Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitterLinkedin

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Denrées exotiques : « Il faut mettre en place des systèmes résilients »


> Emmanuel Torquebiau, chargé de mission au Cirad.
Emmanuel Torquebiau est chargé de mission Changement climatique au Cirad, et éditeur du livre « Changement climatique et agricultures du monde » paraissant ce mois. Les Marchés Hebdo : Ce livre que vous venez d'éditer montre que les agricultures du Sud sont très sensibles aux changements climatiques. Les denrées comme le cacao ou le riz tendraient donc à se raréfier ?

Emmanuel Torquebiau : L'exemple du café indique clairement la diminution tendancielle de rendements en raison des risques croissants de sécheresse et de bio-agressions. Il y a des risques équivalents dans le cacao et la canne à sucre. Mais les changements climatiques affectent encore plus durement les agricultures vivrières qui nourrissent les populations.

LMH : Justement, quels facteurs permettront de concilier développement rural et culture de rente dans les pays tropicaux ou méditerranéens ?

E. T. : L'agriculture dite « climato-intelligente » associe la sécurité alimentaire avec l'adaptation au changement climatique et l'atténuation de celui-ci ; ce sont ses « 3 piliers ». Pour satisfaire simultanément ces trois objectifs, il faut mettre en place des systèmes résilients, capables en premier lieu de tamponner les chocs climatiques. La position du Cirad est qu'ils doivent s'appuyer sur « l'intensification écologique » ou l'« agroécologie ». Respecter les équilibres, c'est essayer de ne pas artificialiser le milieu, trouver des modes de culture lui correspondant. C'est ne pas irriguer ou amender à outrance. On n'arrivera à maintenir des bons rendements que si l'on parvient à un équilibre avec l'environnement. C'est possible en diversifiant les cultures ou le paysage, en associant des zones de production et de protection pour, par exemple, favoriser les insectes pollinisateurs. La stratégie devient double : produire et ne pas épuiser le sol. Le stock de matière organique dans le sol est devenu stratégique, parce qu'il joue un rôle de tampon, il stocke l'humidité qu'il peut restituer en cas de sécheresse, et atténue aussi les émissions de gaz à effet de serre en conservant du carbone.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les denrées de la régie agricole sont en partie surgelées dans l'unité de transformation de la ville.
[Coronavirus] Comment la ville de Mouans-Sartoux s’adapte

Souvent citée en exemple pour son organisation en matière de restauration collective bio, la petite ville de Mouans-…

Les chaînes et groupes de restauration génèrent 36 % du chiffre d’affaires de la RHD. © Patrick Cronenberger
Une tendance structurelle à la hausse, en dehors du Covid-19
En croissance continue ces dernières années, le marché de la consommation hors domicile a récemment vu de nouveaux acteurs se…
Christophe Hardy, dirigeant de Cheville 35 et SocoDN. © DR
Cheville 35 : « ce jeudi matin, les ventes se sont fortement ralenties »
Grossiste en viandes, Christophe Hardy a perdu une partie de son activité. Il continue de fournir les détaillants grâce à une…
Les achats de produits responsables

D’après le Baromètre de la transition alimentaire 2019, sondage Opinion Way réalisé pour Max Hevelaar France, le secteur…

119 millions de dollars pour aider Cuba face au changement climatique

Le Comité de direction du Fonds vert pour le climat a approuvé hier le financement à hauteur de 119 millions de dollars d…

Philippe Villevalois, directeur de l'Ifria Centre-Val de Loire. © DR
Ifria Centre

Philippe Villevalois, délégué général de l’association régionale des entreprises agroalimentaires du…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio