Aller au contenu principal

Les Marchés : le média des acheteurs et vendeurs de produits alimentaires

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

Étude Oqali
L’industrie alimentaire utilise moins d’additifs

L’observatoire de la qualité de l’alimentation note une baisse de l’emploi des additifs les plus utilisés ; seuls quatre d’entre eux sont en hausse pour des usages spécifiques.

La baisse de l'utilisation d'additifs est particulièrement sensible sur les produits traiteur frais (+13 pt), selon Oqali.
© DR

« Il semblerait que les tendances actuelles de recherche d’une alimentation plus saine et la crainte des consommateurs envers les additifs aient incité les industriels à revoir les listes d’ingrédients de leurs produits, en réduisant l’utilisation d’additifs », peut-on lire dans l’étude publiée le 19 novembre par l’observatoire de la qualité de l’alimentation (Oqali) opéré conjointement par l’Anses et l’Inra.

Grâce aux données collectées entre 2008 et 2016 sur plus de 30 000 produits de trente catégories d’aliments (à l’exception de la confiserie), Oqali observe une baisse de l’emploi des additifs les plus utilisés. Sur vingt catégories pour lesquelles les données d’évolution sont disponibles, l’observatoire a noté une augmentation du nombre d’aliments sans additif passant de 13,7 % à 18,3 % des produits depuis le début de l’année 2010.

Hausse des produits sans additif

« Cette baisse de l’utilisation d’additifs s’observe dans tous les segments de marché et pour la plupart des catégories de produits, en particulier les produits traiteur frais (+13 points de produits sans additif) », note Oqali. Par segment de marché, les marques nationales présentent le plus de produits sans additif (27 %), suivies des marques de distributeur (21 %), puis des produits premiers prix (20 % des produits des MDD entrée de gamme et 19 % des produits issus du hard-discount).

Davantage de caroténoïdes et de carbonates de sodium

Parmi les 30 000 produits étudiés, la majorité des produits (53 %) contient moins de trois additifs, 22 % des produits sont sans additif, 18 % et 13 % en contiennent respectivement un et deux. Et Oqali observe que seuls un petit nombre d’additifs sont fréquemment utilisés : sur environ 400 additifs actuellement autorisés, 42 sont retrouvés dans au moins 2 % des aliments et seulement 8 additifs sont identifiés dans au moins 10 % des aliments.

Les additifs les plus utilisés sont : l’acide citrique (E330), utilisé notamment comme régulateur de l’acidité (mentionné sur 23 % des produits) ; les amidons modifiés, agissant comme épaississants, (22 % des produits) ; les lécithines (E322), au pouvoir émulsifiant (17 %).

Si 53 % des produits étudiés contiennent moins de trois additifs différents, 4 % des produits en utilisent au moins dix, souligne Oqali. Il s’agit principalement des viennoiseries et desserts surgelés, de produits traiteur frais et de glaces et sorbets.

L’Oqali note aussi une augmentation pour quatre d’entre eux : les caroténoïdes utilisés comme colorants (E160a) à +2 points ; les carbonates de sodium (E500) jouant le rôle de poudre à lever à +1 point ; les pectines (E440) servant de gélifiant à +0,4 point et les anthocyanes (E163) utilisés comme colorants à +0,3 point. Oqali pointe un nombre de produits avec additif en hausse significative pour les compotes (+10 points).

Une étude qui reste à compléter

Si la nouvelle étude de l’Oqali permet de mettre à jour et de compléter l’état des lieux établi en 2012, avec onze nouveaux secteurs ajoutés, et l’évolution observée sur vingt des trente secteurs suivis par l’observatoire, elle mérite encore d’être approfondie. « Par la suite, il serait intéressant de confirmer ces résultats pour les autres secteurs qui n’ont pas encore fait l’objet d’un suivi d’évolution et d’intégrer le secteur de la confiserie dont les produits contiennent des additifs », peut-on lire en conclusion de l’étude. Y est également pointé l’intérêt de savoir « comment les industriels s’affranchissent de l’utilisation d’additifs dans leurs produits (par de nouveaux traitements technologiques, la diminution de la durée de conservation et le remplacement d’autres substances) ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

 © DR
Iso 26030 : un nouvel outil RSE pour les filières alimentaires
Publiée fin 2019, la nouvelle norme internationale volontaire Iso 26030 propose aux acteurs de l'agroalimentaire une méthode…
L'usine Bellevue Ingredients et Solutions de Gennevilliers où est installé le Durum Center. © DR
Bellevue Ingredients & Solutions valorise l’utilisation du blé dur
Le spécialiste des ingrédients à base de blé dur a ouvert un centre de R & D d’applications en région parisienne, à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58.3€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Profitez de l’ensemble des cotations
Consultez les revues Les Marchés Hebdo et Le Quotidien Les Marchés au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Les Marchés