Aller au contenu principal

L’Ademe fait le point sur l’expérimentation de l'affichage environnemental

Comme prévu par la loi du 10 février 2020, une expérimentation a été lancée par le gouvernement et copilotée par l’Ademe sur l’affichage environnemental. Le bilan doit être rendu au Parlement à l’automne.

Il n'existe aucun consensus à l'heure actuelle sur la manière de réaliser l'affichage environnemental. © Ademe
© Ademe

Après une première réunion des parties prenantes en février 2020, un appel à projets a été lancé, proposant à tout acteur public ou privé de contribuer au projet d’expérimentation sur l’affichage environnemental. À ce stade, vingt projets ont été déposés : Adepale, Atla BearingPoint, Carrefour, Crystalchain, Eiko, Elior, Experoil, Innit, Interbev, Invitation à la ferme, Itab, Karbon, Kisaco, La Note globale, L’Empreinte, Les Mousquetaires, OpenFoodFact, Yuka et Yukan.

Les différentes contributions montrent la complexité et l’intérêt des filières pour le sujet. « Les contributions permettront d’apporter un éclairage sur différents aspects : les indicateurs, les formats d’affichage, les modalités de mise en œuvre et les effets/impacts des dispositifs sur les populations cibles », indique l’Ademe. Un groupe de travail sur les indicateurs devrait déjà rendre des notes sur le sujet dès le mois prochain.

Des préoccupations diverses selon les acteurs

« Cela confirme le fort intérêt pour le sujet d’acteurs très divers, avec des préoccupations variées. En fonction des projets, l’objectif est différent. Certains veulent un affichage pour encourager les entreprises à faire de l’écoconception ou améliorer leurs pratiques, quand d’autres voudraient un dispositif simple et accessible à tous », explique Vincent Colomb, expert en évaluation environnementale à l’Ademe.

L’expérimentation sera suivie d’un bilan qui sera transmis au Parlement à l’automne 2021, comprenant une étude de faisabilité et une évaluation socio-économique de ces dispositifs.

Quel choix politique ?

Ce sera ensuite aux politiques de se prononcer sur quels dispositifs choisir. Un affichage par catégorie de produits, par filière, en prenant en compte ou non une note sur la biodiversité alors qu’elle « est encore difficile à quantifier ». Fait-on une pondération par rapport à l’impact sur le climat ou l’eau, sur le stockage du carbone ? « Les sujets sont riches et les débats nombreux. Il y a à ce jour qu’un seul consensus sur le fait qu’il faut se mettre d’accord sur un affichage pour harmoniser les pratiques », explique l’expert de l’Ademe, mais les différentes parties prenantes ne sont pas d’accord sur la manière de le faire. « Il faut se projeter sur un dispositif évolutif avec une gouvernance à construire, à l’instar de ce qui est fait avec le Nutri-Score qui a évolué par rapport à sa version initiale », estime-t-il.

À ce stade, « aucun arbitrage n’a été fait », assure l’Ademe. Il y a en tout cas de nombreuses attentes et inquiétudes des filières.

Un comité de pilotage interministériel

Un comité de pilotage a été mis en place associant les ministères de la Transition écologique, de l’Agriculture et de l’Économie, ainsi que l’Ademe et l’Inrae. À celui-ci, s’ajoutent un comité scientifique de 20 chercheurs indépendants et un comité des partenaires regroupant les syndicats, organisations professionnelles, les ONG de consommateurs et environnementales et les entreprises. Ce futur affichage environnemental entend fournir une information claire, homogène et lisible sur l’impact environnemental de la fabrication et de l’acheminement des produits. La loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire et à l’économie circulaire prévoit que l’affichage environnemental soit basé principalement sur une analyse du cycle de vie, ce qui n’exclut pas d’autres méthodes complémentaires. C’est d’ailleurs ce que souhaitent bon nombre de filières, comme la viande ou les produits biologiques.

Les plus lus

Viande : Sicaba se place en redressement judiciaire
La Sicaba s’est placée le 2 février en redressement judiciaire auprès du tribunal de commerce de Cusset. La hausse de l’énergie…
vaches allaitantes
De combien va baisser la production de viande bovine en 2023 ?
L’Institut de l’élevage livre ses prévisions 2023 sur le marché de la viande bovine. Les disponibilités françaises vont rester en…
Les mauvais résultats du bio en 2022 en 7 chiffres
La FCD dresse dans sa note mensuelle un bilan négatif des ventes de produits biologiques en 2022.
Grippe aviaire : onzième foyer dans le Gers et une nouvelle suspicion
Un onzième foyer de grippe aviaire été confirmé le 22 janvier dans le département du Gers et une nouvelle suspicion était en…
Grippe aviaire : ce que l'on sait des foyers dans les Côtes d’Armor
Un cas de grippe aviaire a été confirmé dans les Côtes d’Armor, à Saint-Connan fin janvier. Depuis, plusieurs autres foyers ont…
Egalim 3 : la proposition de loi Descrozaille passe le cap de la commission des Affaires économiques
En commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale, les députés ont adopté le projet de loi Descrozaille visant à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio