Aller au contenu principal

Le groupe Bel redresse ses marges et son bénéfice

Le groupe Bel vient de publier des résultats en forte progression sur le premier semestre 2023, dont un résultat opérationnel en hausse de 57,1 %.

Siège social du groupe Bel à Suresnes (92)
© Groupe Bel

Le premier semestre 2023 du groupe Bel est marqué par une forte progression de ses résultats financiers, portés par une croissance organique « solide ». Son chiffre d’affaires s’est élevé à 1,790 milliard d’euros (+6,3 % comparé au premier semestre 2022, dont +9,1 % de croissance organique). L’environnement d’hyperinflation en Iran et en Turquie a fait chuté son chiffre d’affaires dans les zones Moyen-Orient et Grande Afrique de 10 %.

En Europe, ses ventes sont en progression de 7 %. « L’activité en Europe a été marquée par la bonne performance de Babybel au Royaume-Uni et a été soutenue par les revalorisations de prix, qui compensent une baisse de la consommation en volume, du fait de la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs », commente le groupe fromager. Toutefois, sur cette zone comme en Afrique du Nord, « les performances en volume sont en recul du fait d'une inflation qui s'est intensifiée et qui impacte le pouvoir d'achat de nos consommateurs », a souligné la directrice générale du groupe Bel, Cécile Béliot, citée dans le communiqué du groupe.

Côté résultats financiers, le bénéfice net du groupe a bondi de 61,8 % à 55 millions d’euros, pour un résultat opérationnel qui a également fortement progressé de 57,1 % à 108 millions d’euros. La marge opérationnelle courante de Bel atteint désormais 6,4 %, contre 4,7 % au premier semestre 2022.

Cécile Béliot se félicite de la « solide croissance » de l’activité fruit (Pom’Potes, Materne) partout dans le monde, d’un « très bon développement » en Chine et d’une bonne performance de ses marques emblématiques (Kiri, Boursin) en Amérique du Nord et au Moyen-Orient notamment.

Pour l’ensemble de son exercice, le groupe Bel affiche de la prudence, « dans un contexte géopolitique et économique particulièrement volatil, marqué notamment par une inflation généralisée élevée et une sensibilité accrue des consommateurs aux prix ». « Notre priorité sera de continuer à investir dans nos marques pour soutenir leur développement, tout en retrouvant un niveau de marge équivalent à celui d'avant crise », a conclut Cécile Béliot.

Les plus lus

usine de transformation du lait
Face à la baisse de la collecte, l’industrie laitière doit être « proactive », enjoint la Rabobank

Dans son dernier rapport, la Rabobank estime que la collecte laitière de l’UE pourrait baisser rapidement et incite les…

un graphique avec une courbe à la hausse, sur fond de grains de blé
L'Algérie et la sécheresse en Russie font monter les prix du blé tendre

Comment ont évolué les prix des céréales ces 7 derniers jours ? Les journalistes de la Dépêche-Le petit Meunier vous…

Volaille : comment la Croatie est devenue le nouveau terrain de jeu des industriels ukrainiens pour multiplier leurs productions

La Croatie semble devenir le nouveau terrain de jeu pour les entreprises ukrainiennes de volaille. De quoi…

un porc, une vache et un poulet dans le drapeau européen
Porc, boeuf, volaille : comment va évoluer la production de l'UE en 2024 ?

La Commission européenne se montre très prudente dans ses prévisions sur la production de viande et de volaille. Les filières…

Xi Jinping et Emmanuel Macron
Chine : trois accords signés pour l’exportation agroalimentaire

La visite du président chinois à Paris a été l’occasion de la signature d’accords et de l’homologation de protocoles…

Volailles Label rouge, des mises en place toujours en baisse

Les mises en place de volailles Label rouge continuent de reculer au premier trimestre 2024.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio