Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

« La France fait exception en utilisant d'autres sources végétales... dans un nombre croissant de produits finis »



Noëmie Simon, ingénieur alimentation humaine à l'ONIDOL (Interprofession des Oléagineux), co-animatrice du GEPV (Groupe d'études et de promotion des protéines végétales).
L'AVIS DU GROUPE D'ÉTUDES ET DE PROMOTION DES PROTÉINES VÉGÉTALES

Les Marchés Hebdo : Comment le public perçoit-il les protéines végétales ?

Noëmie Simon : Une étude commandée par le GEPV à l'institut CSA a mis en lumière en 2011 un engouement en leur faveur, au motif qu'elles sont bonnes pour la santé, indispensables, synonymes de qualité et respectueuses de l'environnement. Mais derrière cette image positive, il y a une grande méconnaissance de ce que sont les protéines végétales. Un large public assimile les protéines aux produits animaux. On connaît mal les plantes qui en sont la source, hormis le soja, ainsi que les produits où l'on peut les trouver. Il y a aussi des freins à leur consommation. Ces freins concernent moins les produits transformés, comme ceux de la boulangerie-pâtisserie, que ceux des viandes.

LMH : Parmi les freins, le gluten, qui est une protéine du blé, ne risque-t-il pas la stigmatisation ?

N. S. : Si, et c'est totalement injustifié. Certaines personnes souffrent de maladies cœliaques qui nécessitent l'éviction du gluten de leur régime. Signaler sa présence dans la liste des ingrédients est une bonne chose pour ces consommateurs. Mais de plus en plus de personnes s'auto-diagnostiquent allergiques au gluten, il s'agit d'un véritable effet de mode en provenance des États-Unis. D'ailleurs l'Association française des diététiciens-nutritionnistes a déjà dénoncé ces comportements dans un communiqué de presse en avril 2012.

LMH : Le soja a-t-il plus de chances de devenir la protéine de l'avenir ?

N. S. : Il est vrai que le soja est dominant en Europe. La France fait exception en utilisant d'autres sources végétales, comme le blé, le pois, la féverole… dans un nombre croissant de produits finis. Un signe positif est que la nature des protéines employées est de plus en plus indiquée dans les compositions. Le GEPV est une association qui rassemble les producteurs de toutes protéines végétales, quelles qu'elles soient, pour un usage en tant qu'ingrédient dans l'alimentation humaine. Elle a encore peu de moyens mais de belles ambitions !

LMH : Il y a de la communication sur les bienfaits nutritionnels du soja et non sur d'autres protéines végétales. Pourquoi ?

N. S. : Les autres protéines sont aujourd'hui essentiellement employées pour leurs propriétés fonctionnelles, et en quantité peut-être trop réduite pour permettre une mise en avant nutritionnelle. Mais le plus grand bienfait nutritionnel qu'on peut en attendre se situe au-delà des allégations sur un produit ; c'est dans l'évolution à moyen terme du régime alimentaire.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les denrées de la régie agricole sont en partie surgelées dans l'unité de transformation de la ville.
[Coronavirus] Comment la ville de Mouans-Sartoux s’adapte

Souvent citée en exemple pour son organisation en matière de restauration collective bio, la petite ville de Mouans-…

Les chaînes et groupes de restauration génèrent 36 % du chiffre d’affaires de la RHD. © Patrick Cronenberger
Une tendance structurelle à la hausse, en dehors du Covid-19
En croissance continue ces dernières années, le marché de la consommation hors domicile a récemment vu de nouveaux acteurs se…
Christophe Hardy, dirigeant de Cheville 35 et SocoDN. © DR
Cheville 35 : « ce jeudi matin, les ventes se sont fortement ralenties »
Grossiste en viandes, Christophe Hardy a perdu une partie de son activité. Il continue de fournir les détaillants grâce à une…
Sofiprotéol participe à l’émergence d’une leader du négoce agricole breton

Sofiprotéol (filiale investissement du groupe Avril) et Arkéa Banque Entreprises et Institutionnels s’engagent aux côtés…

119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé hier le financement à hauteur de 119 millions de dollars d…

Philippe Villevalois, directeur de l'Ifria Centre-Val de Loire. © DR
Ifria Centre

Philippe Villevalois, délégué général de l’association régionale des entreprises agroalimentaires du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio