Aller au contenu principal

Marché mondial
Le porc américain souffre aussi de la baisse de la demande chinoise

Le quart de la viande de porc exporté par les États-Unis était destiné à la Chine. Le géant américain doit donc trouver des solutions face à la chute de la demande de l'Empire du Milieu.

Le porc américain souffre de la baisse de la demande chinoise
© Michael Heuser

Les exportations américaines de viande de porc ont chuté de 25 % en mars comparé au même mois de 2021. Le rebond des achats mexicains (+37 %) n’a pas compensé les baisses chez les autres principaux clients des États-Unis. Les envois vers la Chine et Hong Kong ont en particulier chuté de 75 %. Le secteur porcin chinois se ressaisit après la crise de la peste porcine, d’où une baisse des achats. La Chine était destinataire du quart des exportations américaines de viande porcine en 2021, et de seulement 8 % cette année.

L'Europe gagne des points face aux USA au Japon

L’USDA évoque aussi une baisse de 14 % des envois vers le Japon en mars. Le Japon n’est pourtant pas en retrait, puisque ses achats ont bondi de 16 % au premier trimestre, mais les États-Unis souffrent de la concurrence européenne et leur part de marché est passé de 36 % en 2021 à 31 % cette année. Avec un euro faible et des prix plus bas, l’Union est très compétitive sur le marché mondial. Tandis que les envois communautaires vers le Japon progressaient de 38 %, ceux américains chutaient de 4 %.

Des prix du porc sous pression en 2023 ?

Les États-Unis estiment que leur production de porcs va progresser de 1 % l’an prochain, mais que leurs exportations vont reculer de 1 % sous l’effet de la baisse de la demande en Asie notamment. De quoi envisager une certaine pression sur les prix des porcs américains l’an prochain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Pourquoi les prix records des bovins ne sont pas encore suffisants pour les éleveurs allaitants
Malgré des prix des gros bovins à des niveaux jamais vus, l’amont de la filière bovine fait toujours face à des difficultés…
Bio : la Cour des Comptes entre dans le débat sur la HVE
Le rapport sur le soutien à l’agriculture biologique de la Cour des Comptes juge la politique menée insuffisante, tant au niveau…
Le lait conventionnel mieux payé que le bio en avril
Le lait conventionnel a été payé 5 €/1000 litres de plus que le bio en avril, selon Agreste.
vache canicule
[Canicule 2022] La collecte laitière va souffrir de la vague de chaleur
Alors que la production de lait de vache en France est déjà en repli cette année, l'épisode précoce de canicule ne va pas…
Première baisse des prix de l’aliment des volailles depuis un an

Les indices de juin de l’aliment volaille Itavi sont parus. Ils reculent sur certaines espèces, une première en près d'un an…

Négociations commerciales : énième alerte de la filière porcine
Inaporc alerte sur l’effet ciseaux qui met à mal toute la filière française, notamment des éleveurs qui vendent à perte. Un seul…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio