Aller au contenu principal

Chute des investissements dans l’agroalimentaire breton début 2023, selon le Crédit agricole

Si les prêts accordés aux agriculteurs atteignent des niveaux records, le Crédit agricole constate une baisse des crédits alloués à l’agroalimentaire en Bretagne et un recul des encours des industriels au niveau national.

Abattoir bovin
La décapitalisation bovine inquiète le Crédit agricole sur l'investissement dans les filières viande
© L. Mouquet

En 2022, le Crédit agricole a attribué 1,5 milliard d’euros de crédits à l’industrie agroalimentaire française pour un encours de prêts en augmentation de 6% par rapport à 2021 à 11,4 milliards d’euros. Ces chiffres ont pour la première fois été présentée le 12 septembre au Space par la banque verte.

Les filières concernées par les plus fortes hausses d’investissement l’an passé ont été le lait et les céréales. Une tendance qui s’est confirmée en Bretagne avec 106 millions de prêts accordés à l’industrie agroalimentaire bretonne en 2022 pour un encours de prêt de 556,6 millions d’euros de 4,4% sur un an.

Recul des encours de crédits à l’agroalimentaire de 1,3% sur l’ensemble de la France

Sur le début 2023, au niveau national le Crédit agricole constate une progression des réalisations de prêts de 5,2% sur le premier semestre pour l'agroalimentaire à 789 millions d’euros mais une baisse des encours de 1,3% à 10 milliards d’euros. Une baisse qui s’explique par la diminution de 15% concernant les secteurs des céréales.
 

Baisse des crédits accordés aux industries agroalimentaires de 31% en Bretagne début 2023

En Bretagne en revanche, les accords de prêts pour l’industrie agroalimentaire ont reculé de 31% sur le premier semestre 2023 pour atteindre 37,4 millions. « Les secteurs les plus touchés étant les fruits et légumes, les plats préparés, les aliments pour animaux de ferme et la fabrication d’autres produits alimentaires », note le Crédit agricole.

Et la banque verte s’inquiète pour la suite, avec la difficulté des industriels à répercuter les hausses de prix à la production face au contexte inflationniste qui pèse sur les ménages français et la décapitalisation bovine qui mène nombre d’outils de transformation à la surcapacité.

Les plus lus

usine de transformation du lait
Face à la baisse de la collecte, l’industrie laitière doit être « proactive », enjoint la Rabobank

Dans son dernier rapport, la Rabobank estime que la collecte laitière de l’UE pourrait baisser rapidement et incite les…

un graphique avec une courbe à la hausse, sur fond de grains de blé
L'Algérie et la sécheresse en Russie font monter les prix du blé tendre

Comment ont évolué les prix des céréales ces 7 derniers jours ? Les journalistes de la Dépêche-Le petit Meunier vous…

Volaille : comment la Croatie est devenue le nouveau terrain de jeu des industriels ukrainiens pour multiplier leurs productions

La Croatie semble devenir le nouveau terrain de jeu pour les entreprises ukrainiennes de volaille. De quoi…

un porc, une vache et un poulet dans le drapeau européen
Porc, boeuf, volaille : comment va évoluer la production de l'UE en 2024 ?

La Commission européenne se montre très prudente dans ses prévisions sur la production de viande et de volaille. Les filières…

Xi Jinping et Emmanuel Macron
Chine : trois accords signés pour l’exportation agroalimentaire

La visite du président chinois à Paris a été l’occasion de la signature d’accords et de l’homologation de protocoles…

Volailles Label rouge, des mises en place toujours en baisse

Les mises en place de volailles Label rouge continuent de reculer au premier trimestre 2024.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio