Aller au contenu principal
Font Size

Beurre, poudre, un vent de panique

Une collecte abondante a permis aux industriels de développer leurs fabrications. Mais alors que l'offre est large, l'embargo russe a changé le visage du marché.

La collecte française de lait de vache a atteint 14,917 milliards de litres sur les sept premiers mois de l'année. C'est 7,4 % de plus que sur la même période de 2013, selon les données de FranceAgriMer. Le prix du lait est stimulant et la météo a permis aux éleveurs de disposer de bonnes ressources fourragères. Un dynamisme qui se retrouve dans l'ensemble de l'Europe à 28, où la collecte a progressé au premier semestre de 5 %, soit 3,7 Mt supplémentaires par rapport à 2013 selon l'Institut de l'élevage (Idele).

Des surplus tournés vers l'export

Suite à cette collecte abondante, les industriels ont développé leur production. Au premier semestre, les fabrications françaises de beurre dépassaient de 6 % leur niveau de 2013, à près de 194 000 tonnes. Les fabrications de poudres de lait se sont envolées à plus de 607 000 tonnes (+26,4 %). Si la consommation intérieure est jugée bonne, elle ne peut absorber tous ces surplus. La France s'est donc tournée vers l'export. Nos envois de poudres de lait écrémé, à 125 000 t, ont grimpé de 40,3 % et ceux de beurre, à 22 800 t ont progressé de 11,2 % selon FranceAgriMer. L'annonce de l'embargo russe a créé la panique dans ce contexte. La Russie est le premier client de l'Union européenne. En 2013, elle a capté 33 % de ses exportations de fromage et 28 % de ses envois de beurre. L'Idele estime à plus de 120 000 t de fromage et 20 000 t de beurre les volumes qui auraient dû partir en Russie au second semestre. Les opérateurs craignent l'arrivée de ces volumes communautaires sur le marché français ou chez nos clients habituels.

Fruits et légumes

Les importations russes de fruits et légumes en provenance de l'Union européenne à 28

Volumes moyens entre 2011 et 2013, en tonnes Importations venant de l'UE, part de l'UE à 28 dans le total des importations et part de la France dans les envois de l'UE

de 98 704 26,34 % L'embargo russe ne semble concerner directement que les producteurs de choux-fleurs français, dont 4,5 % de la production est envoyée en Russie. Si 26 % des envois de pommes de terre par l'UE émanent de la France, les volumes sont en réalité très faibles par rapport à la production. La menace est plutôt celle d'un afflux de production de nos voisins faute de débouchés russes. 60 % de la production polonaise de poires et 23 % de celle de pommes, tout comme 30 % des poires belges prenaient le chemin de la Russie en 2013. En 2012, ce sont 27 % des kiwis grecs qui ont été envoyés en Russie. Source : FranceAgriMer d'après Russie Statistiques Import INFOGRAPHIE LES MARCHÉS

Cotations Sources : FranceAgriMer, RNM, MPB, MEG, Les Marchés, Atla, Euronext
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Abattoirs : le conseil scientifique Covid-19 suggère un dépistage systématique des salariés

Le conseil scientifique français Covid-19 suggère dans un avis publié le 3 août qu’en cas d’alerte épidémiologique, les…

 © DR
Tereos se redresse depuis juin

Le groupe sucrier Tereos, qui a vu ses ventes reculer de 4 % au premier trimestre de son exercice décalé 2020/2021 du…

Les blés récoltés cette année ont de bons taux de protéines. © JC Gutner/Réussir (archive)
Moissons : les bonnes surprises d’une campagne perturbée

Alors que les grandes cultures (hormis le maïs et les orges de printemps) finissent d’être récoltées, FranceAgriMer fait…

 © DR
La consommation de produits laitiers a évolué positivement en 2019

Bien qu’il se soit poursuivi, le recul des volumes de lait conditionné achetés par les ménages français a été moins…

Bonduelle sauve son année malgré la fermeture de la restauration

Les ventes du groupe Bonduelle ont progressé de 2,8 % lors de son exercice 2019-2020, malgré un trimestre en repli en…

 © Nielsen
Vrac : des achats entre parenthèses pendant le confinement

Les produits en vrac ont été fortement affecté par la crise sanitaire avec des achats en net recul pendant la période de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 58,7€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Les Marchés
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez vos publications numériques Les Marchés hebdo, le quotidien Les Marchés, Laiteries Mag’ et Viande Mag’
Recevez toutes les informations du Bio avec la newsletter Les Marchés Bio