Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

L'amont espère une hausse des cours

Si la morosité a dominé le marché français une bonne partie de mai, la récente embellie des cours allemands laisse entrevoir un marché plus fluide et des prix fermes.

Le bilan du mois de mai est mitigé pour les entreprises françaises. En cause, des jours fériés qui ont entraîné des retards d'enlèvement dans les élevages, ont limité l'activité des entreprises de la viande, le tout sans réussir à dynamiser la consommation faute de météo ensoleillée. À cela s'est ajouté un marché en demi-teinte chez nos voisins européens. Il aura fallu attendre l'embellie des cours en Allemagne pour que le commerce français change de physionomie. Le 21 mai, le prix AutoFom allemand a repris 8 centimes, tirant derrière lui les références nord-européennes et permettant aux opérateurs français de profiter d'un petit regain d'attractivité à l'export.

Vers une gestion rapide des derniers retards d'enlèvements

Le climat apparaît aujourd'hui un peu moins morose. La meilleure tenue des tarifs communautaires semble vouloir se confirmer, laissant espérer aux industriels français des échanges plus fluides à l'export. En outre, le soleil devrait maintenant se renforcer sur l'Hexagone et réveiller la demande de produits de saison. De quoi dynamiser les achats de l'abattage découpe. Or, en parallèle, les offres en élevage ne sont pas attendues plus étoffées. Au contraire, si quelques retards d'enlèvements seront à gérer jusqu'au lendemain de la Pentecôte, ceux-ci ne sont pas attendus pléthoriques, laissant espérer à l'amont une hausse de leurs prix de vente.

L'orientation des cours chez nos voisins nord-européens sera néanmoins à surveiller de près. L'export communautaire demeure fragile, pénalisé avant tout par l'embargo russe.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les denrées de la régie agricole sont en partie surgelées dans l'unité de transformation de la ville.
[Coronavirus] Comment la ville de Mouans-Sartoux s’adapte

Souvent citée en exemple pour son organisation en matière de restauration collective bio, la petite ville de Mouans-…

Les chaînes et groupes de restauration génèrent 36 % du chiffre d’affaires de la RHD. © Patrick Cronenberger
Une tendance structurelle à la hausse, en dehors du Covid-19
En croissance continue ces dernières années, le marché de la consommation hors domicile a récemment vu de nouveaux acteurs se…
Christophe Hardy, dirigeant de Cheville 35 et SocoDN. © DR
Cheville 35 : « ce jeudi matin, les ventes se sont fortement ralenties »
Grossiste en viandes, Christophe Hardy a perdu une partie de son activité. Il continue de fournir les détaillants grâce à une…
Sofiprotéol participe à l’émergence d’une leader du négoce agricole breton

Sofiprotéol (filiale investissement du groupe Avril) et Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels s’engagent aux côtés…

119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé hier le financement à hauteur de 119 millions de dollars d…

Philippe Villevalois, directeur de l'Ifria Centre-Val de Loire. © DR
Ifria Centre

Philippe Villevalois, délégué général de l’association régionale des entreprises agroalimentaires du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio