Aller au contenu principal

Bovins maigres
Broutards : pourquoi les envois français ont baissé en début d’année ?

Demande hésitante, changement de circuit et surtout baisse de l’offre pénalisent les exportations françaises de broutards.

© Réussir Archives

La France a exporté 174 300 broutards en janvier et février, rapporte Agreste, c’est 8,2 % de moins que sur la même période de 2021. Les ventes de broutards légers sont particulièrement en retrait (-15 %) tandis que celles d’animaux lourds se maintiennent davantage.

L’Espagne moins aux achats

En effet, c’est l’Espagne qui est moins aux achats : le nombre d’animaux ayant traversé les Pyrénées a reculé de plus de 31  % en février ! Or l’Espagne achète particulièrement des animaux légers de moins de 160 kg. Mais le secteur de l’engraissement espagnol est confronté à l’envolée des coûts de production et est donc en retrait en ce début d’année. Les intégrateurs espagnols privilégient les achats de veaux d’élevage (+12,7 %), moins chers.

Nos envois vers l’Italie se sont maintiennent difficilement (-1 % en février) tandis que l’Algérie restait au rendez-vous t redevenait une destination régulière (9 700 animaux, +34 %). Néanmoins la flambée des coûts de l’alimentation animale depuis la guerre en Ukraine inquiète les acheteurs du Maghreb et les ventes diminuent depuis.

Une baisse structurelle de l’offre

Mais la baisse de nos exportations s’explique aussi et surtout par le recul du cheptel allaitant français. L’Idele observe ainsi que « la baisse des naissances allaitantes observée au 1er semestre 2021 a fortement réduit les disponibilités en broutards ». Cette baisse des naissances est à relier avec le recul des effectifs de femelles (-2,9 % au 1er mars selon l’Idele). Depuis juillet dernier, il y a eu 3,7 % de naissances de veaux allaitants par rapport à la précédente campagne, soit 86 000 animaux de moins.

Davantage d’animaux restent en France

C’est surtout en Charolais que les exportations reculent (-13 %), davantage qu’en Limousins (-8 %), pour un total en baisse de 9 % sur les 11 premières de l’année, selon les données de SPIE communiquées par l'Idele. Car les opérateurs français incitent à remplir les ateliers d’engraissement, après plusieurs mois à devoir gérer des difficultés d’approvisionnement.

Et côté prix ?

Cotation du broutard Charolais
© Les Marchés

Les cotations des broutards Charolais ont continué de s'envoler en mars puis en avril tandis que la tendance était à la stabilisation pour les autres races.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Les Marchés.

Les plus lus

Pourquoi les prix records des bovins ne sont pas encore suffisants pour les éleveurs allaitants
Malgré des prix des gros bovins à des niveaux jamais vus, l’amont de la filière bovine fait toujours face à des difficultés…
cotation Atla du beurre cube (€/t)
En ingrédients laitiers, les approvisionnements vont être compliqués à la rentrée
Avec la collecte laitière qui reste en retrait, les fabrications de produits laitiers industriels pourraient bien être…
Faute de repreneur, Matines ouvre un projet de cessation d’activités
La société Matines annonce, le 2 juin, s’engager dans un projet d’arrêt programmé de ses activités. A ce jour, seul le site…
Le lait conventionnel mieux payé que le bio en avril
Le lait conventionnel a été payé 5 €/1000 litres de plus que le bio en avril, selon Agreste.
Bio : la Cour des Comptes entre dans le débat sur la HVE
Le rapport sur le soutien à l’agriculture biologique de la Cour des Comptes juge la politique menée insuffisante, tant au niveau…
Avec l’arrêt de Matines, la filière œuf dans l’incertitude
Matines a annoncé jeudi l’arrêt programmé de ses activités, seul un site fait l’objet d’une procédure de reprise pour l’instant,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 704€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio