Aller au contenu principal

[Édito] Egalim 2 : Et les industriels dans tout ça ?

 © Pixabay
© Pixabay

Revoir la loi Egalim : le monde agricole et agroalimentaire l’attendait avec impatience. Ce qui se profile ne semble pas pour autant les satisfaire complètement. Le 15 avril 2021, le député LREM Grégory Besson-Moreau a déposé son projet de loi visant à apporter des ajustements à la loi Egalim. Il s’inspire de nombreux travaux parlementaires ainsi que du rapport de Serge Papin afin de tenter de rééquilibrer le rapport de force existant dans les négociations commerciales. Si les organisations professionnelles, syndicats agricoles comme fédérations des industriels, saluent cette encourageante proposition, force est de constater que ces mêmes acteurs en attendent encore davantage. Du côté des syndicats agricoles, l’incompréhension est sur l’absence de la prise en compte des indicateurs de coût de production dans le texte. « Le législateur ne pourra faire l’impasse sur le renforcement des indicateurs de coûts de production, malheureusement absents du texte », regrettent la Fnsea et les JA. Ils proposeront que leur prise en compte soit précisée et renforcée et que leur diffusion soit rendue obligatoire. Du côté des industriels, l’Ania, l’Ilec, La Coopération agricole et la Feef font front commun pour qu’enfin le tarif des industriels soit pris en considération. S’inquiétant « des effets négatifs » de certaines mesures sur le maillon industriel, les quatre organisations professionnelles demandent le « renforcement du tarif fournisseur ». Avec le projet actuel, les industriels s’inquiètent d’être toujours pris en étau entre un monde agricole qui veut à raison revaloriser son travail et le monde de la distribution qui souhaite préserver le pouvoir d’achat des consommateurs. Alors que les dernières négociations se sont encore déroulées dans une ambiance de déflation, comment réussir à répercuter le coût des efforts entrepris en matière de responsabilité sociétale et environnementale, d’investissement de compétitivité ? L’industrie est aussi un maillon essentiel à ne pas négliger ! Espérons que cette parole sera entendue, alors que le ministre de l’Agriculture évoque des ajustements à venir avant un débat parlementaire prévu début juin 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

© Biolait
La collecte de lait bio croît plus vite que la demande

Les laiteries françaises ont collecté 10 % de lait bio en plus en février 2021 qu’un an plus tôt, lorsqu’on corrige l’…

© Agence Pack
Pourquoi le groupe Avril veut céder ses activités œuf et porc
La partie industrielle d’Avril va se concentrer sur la transformation des graines oléagineuses. Le groupe va céder les œufs…
Beaucoup d'acteurs internationaux ont consulté le dossier de reprise de Soufflet, selon Les Echos. © Soufflet
Conclusion d'un accord entre InVivo et Soufflet
Le groupe InVivo va acquérir le groupe Soufflet. Les deux groupes annoncent la fin de leur période de négociation exclusive.
Bilan du marché du porc en 2020

En 2020, le marché du porc en France a été marqué par la…

Dominique Verneau, directeur de la production laitière des Laiteries H. Triballat. © C. Pruilh - Réussir
Rians veut revaloriser le prix du lait
Le fabricant de produits laitiers veut renforcer la durabilité de son modèle, tant sur l’amont agricole que sur la partie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio