer le développement durable et profitable de l’industrie laitière en Europe à travers des contacts avec les décisionnaires européens à Bruxelles. Il va de soi qu’EDA continuera aussi à souligner l’importance du lait et des produits laitiers pour une alimentation saine et équilibrée


« Ce sont les défis à venir qui me motivent »


RLF - Quels sont les axes de travail qui vous paraissent prioritaires ?

M. N. - Premièrement, le maintien d’une industrie laitière européenne profitable et durable à travers des actions importantes comme l’abolition des quotas en 2015, la mise en oeuvre du Paquet Lait et des mesures proposées dans le cadre de la PAC (Politique agricole commune) 2020. EDA souhaite que les décisionnaires européens sauvegardent l’approche du marché unique. Un autre dossier me paraît important bien qu’à un autre niveau : nous continuerons à mettre l’accent sur les qualités nutritionnelles du lait dans toutes nos activités de communication.

 

RLF - Ces dossiers sont-ils de nature à rassembler une industrie laitière européenne hétéroclite ?

M. N. - EDA est avant tout une association d’associations nationales. Les activités d’EDA sont mises en oeuvre pour défendre les intérêts de l’ensemble de l’industrie laitière européenne. La concurrence entre les entreprises pèse moins, puisque chaque résultat obtenu est en faveur de l’ensemble de l’industrie laitière. De plus, les axes prioritaires décrits ci-dessus sont aussi des défis pour chacune de nos sociétés. Une approche commune est souvent bénéfique pour nous tous.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

 © Danone
Danone : qui veut la tête d’Emmanuel Faber ?

Un investisseur activiste a pris une participation dans le groupe Danone et demande le remplacement d’Emmanuel Faber à…

Biolait promet une alimentation 100% origine France de ses vaches

Depuis sa création en 1994, Biolait s’est engagé sur la collecte de lait, issu de vaches nourries à l’herbe bio en…

 © Agropur
Lactalis reprend les yaourts du canadien Agropur

La coopérative canadienne Agropur a annoncé le 17 décembre avoir conclu un accord avec Lactalis Canada inc. pour la…

 © LSDH
30 palettes de Lait du cœur expédiées par LSDH

Le groupe LSDH a lancé hier à Saint-Denis-de-l'Hôtel (Loiret) l'opération Lait du cœur pour livrer gratuitement un…

 © Lactel
Lactel invite les Français chez ses éleveurs

L’an dernier, Lactel (groupe Lactalis) révélait sur ses packs de lait les visages et prénoms des éleveurs engagés dans…

Une unité de transformation des graines légumineuses a été montée dans une usine de Tromelin Nutrition dans le nord-Finistère. © Tromelin Nutrition
Protéines végétales : le GIE SVP veut changer la donne en Bretagne
Trois acteurs clés de la nutrition animale en Bretagne, Eureden, Tromelin et Valorex s’unissent pour faire émerger des filières…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio