Aller au contenu principal

La filière comté plafonne ses volumes de lait

© CIGC-IMAGE ET ASSOCIES

 

L'AOP comté dispose depuis plusieurs années d'un plan de régulation de l'offre fromagère. Mais, la sortie des quotas laitiers laissait craindre un emballement de la production laitière et des surplus de lait difficilement valorisables au même niveau que les fromages. Le garde-fou vient d'arriver quelques semaines avant la fin des quotas par la publication au Journal officiel de l'Union européenne du règlement d'exécution approuvant les modifications du cahier des charges. Celui-ci prévoit explicitement un plafonnement de la production au niveau qu'elle a atteint lors de la meilleure campagne de 2008/2009 à 2012/2013, augmenté de 10 %. Dans ses règles d'application, la filière a décidé d'accorder une marge d'augmentation de 300 litres par hectare avant l'application des 10 %. Ce qui donne un potentiel d'augmentation par exploitation de l'ordre de 20 % selon la surface. Néanmoins, la marge n'est pas énorme parce que, depuis la campagne 2012/2013, la collecte a déjà augmenté de 11 %. Le potentiel de croissance pour toute la durée du cahier des charges se limite donc à 8-9 %. L'augmentation peut aussi se faire par l'ouverture de la production à de nouveaux producteurs. Ce plafonnement de la production sera le « curseur de la région en termes d'augmentation laitière pour tous les fromages AOP », explique Bernard Marmier, président de la Fédération des coopératives laitières du Doubs. Dans la mesure où une exploitation possède l'aptitude à produire du lait à comté, elle est soumise à la réglementation sur l'ensemble de son lait.

 

UN PLAFOND D'AOP ET NON UN OBJECTIF DE PRODUCTION

Néanmoins, insiste-t-il, il s'agit bien d'un « plafond d'AOP et non d'un objectif de production. La difficulté était de fixer des volumes maximums qui soient assez contraignants pour ne pas faire déborder les AOP mais qui tiennent dans le temps. Il fallait être sûrs que dans 7 ou 8 ans, nous aurons assez de volumes laitiers pour satisfaire la demande parce que, depuis un certain nombre d'années, le marché du comté croît de 2 % par an. Autant il serait suicidaire d'aller chercher le maximum de productivité tout de suite, car il n'y a pas les marchés aujourd'hui, autant il fallait cette marge. Donc, c'est à chaque entreprise de fixer des contrats et des règlements intérieurs qui font qu'on ne va pas chercher tout de suite ce volume. » Chaque fruitière a mis en place ses propres modalités de gestion des volumes et des prix. Et si chacune avait déjà son propre prix, « la sortie des quotas rajoute de la concurrence sur les volumes parce que certaines coopératives peuvent vouloir en offrir davantage à leurs producteurs que d'autres. Il faut être vigilant parce qu'on est encore très loin de pouvoir proposer le volume maximum à nos producteurs. »

 

QUALITÉ DES PRODUITS ET PRÉOCCUPATIONS ENVIRONNEMENTALES

Ce plafonnement de la production répond aussi à des préoccupations environnementales, de qualité des produits et d'image. « Le succès du comté est fondé sur une production laitière naturelle par le terroir, affirme Bernard Marmier. Il faut s'assurer qu'elle continue à le rester. Si on augmente la production avec davantage d'aliments extérieurs, tout en restant dans le cahier des charges, on risque de s'éloigner des valeurs du comté. De plus, compte tenu des sols karstiques spécifiques de notre région, notre environnement est fragile. Les épandages organiques doivent être adaptés à cette nature de sol et donc toute augmentation de volumes bien maitrisée. » Le lien au sol et au terroir, justifiant des limitations de productivité comme pour les vins, et l'environnement sont sans doute les arguments qui ont convaincu l'Union européenne d'accepter un plafonnement collectif de la production laitière alors qu'elle s'y refusait obstinément jusque-là.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Elodie Macariou, chef de produit senior et coordinatrice de la démarche RSE chez Lactalis Ingredients. © DR
Un outil pour garder et gagner des parts de marché
Lactalis Ingredients a publié cette année son premier rapport RSE. Cette démarche, organisée autour de trois piliers, permet à l’…
Avec cette opération, Lactalis reprend 750 salariés et trois sites industriels dans les états de Californie, New York et Wisconsin. © Google street view
USA : Lactalis achète les fromages naturels de Kraft Heinz

Le groupe Lactalis (20 Mds€ de CA en 2019) a annoncé hier un accord avec le groupe Kraft Heinz pour le rachat de ses…

Roquefort et Bleu de brebis de Société peuvent coexister

La Confédération générale de Roquefort, ODG de l’AOP Roquefort, a affirmé hier soir dans un communiqué reconnaître «…

Francisco Camacho, directeur général produits laitiers et d'origine végétale international du groupe Danone.
Francisco Camacho quitte le groupe Danone

Après 20 ans passés dans le groupe, Francisco Camacho, directeur général produits laitiers et d’origine végétale…

Bruno Dufayet, président de la commission enjeux sociétaux d’Interbev. © DR
Coalition contre l'exclusivité des dénominations animales
Des industriels et associations forment une coalition pour contester la réservation des dénominations carnées et laitières aux…
Danone débarque au rayon traiteur frais

La marque Danone se diversifie avec l’annonce ce matin de son arrivée au rayon traiteur frais avec sa toute première…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio