Aller au contenu principal
Font Size

Viande
[Déconfinement] Porc : vers de meilleurs jours en Europe ?

Si les cours du porc européen ont amorcé leur dégringolade en mars, dans le sillage de l’épidémie, le marché semble retrouver désormais un peu d’air, mais la contamination dans les abattoirs demeure un risque sur le marché.

Evolution du prix du porc dans l'Union européenne

Avec la succession des jours fériés en mai, la désorganisation de la filière liée à la pandémie de coronavirus et la forte concurrence américaine sur le marché du grand export, le prix du porc européen a chuté de 18,9 % entre début mars et mi-mai. Toutefois, la dégringolade des cours a marqué un coup d’arrêt en mai. En effet, un vent d’amélioration semble se dessiner à l’horizon avec des tendances de prix oscillant entre stabilité et légère hausse selon les pays considérés. Le prix moyen du porc dans l’UE a ainsi augmenté d’un peu plus de 3 euros en un mois pour s’établir à 164,20 euros/100 kg en semaine 24, selon la Commission européenne.

Cette légère reprise intervient alors que la demande tend à s’améliorer aussi bien à l’échelle communautaire que vers les pays tiers. La demande asiatique reste forte, portée par les achats chinois. Par ailleurs, le ralentissement des exportations américaines vers la Chine devrait jouer en faveur des exportations européennes. La levée de restrictions de confinement tend aussi à favoriser la demande tandis que les offres diminuent avec des poids moyens en retrait, mais qui restent un peu plus élevés qu’en 2019.

La recrudescence de la Covid-19 dans les abattoirs peut peser sur le marché

Néanmoins, des incertitudes pèsent quant à la recrudescence de la pandémie. Si en France, les conséquences du virus sur le fonctionnement des abattoirs semblent s’améliorer, ce n’est pas le cas dans d’autres pays européens. Outre-Rhin, plusieurs cas de coronavirus ont été signalés dans l’entreprise Tönnies, indique Ami. De quoi entraîner une réduction des abattages dans l’avenir et exercer une pression sur les prix, et ce, d’autant plus que l’Allemagne oriente toujours le marché du porc européen.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Viande ovine : la Nouvelle-Zélande de plus en plus dépendante de la Chine

Après avoir reculé de 13 % d’une année sur l’autre au mois d’avril, les exportations néozélandaises de viande ovine ont…

 © OECD/FAO (2020), “OECD-FAO ...
Porc : vers une hausse de la production chinoise à partir de 2021?

D’après le rapport sur les Perspectives agricoles mondiales en 2020-2029 publié par l’OCDE et la FAO, les prix mondiaux…

 © Vyashini Chokupermal
Porc : le prix chinois atteint un plafond après plusieurs semaines de hausse

Après une progression continue depuis la mi-mai, le cours du porc en Chine semble avoir atteint un plancher en semaine…

Allemagne : baisse annuelle de 2 % de la consommation de viande depuis 2000

Selon l’Ifip qui reprend des éléments de la presse allemande, la consommation de viande outre Rhin recule de 2 % par an…

La charcuterie représente 44 % des achats de viande des ménages

En 2018, selon les données d’Agreste, les produits privilégiant la praticité et la rapidité de préparation représentaient…

 © OECD/FAO
La consommation de porc représentera 28 % de la hausse totale de la consommation de viande

La consommation de viande porcine devrait s’accroître au cours des dix prochaines années pour s’établir à 127 millions de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio