Aller au contenu principal

La bonne rencontre des calissons d'Aix


> Maurice Farine, ex-dirigeant de la Confiserie du Roy René.
Maurice Farine, 67 ans, a lâché les rennes de la Confiserie du Roy René (fabricant des calissons d'Aix) l'année dernière. Mal-gré des contraintes fortes liées à un récent investissement, il a trouvé un repreneur en quelques mois seulement.

Le mieux du monde ». Voilà la réponse de Maurice Farine, l'ancien dirigeant de la Confiserie du Roy René, à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), quand on lui demande comment s'est passée la transmission de sa société. « Si quelqu'un m'avait dit, en janvier 2014, que mon entreprise serait cédée à l'automne, je l'aurais pris pour un fou », plaisante-t-il. Et pourtant.

Début 2014, Maurice Farine, troisième génération de calissionnier, prend la décision de céder les rennes de la confiserie à l'âge de 67 ans. « J'avais deux contraintes, explique-t-il. Aucun de mes enfants ne souhaitait reprendre l'entreprise d'une part, et d'autre part, je ne pouvais pas la vendre à quelqu'un ayant besoin d'un soutien financier, car j'avais récemment construit un nouveau bâtiment pour le tourisme industriel. Il m'était donc impossible de céder à un LBO (un achat à effet de levier, ndlr), car les résultats de l'entreprise devaient rembourser le nouveau bâtiment et ne pouvaient donc pas servir au remboursement de l'acquisition. » Quelques mois plus tard, au printemps 2014, Maurice Farine rencontre Olivier Baussan, le fondateur de L'Occitane, sur les conseils d'un banquier. « Nous avons beaucoup de points communs, mais ce qui prime, c'est notre amour de la Provence. » Un même ancrage régional qui pousse les deux hommes à faire affaire. À l'été 2014, Olivier Baussan devient actionnaire majoritaire de la Confiserie du Roy René. Un autre actionnaire détient 32 % des parts du capital, et Maurice Farine garde « une part minime ».

Un « porteur de mémoire »

Aucun de mes enfants ne souhaitait reprendre l'entreprise

La passation a réellement lieu en novembre, avec la nomination de Laure Pierrisnard comme directrice générale. « C'est une histoire de bonne rencontre, au bon moment », concède l'ancien diri-geant. « Mais j'ai vraiment eu beaucoup de chance. Olivier Baussan et Laure Pierrisnard apportent leur propre expérience à la confiserie, tout en s'appuyant sur la tradition de l'entreprise. » Maurice Farine vient très réguliè-” rement à l'usine, où il a toujours son bureau. « Quand la directrice générale estime qu'elle a besoin de moi sur un sujet, elle m'appelle », déclare-t-il. « Mais je n'ai plus de fonction opérationnelle. Mon rôle désormais, c'est d'être porteur de mémoire. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L’industrie du jus de fruits sous tension

La crise de la Covid-19, qui a perturbé la cueillette et augmenté la consommation de certains jus de fruits riches en…

 © Pixabay
Nomination d'un délégué interministériel pour la filière sucre

Les betteraviers ont annoncé vendredi la nomination par le gouvernement d'un délégué interministériel de la filière …

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio