Aller au contenu principal

Transformation numérique
Danone et Microsoft stimulent l’intelligence artificielle dans l'agroalimentaire

Six start-up ont été accompagnées par Danone et Microsoft depuis le début de l’année au sein du programme Al Factory for Agrifood. Les projets, faisant appel à l’intelligence artificielle, viennent d’être présentés.

La promotion 2020 de start-up Al Factory for Agrifood. © Danone
La promotion 2020 de start-up Al Factory for Agrifood.
© Danone

En janvier dernier, Microsoft lançait son troisième programme d’accompagnement des start-up spécialisées en intelligence artificielle (IA) avec Danone. L’objectif de cette promotion, baptisée AI Factory for Agrifood : accélérer la transformation numérique du secteur agroalimentaire et accompagner ces jeunes entreprises à poursuivre leur développement dans l’intelligence artificielle et le « cloud computing ». « Il s’agit de la troisième promotion après celles sur la santé et l’environnement/énergie, nous avons pensé à Danone – client de longue date de Microsoft – leader sur son secteur pour porter le projet », explique Anthony Virapin, directeur des programmes start-up France au sein de Microsoft France. Après la sélection des six start-up qui ont rejoint le programme en janvier dernier, la période d’accélération de trois mois a été lancée.

« À cause du contexte, cette période s’est un peu étendue », poursuit-il. Durant le programme d’accélération, les start-up pouvaient compter sur 5 à 10 personnes référentes à Danone, suivant les projets, et sur 15 personnes de l’équipe start-up de Microsoft. « Du côté de Microsoft, on fait grandir les start-up qui utilisaient déjà l’intelligence artificielle en les aidant à optimiser leurs algorithmes et on leur donne accès aux solutions Microsoft (comme la plateforme Azure Farmbeats) », explique Anthony Virapin.

Valoriser au mieux les surstocks

La semaine dernière, les six start-up (Sowit, Comerso, Connecterra, M-Cador, The Greendata ou encore Flowlity) de la promotion ont présenté leurs projets et les résultats obtenus durant la période.

Hamza Rkha, cofondateur de Sowit, a ainsi expliqué comment il avait travaillé avec Danone au Maroc pour optimiser la date de début des récoltes grâce à des données récupérées par des drones et les analyses en laboratoire. Face au succès du test, la démarche devrait être étendue en Tunisie et en Russie. François Vallée, directeur marketing et communication de Comerso, qui travaille depuis trois ans avec Danone pour réduire le gaspillage (190 tonnes sauvées par an), a annoncé la mise en place d’une interface basée sur l’IA. L’objectif : « valoriser au mieux les surstocks aux niveaux économique et social en arbitrant entre le déstockage et les dons ».

Prouver la durée de pâturage des vaches

Jean-Marc Levy, directeur grand compte de Connecterra a, pour sa part, décrit le test mis en place sur 150 vaches en Allemagne avec Danone pour optimiser les périodes de pâturage. « Notre outil permet aussi de prouver la durée de pâturage des vaches (critère aujourd’hui de valorisation du prix du lait) », a-t-il souligné. Le pilote de l’outil sera lancé au printemps prochain. The Greendata a, quant à lui, présenté ses outils d’agrégation de données sur le CO2 ou encore le bien-être animal permettant de mieux piloter les fermes.

Jean-Baptiste Clouard, président-directeur général de Flowlity, a, de son côté, raconté comment il avait expérimenté sa solution Saas d’optimisation des stocks d’emballage avec Danone en exploitant l’intelligence artificielle. Résultat : 17 % de stocks d’emballage en moins en six mois.

Améliorer la qualité avec l’IA

Le savoir-faire de M-Cador, qui comptait parmi les start-up de la promotion AI Factory for Agrifood, consiste en l’analyse d’images en les combinant avec différentes technologies d’apprentissage automatique. Pour Danone, la start-up a installé des caméras sur des chaînes d’emballage de bouteilles d’eau afin d’améliorer le process qualité sur les packs d’eau. L’expérimentation a permis une augmentation de 14 % de l’automatisation de la chaîne, selon Rodolph Vogt, cofondateur de la start-up.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Samuel Guyomard, responsable innovation et développement pour Sodebo. © Sodebo
Sodebo et Brioches Fonteneau en quête de solutions disruptives
Les deux entreprises vendéennes participent à un accélérateur de start-up avec pour objectif dès 2021 de trouver des solutions en…
Léa Mathieu-Figeiredo, responsable environnement de l'Ania. © DR
Décarbonation : « ce décret facilitera l’accès des IAA »

Les Marchés Hebdo : Un décret et un arrêté, publiés le 8 novembre, lancent des…

 © Stef
La chaîne logistique du frais appelle les consommateurs à la « responsabilité »

La chaîne logistique du froid (composée de l’UNTF, l’USNEF et Transfrigoroute France) a appelé hier les consommateurs à…

La plateforme digitale Bio Tout court favorise le circuit court en ligne. © Capture d'écran
[Confinement] pourquoi et comment créer rapidement un site internet
Les changements que nous connaissons impliquent que l’entreprise puisse atteindre ses clients par le biais d’Internet. Cette…
 © Stef
Stef acquiert des activités du groupe Nagel

Le groupe Stef annonce l’acquisition des activités du groupe Nagel en Italie, en Belgique et aux Pays-Bas. Cinq sites…

Laurent Guillot, directeur général d’Oxalys.
Commerce alimentaire : « Avec le digital, l’entreprise va pouvoir contrôler et optimiser ses achats »

Les Marchés Hebdo : Pourquoi est-il intéressant de digitaliser ses achats ?

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio