Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

La laiterie Candia de Vienne ouvre ses portes aux consommateurs

Dans le cadre de la Journée mondiale du lait, l’usine viennoise a proposé aux petits et aux grands de venir découvrir les étapes qui jalonnent la mise en bouteille du lait de consommation.

Huit laiteries à travers la France ont ouvert leurs portes aux consommateurs en mai et en juin derniers, alors qu’était organisée la Journée mondiale du lait dont 2018 a marqué la cinquième édition en France. La laiterie Candia de Vienne dans l’Isère, avec une moyenne de 400 millions de litres de lait collectés chaque année et transformés ensuite en lait de consommation et crème, était l’une des usines participantes. Comme les enfants sont les premiers consommateurs de lait en France — 42 % des juniors de 3 à 14 ans en boivent quotidiennement et 83 % en boivent au moins une fois par semaine d’après une étude commandée par Syndilait — Sodiaal a eu à coeur de faire découvrir aux plus jeunes les coulisses de sa collecte, le traitement du lait et sa mise en bouteille. Plusieurs groupes scolaires parmi les écoles du pays viennois — 250 élèves de CM1 et CM2 — sont ainsi venus suivre le circuit pédagogique qu’elle proposait : deux heures de visite avec différentes animations. L’usine a ensuite ouvert ses portes aux consommateurs adultes.

 

UNE CAPACITÉ DE TRANSFORMATION DE 18 000 L/H

« Nous conditionnons exclusivement sur notre site des laits blancs en grands contenants, autrement dit des bouteilles ou des briques d’un litre de lait nature. Sachant que nous avons une chance, celle d’être situés au centre d’une zone à la fois de forte production et de forte consommation de lait », explique le directeur de l’usine Christophe Letoublon. À l’amont, la laiterie Candia de Vienne possède une impressionnante capacité de stockage qui peut aller jusqu’à 4 millions de litres de lait. Il faut dire que la coopérative commercialise de plus en plus de déclinaisons de lait et l’usine de Vienne est conçue pour répondre à ce besoin. Celle-ci est ainsi équipée de six lignes de stérilisation UHT haute cadence de dernière génération, capables de traiter 8 000 à 18 000 litres de lait par heure. Le tout est complété par une ligne de conditionnement en bouteilles d’une cadence de 18 000 bouteilles par heure, et de cinq lignes de conditionnement en briques d’une capacité de 15 000 briques par heure, avec la possibilité d’adapter les formats puisque ces cinq lignes sont compatibles aux briques « taille basse », « slim » ou « square ». « Nous adaptons le conditionnement au produit et au client », explique le directeur de l’usine. Le site qui s’étend sur neuf hectares, est à l’aval équipé de systèmes logistiques de dernière génération : navettes lasero-guidées pour la manutention des palettes et entrepôts automatisés pour le stockage des produits finis.

 

UN INVESTISSEMENT DE 10 M € SUPPLÉMENTAIRES

La laiterie Candia de Vienne consacre en moyenne un budget annuel de 2 à 3 millions d’euros à l’entretien de son outil de production. Elle vient d’investir 10 millions d’euros supplémentaires dans un nouveau procédé de délactosage qu’on retrouvait déjà sur d’autres sites Candia (Awoingt et Lons) mais qui n’était jusqu’ici pas présent à l’usine de Vienne. Basé sur l’ajout de l’enzyme de délactosage directement dans le lait juste entre l’étape de stérilisation et le conditionnement, ce procédé permet d’offrir aux consommateurs des laits totalement délactosés. « Il existe, pour rappel, deux voies de délactosage : l’une permet de produire des laits partiellement délactosés (l’enzyme agit dans le tank de stockage avant l’étape de stérilisation qui la détruit) tandis que l’autre permet de produire des laits totalement délactosés (l’enzyme agit dans la bouteille). Notre laiterie est maintenant équipée des deux technologies, le lait délactosé représentant une part de plus en plus importante des ventes », indique Christophe Letoublon. Par ailleurs, deux machines de conditionnement Tetra Pak viennent aussi d’être changées dans le cadre du renouvellement des outils, toujours avec le même fournisseur, alors que l’usine de Vienne compte aussi des remplisseuses Sig Combibloc. De quoi maintenir un équilibre entre les constructeurs.

 

CHIFFRES CLÉS

• 9 ha d’implantation
• 400 Ml de lait collectés annuellement
• 4 Ml de capacité de stockage
• 75 % du lait utilisés pour la fabrication des produits Candia
• 190 collaborateurs
• 2 M € d’investissements annuels en moyenne

 

STRATÉGIE

La laiterie de Vienne participe à la production du lait estampillé « Les Laitiers responsables ». Cette nouvelle démarche initiée par Candia a été lancée début mai 2018. Elle est basée sur une charte d’engagement articulée autour de quatre piliers : meilleure rémunération des éleveurs, alimentation des vaches sans OGM, lait de pâturage et respect du bien-être animal. « Les Laitiers responsables » se positionnent ainsi comme une réponse concrète aux attentes des consommateurs en matière de qualité, tout en créant un nouveau segment positionné entre le lait conventionnel et le lait bio (lire RLF, n° 782, p. 29).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Savencia octroie une prime à ses salariés

Savencia a annoncé hier qu'afin de « reconnaître l’engagement sans faille des salariés, en France, qui assurent la…

La marque June veut secouer le rayon de l’ultrafrais bio
Spécialisé dans la fabrication de produits végétaux, June signe une gamme d’entremets bios avec deux premières références…
Le règlement bio européen harmonise les règles au sein de l'UE, qui donnent droit à l'apposition de la feuille étoilée.  © DR
Le règlement bio européen prend du retard
La commission agricole du Parlement européen souhaite repousser d’un an l’entrée en vigueur du règlement européen sur la…
La FNPL quitte La Note Globale

« Adhérent de La Note Globale (ex-Ferme France) de la première heure, la FNPL décide de quitter l’association …

 © Coordination rurale
La Coordination rurale proteste contre le stockage privé de produits laitiers

« Les mesures de stockage initiées par la Commission européenne pour répondre à la surproduction laitière européenne…

Agrial va reconstruire la fromagerie de Luçon

Détruite en grande partie par un i…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio