Aller au contenu principal

Circuits courts : des déceptions mais pas de déclin général

Le RMT Alimentation Locale partage les résultats d'une enquête à destination des acteurs et actrices des circuits courts pour faire un état des lieux des fluctuations des ventes de produits agricoles et alimentaires en circuits courts. Résultats : des déceptions mais l'engouement est toujours là

© La Ruche qui dit oui

Au début du mois de mars, le RMT Alimentation Locale a diffusé une grande enquête à destination des acteurs et actrices des circuits courts pour faire un état des lieux des fluctuations des ventes de produits agricoles et alimentaires en circuits courts. Il a recueilli près de près de 800 réponses, dont voici les six principaux enseignements.

  • 1- Il n’y a pas de baisse généralisée des ventes en circuits courts, par rapport à la situation d’avant-crise. Si 4 points de vente sur 10 ont connu une baisse de leurs ventes, 4 sur 10 observent une hausse, tandis que 2 sur 10 ont un chiffre d’affaires équivalent. Au niveau des producteurs en circuits courts (344 réponses), le chiffre d’affaires est le même qu’en 2019 pour plus de la moitié d’entre eux, en hausse pour plus d’un quart, en baisse pour moins d’un quart. La tendance générale est donc à l’augmentation par rapport à avant la crise Covid ;
  • 2- Les baisses de vente ne concernent pas certains produits en particulier, même si les produits frais semblent moins touchés, ni certains modes de vente, même si les marchés et les ventes à la ferme paraissent moins affectés, ni même certains types de territoires (urbain ou rural). Ce sont davantage les conditions locales qui permettent de comprendre les variations. A l’échelle d’un territoire, la simple ouverture d’un nouveau magasin de producteurs peut bousculer les pratiques d’achat ;
  • 3- Les baisses de vente ne relèvent pas d’une cause unique. Différentes explications sont mises en avant par les répondants et l’analyse globale confirme qu’aucun facteur en particulier ne caractérise les points de vente ou producteurs en difficulté. Les causes sont multiples ;
  • 4- Les consommateurs ont bien modifié leurs achats en circuits courts depuis le début de la crise. Ceux qui consommaient déjà dans ces circuits avant la crise ont souvent augmenté leurs dépenses, d’autres, nouveaux venus, ne sont pas forcément restés, ce qui contribue à expliquer certaines baisses de vente. De plus, localement, des consommateurs ont pu changer de circuit court, préférant désormais un circuit plus près de chez eux ou plus pratique par exemple : certains circuits gagnent des clients, d’autres en perdent ;
  • 5- Il n’y a pas contradiction entre les difficultés vécues par certains producteurs ou magasins et la demande persistante en produits locaux. De nouveaux circuits courts sont nés pendant la crise et les produits présentés comme locaux - pas forcément issus d’un circuit court - ont progressé dans les rayons des supermarchés. Un point de vente qui captait auparavant toute la demande doit partager sa clientèle avec un nouvel arrivant ou avec le supermarché d’à côté. Evaluer ce qui se passe au niveau d’un territoire suppose de cumuler l’ensemble des évolutions, en restant attentif aux types de circuits ;
  • 6- Les difficultés sont souvent liées à des anticipations trop optimistes. Les points de vente en difficulté signalent fréquemment avoir pensé que la demande très forte pendant le premier confinement allait durer. Pour y répondre au mieux, ils ont investi, par des embauches ou des équipements. Une demande stagnante depuis quelques mois, alors que les frais de structure augmentent, suffit à créer un sentiment de menace, voire à mettre certains en difficulté économique. 
En résumé 
L’intérêt pour les circuits courts reste important ; cela n’empêche pas certains producteurs ou magasins d’avoir des difficultés économiques et d’être déçus que la forte demande lors du premier confinement n’ait pas perduré ; les conditions locales sont une donnée clé pour comprendre les évolutions ; la crise a suscité de nouvelles concurrences, entre les circuits courts et avec des circuits longs valorisant des produits présentés comme locaux.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Pourquoi les prix records des bovins ne sont pas encore suffisants pour les éleveurs allaitants
Malgré des prix des gros bovins à des niveaux jamais vus, l’amont de la filière bovine fait toujours face à des difficultés…
cotation Atla du beurre cube (€/t)
En ingrédients laitiers, les approvisionnements vont être compliqués à la rentrée
Avec la collecte laitière qui reste en retrait, les fabrications de produits laitiers industriels pourraient bien être…
Bio : la Cour des Comptes entre dans le débat sur la HVE
Le rapport sur le soutien à l’agriculture biologique de la Cour des Comptes juge la politique menée insuffisante, tant au niveau…
Le lait conventionnel mieux payé que le bio en avril
Le lait conventionnel a été payé 5 €/1000 litres de plus que le bio en avril, selon Agreste.
vache canicule
[Canicule 2022] La collecte laitière va souffrir de la vague de chaleur
Alors que la production de lait de vache en France est déjà en repli cette année, l'épisode précoce de canicule ne va pas…
Négociations commerciales : énième alerte de la filière porcine
Inaporc alerte sur l’effet ciseaux qui met à mal toute la filière française, notamment des éleveurs qui vendent à perte. Un seul…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio