Aller au contenu principal
Font Size

Koft se développe sans marqueur culturel

La marque algérienne, de produits halal traçés, avance sur les pas des grandes marques françaises de surgelés et salaisons. Elle s'adresse aux trentenaires urbains en quête de réassurance.

Un non-consommateur de produits confessionnels ne serait pas dépaysé de trouver au rayon surgelé des produits Koft : viandes hachées, carpaccios de bœuf, légumes, nems, poulets Tikka, pizzas. Parmi les salaisons fraîches il verrait, sous cette marque passe-partout, de l'émincé de bœuf séché, du « saucisson sec de bœuf » en tranches et serait peut-être étonné par du « jambon de bœuf » pur muscle. DR

Ces salaisons sont « incontournables », commentait le président de la société Koft, l'Algérien Farid Abbas Turki, au Salon du halal début avril à Paris. « Nous avons réalisé un an et demi d'études préalables approfondies des habitudes de consommation, poursuit-il. Elles nous ont amenés à faire le choix de produits prémiums et innovants, présentant un bon rapport qualité/prix. »

La viande est 100 % française et la traçabilité peut être vérifiée sur Internet, de l'élevage jusqu'aux salariés certificateurs de la Mosquée de Lyon. Chaque famille de produits est fabriquée en France par des industries spécialisées, « familiales entre autres, et ayant un savoir-faire reconnu », précise-t-il, comme Monfort Viandes, Convivial, Pizza de Manosque Madern.

Chaque famille de produits est fabriquée en France

De nouveaux référencements

C'est Koft qui fournit ingrédients et emballages. Si la marque est référencée pour toutes les enseignes Auchan, la diffusion avance magasin par magasin avec l'aide de grossistes partenaires. L'un d'eux est DistriFresh, né en mars dernier, qui faisait déguster les salaisons Koft à Halal Expo. La marque attend son référencement chez Carrefour et Intermarché pour étoffer sa gamme (d'une quinzaine de références actuellement). En Algérie, où est née la marque en 2006, Koft signe une variété étendue de produits frais ou surgelés : viande bovine et – nouvellement – volaille, provenant du Brésil ou d'Union européenne, et transformées (marinées, précuites, panées…) dans ce pays. Farid Abbas Turki souhaiterait vendre ” pour 20 millions d'euros de viande en 2016 contre environ 12 millions d'euros en 2013. Son marché principal est l'Algérie. La France n'a démarré qu'en septembre 2013 et le Maroc sera investi cette année.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jean-Luc Perrot, directeur de Valorial. © Valorial
« Viser à la définition de produits sains, bons et pas chers est un bon défi »

Les Marchés Hebdo : De votre place, observez-vous des signes d’un changement de…

 © DR
Tereos se redresse depuis juin

Le groupe sucrier Tereos, qui a vu ses ventes reculer de 4 % au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021 du…

 © Nielsen
Vrac : des achats entre parenthèses pendant le confinement

Les produits en vrac ont été fortement affecté par la crise sanitaire avec des achats en net recul pendant la période de…

Bonduelle sauve son année malgré la fermeture de la restauration

Les ventes du groupe Bonduelle ont progressé de 2,8 % lors de son exercice 2019-2020, malgré un trimestre en repli en…

L’activité d’Elior quasiment divisée par deux d’avril à juin

Le groupe de restauration collective Elior a vu son chiffre d'affaires chuter de près de moitié au troisième trimestre de…

Foodtech : ce qui attire le capital

« Qui parle d’une crise dans le financement de startups de la foodtech ? », interroge DigitalFoodLab dans sa dernière…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio