Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Les magasins Biocoop élargissent leurs choix


Le saumon sauvage, le thon rouge et les poissons de grands fonds proscrits.
L'enseigne Biocoop passe ses achats de produits de la pêche et aquacoles par un crible raisonnablement restrictif. Récemment le cabillaud est revenu dans les magasins. Explications.

Nous ferons une évaluation dans les trois ans ”

Le réseau de détaillants biologiques et équitables Biocoop met en pratique depuis 5 mois un nouveau guide de sélection des poissons et fruits de mer. Celui-ci ouvre le choix de sa centrale d'achat et de ses 345 magasins indépendants. Le conseil d'administration voulait une liste exhaustive d'espèces sauvages permises. « Nous nous référons à plusieurs avis scientifiques sur les stocks des zones définies par la Fao et ne dressons pas de liste noire », signale Franck Bardet, responsable des filières animales de Biocoop. C'est ainsi qu'une référence de cabillaud est revenue chez Biocoop. Toutefois le saumon sauvage, le thon rouge de la Méditerranée et les poissons des grands fonds restent proscrits, comme l'annonce l'affichette diffusée début du mois d'avril. Le lieu jaune, l'églefin, le merlan sont les poissons les plus vendus aux rayons frais ou surgelés et sur les étals de la marée de quelques magasins de l'Ouest. On trouve aussi une référence de lotte, du rouget, de la sardine, une référence de cabillaud, du colin pané, du merlu. L'enseigne affirme respecter les périodes de reproduction, de ponte et de frais. En vertu de quoi le tarama a été retiré (... ou aurait dû l'être ! On en trouve encore) depuis décembre. La cen-trale Biocoop distribue près de 450 tonnes (t) de produits aquatiques sauvages et 150 t de produits de l'aquaculture biologique. Les magasins se procurent eux-mêmes quelque 130 t supplémentaires. Les surgelés représentent le tiers de l'offre, évalue le responsable. Ceux-ci transitent par le centre logistique des surgelés de Rennes, et permettent de maintenir une offre constante. Le réseau compte une grosse quinzaine de fournisseurs, choisis pour leur indépendance, leur éthique et leurs techniques. L'important, selon Franck Bardet, est de « travailler avec les professionnels français, les connaître, les rencontrer ». Le choix s'effectue sur la base de neuf critères de nature environnementale, économique et sociale, dont cinq doivent être garantis sur facture. « Nous ferons une évaluation dans les trois ans, pour éventuellement aller plus loin », informe le responsable.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les denrées de la régie agricole sont en partie surgelées dans l'unité de transformation de la ville.
[Coronavirus] Comment la ville de Mouans-Sartoux s’adapte

Souvent citée en exemple pour son organisation en matière de restauration collective bio, la petite ville de Mouans-…

Les chaînes et groupes de restauration génèrent 36 % du chiffre d’affaires de la RHD. © Patrick Cronenberger
Une tendance structurelle à la hausse, en dehors du Covid-19
En croissance continue ces dernières années, le marché de la consommation hors domicile a récemment vu de nouveaux acteurs se…
Christophe Hardy, dirigeant de Cheville 35 et SocoDN. © DR
Cheville 35 : « ce jeudi matin, les ventes se sont fortement ralenties »
Grossiste en viandes, Christophe Hardy a perdu une partie de son activité. Il continue de fournir les détaillants grâce à une…
Les achats de produits responsables

D’après le Baromètre de la transition alimentaire 2019, sondage Opinion Way réalisé pour Max Hevelaar France, le secteur…

119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé hier le financement à hauteur de 119 millions de dollars d…

Philippe Villevalois, directeur de l'Ifria Centre-Val de Loire. © DR
Ifria Centre

Philippe Villevalois, délégué général de l’association régionale des entreprises agroalimentaires du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio