Aller au contenu principal

Communication
Le 5e quartier en night trip à Paris

Pour cette 19e édition du mois des produits tripiers, la campagne « osez manger osé » mise sur la découverte culinaire et nous invite à revisiter la cuisine traditionnelle.

De nombreux restaurants proposeront une diversité de plats revisités.
© Guillaume Czerw AgentMel

« La nuit, on se libère, on ose plus » d’où le concept de « night tripes », inventé par la Confédération nationale des tripiers de France. Au mois de novembre, le public sera invité dans un « party bus » pour découvrir et déguster des produits tripiers le temps d’une nuit à Paris. Tout cela soutenu par des influenceurs et une campagne numérique disponible dès le 4 novembre sur le site www.produitstripiers.com. Les acteurs de la filière se mobilisent pour sublimer ces produits : 900 restaurateurs sur toute la France proposeront une diversité de plats, les artisans tripiers livreront des recettes innovantes alors que la GMS animera ses rayons.

Le but de cette démarche : amener un regard neuf sur les produits tripiers, bouleverser les idées reçues des adeptes et des novices. Novembre, c’est depuis 19 ans le mois des produits tripiers, car à l’approche de l’hiver, beaucoup s’apprêtent à remettre au menu la langue de bœuf, un produit qui a la cote en ce moment, tout comme la joue, le foie et le ris de veau. D’autres produits se font rares, comme le pied de bœuf, plus difficile à trouver.

De moins en moins d’abattoirs travaillent ce produit

« Il y a de moins en moins d’abattoirs qui travaillent ce produit », déclare un industriel. Les grossistes ont aussi du mal à s’approvisionner entièrement en France, et se fournissent auprès des Allemands, Irlandais et Anglais. Si certains abats sont principalement consommés en France, d’autres sont exportés vers l’Espagne, l’Allemagne (queue et foie), mais aussi vers le Liban (abats d’agneaux). Les tripes crues trouvent, elles, preneurs en Asie.

S’adapter au marché pour reconquérir les acheteurs

La campagne a pour but de reconnecter les Français à ces produits. Avec la crise de la vache folle, la consommation des produits tripiers a chuté. Industriels, grossistes et tripiers sont unanimes pour qualifier ces produits d’« oubliés » : il y a eu une scission de la transmission du savoir-faire culinaire dans les familles françaises. S’il est difficile de renouer avec la consommation à domicile, la restauration hors domicile se positionne en tant que relais idéal pour reconnecter les Français à ce patrimoine.

Mais encore faut-il convaincre l’acheteur. « On est au XXIe siècle, les abats se consomment différemment », estime un tripier des halles. D’où l’importance d’innover et de s’adapter au marché. Les restaurateurs sont les ambassadeurs phare : les grands chefs savent travailler le produit pour lui donner plus de visibilité auprès du grand public. La campagne a choisi plusieurs influenceurs comme le cuisinier Scotchman, la blogueuse Raphaële Marchal, mais aussi d’autres personnalités (réalisateurs, comédiens) qui communiqueront sur les réseaux sociaux.

Par ailleurs, la filière met en avant le côté anti-gaspillage, la préservation de la gastronomie et le bon rapport-qualité prix des abats.

Certains industriels visent le marché bio et se font référencer auprès de Biocoop. D’autres misent sur la praticité en proposant des plats déjà préparés. Efficace auprès des jeunes ! Pour d’autres, l’opération séduction des collectivités (Ehpad, hôpitaux et écoles qui l’ont longuement mis à l’écart) est déjà enclenchée.

Les plus lus

Audition du pdg du groupe Bigard sur les raisons de la perte de souveraineté alimentaire de la France
Décapitalisation, Egalim, crise des abattoirs, tensions avec la GMS, Jean-Paul Bigard s’explique face aux députés

Le président-directeur général du Groupe Bigard a répondu pendant 2hoo aux questions des députés sur la souveraineté…

Emmanuel Besnier, PDG de Lactalis, devant trois députés de la commission d'enquête sur la perte de souveraineté alimentaire, le 6 juin 2024
Lactalis : « On est la cible de beaucoup d’attaques en tant qu’entreprise qui réussit », déplore Emmanuel Besnier

Le président-directeur général du Groupe Lactalis a répondu pendant 2h00 aux questions des députés lors d’une audition à…

camion de transport de bétail
Bovins : qui a profité de la réouverture du marché turc ?

Pour limiter la décapitalisation, le gouvernement turc a ouvert les importations d’animaux vifs et de viande bovine en 2023.…

carte de la vienne
Agneau : Bigard reprend l'abattoir Sodem du Vigeant

Jean-Paul Bigard a annoncé l'acquisition du premier abattoir d'agneaux de France. 

graines de soja
Alimentation animale : pourquoi les prix du soja pourraient flamber fin 2024

Si le règlement européen sur la non déforestation importée (RDUE) est clair quant à ses objectifs, le manque de précision sur…

Volaille : comment la Croatie est devenue le nouveau terrain de jeu des industriels ukrainiens pour multiplier leurs productions

La Croatie semble devenir le nouveau terrain de jeu pour les entreprises ukrainiennes de volaille. De quoi…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio