Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Le made in France, un vrai bonus, selon Lucullus


> Ces confits ludiques façon « dipping » sont appréciés à l'étranger.
Aidé par son associé irlandais, le fabricant nordiste propose une gamme de confits au Royaume-Uni et au Canada. Des marchés plus ouverts à l'innovation et appréciant le made in France, constate son dirigeant Augustin Motte.

L'entreprise Lucullus située à Valenciennes (59) est connue pour ses spécialités de foies gras. Et pourtant ce n'est pas ce produit qu'elle exporte sous l'étiquette « made in France » au Royaume-Uni et au Canada. L'entreprise y vend des confits de figues ou encore de cerises noires, appréciés en consommation avec du fromage, qu'elle fabrique sur un site de 1 500 m2 construit il y a deux ans. « Les anglo-saxons apprécient les produits ludiques, qui permettent le “ dipping ”, c'est une ouverture de marché dont nous avons profité », explique Augustin Motte, dirigeant.

Pour cette PME (chiffre d'affaires de 3,5 millions d'euros), l'export s'est fait par une porte naturelle « grâce aux contacts de mon associé Joe O'Toole, nous avons construit ensemble cette démarche année après année, en privilégiant les contacts qualitatifs aux quantitatifs ». Après être entré en linéaire chez Waitrose il y a quatre ans, le Nordiste est présent chez Asda depuis deux ans. Lucullus travaille aussi à façon pour d'autres industriels britanniques. Au moment des fêtes notamment, quand ils proposent des coffrets ou des plateaux fromagers. « Le made in France est un vrai bonus au Canada ou en Angleterre, on peut en bénéficier », constate Augustin Motte.

Des consommateurs « plus ouverts » à l'innovation

Ce que nous voyons outre-Manche nous enrichit pour le marché français

Pour plaire aux consommateurs britanniques et canadiens, l'industriel a adapté ses recettes et son packaging. « De manière générale, le consommateur britannique est plus ouvert à l'innovation, il est donc plus facile d'entrer sur ce marché sans beaucoup de forces marketing. Les consommateurs cherchent les nouvelles tendances », note-t-il. Et ces consommateurs plus enclins à tester de nouveaux produits font, selon Augustin Motte, de la distribution britannique une véritable source d'inspiration. « On apprend beaucoup de ce qu'on fait là-bas. La grande dis-tribution française s'inspire souvent du marché britannique et ce que nous voyons outre-Manche nous enrichit pour le marché français, notamment en termes de praticité et de merchandising », explique Augustin Motte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les denrées de la régie agricole sont en partie surgelées dans l'unité de transformation de la ville.
[Coronavirus] Comment la ville de Mouans-Sartoux s’adapte

Souvent citée en exemple pour son organisation en matière de restauration collective bio, la petite ville de Mouans-…

Les chaînes et groupes de restauration génèrent 36 % du chiffre d’affaires de la RHD. © Patrick Cronenberger
Une tendance structurelle à la hausse, en dehors du Covid-19
En croissance continue ces dernières années, le marché de la consommation hors domicile a récemment vu de nouveaux acteurs se…
Christophe Hardy, dirigeant de Cheville 35 et SocoDN. © DR
Cheville 35 : « ce jeudi matin, les ventes se sont fortement ralenties »
Grossiste en viandes, Christophe Hardy a perdu une partie de son activité. Il continue de fournir les détaillants grâce à une…
Les achats de produits responsables

D’après le Baromètre de la transition alimentaire 2019, sondage Opinion Way réalisé pour Max Hevelaar France, le secteur…

119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé hier le financement à hauteur de 119 millions de dollars d…

Philippe Villevalois, directeur de l'Ifria Centre-Val de Loire. © DR
Ifria Centre

Philippe Villevalois, délégué général de l’association régionale des entreprises agroalimentaires du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio